Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Musique : Mahmoud, le jeune pianiste qui fait naître des notes


Rédigé par Kenza AZIOUZI le Jeudi 14 Mai 2020

Sa devise ? vivre pleinement sa passion et travailler dur pour réussir. Mahmoud El Moussaoui, un génie du piano se livre.



Depuis sa plus tendre enfance, Mahmoud a toujours adoré le piano. Natif de Kénitra, il restait des heures à pianoter, à la découverte de cet instrument, pour lequel une passion s’est développée peu à peu. Remarquant son intérêt pour le piano, ses parents décident de l’inscrire au conservatoire à l’âge de 9 ans.

Commencent alors les cours de solfège et de piano au conservatoire régional de Kénitra, avant de tenter en 2014, sur recommandation de son professeur de musique, de participer à un concours international.

Grande surprise, il remporte le concours à l’unanimité du jury, « Et c’est là que j’ai compris que je pouvais donner bien plus, et l’aventure commença ».

Les succès s’enchaînent, Mahmoud remporte plusieurs Prix au Maroc, notamment au concours international de piano S.A.R La princesse Lalla Meyem, le Prix du meilleur talent marocain délivré par l’Ambassade du Portugal en 2018, ainsi qu’à l’UAE et en Azerbaïdjan. 

La presse commençait à s’intéresser à lui, les invitations aux concerts surgissaient. Mahmoud ne pouvait mieux espérer.

Du haut de ses 20 ans, Mohammed Moussaoui est aujourd’hui étudiant en 1ère année cycle ingénieur en halieutique et aquaculture à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV) à Rabat. Bien qu’il chérisse sa passion comme jamais, cela ne l’a pas empêché d’être un bon élève et intégrer l’une des grandes écoles du Royaume.

Des professeurs de renom sont à l’honneur

« Quand j’avais 15 ans je suis parti au conservatoire de la gendarmerie royale dans la classe du professeur Reda Bennani, avec qui j’ai décroché tous les prix du ministère de la culture (premier Prix, Prix de perfectionnement et le Prix d’honneur) avec la plus haute distinction. Aujourd’hui, je suis encadré par madame Nicole Salmon Boyer à Casablanca ».

Le petit prodige a pu également profiter des master classes avec des professeurs de renommée mondiale tels que Anne-lise Gastaldi, MarieJosèphe Jude, Christine Fonlupt et Aleksey Sokolov.

Au fil des années, Mahmoud a été séduit par la musique classique : « C’est une musique qui me touche beaucoup, sa puissance communicative est incroyable. Les compositeurs classiques sont également des penseurs et des génies hors pairs. Le fait d’apprendre plus sur eux et de les côtoyer quotidiennement est un véritable honneur pour moi ».

Un instrument de délivrance

Aujourd’hui, le piano occupe une très grande partie de la vie du jeune prodige. « Avec le temps, j’ai commencé à aborder le piano comme une personne et non pas comme un objet, c’est devenu un peu mon compagnon de cœur. Il me permet de me délivrer, d’exprimer mon ressenti, et ce, en toute liberté ». 

S’il est actuellement décrit comme une étoile montante, et désigné comme étant l’un des meilleurs jeunes pianistes au Maroc, ce n’est sûrement pas dû à un miracle mais au dévouement et travail acharné pour sa passion. « Il faut passer énormément de temps à le travailler voire même travailler pendant 6 heures d’affilée un passage de 5 secondes ».

Kenza AZIOUZI