Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Méditerranée orientale : Une frégate allemande arraisonne un navire turc


le Mardi 24 Novembre 2020

Ankara a dénoncé lundi l’arraisonnement d’un de ses navires marchands en Méditerranée orientale par un bâtiment militaire allemand.



Méditerranée orientale : Une frégate allemande arraisonne un navire turc
Un communiqué du ministère turc des Affaires étrangères émis en date du 23 novembre, fait état d’un arraisonnement «forcé» par une frégate allemande d’un cargo turc se dirigeant vers le port libyen de Misrata.

Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, exprime la protestation de la Turquie contre l’arraisonnement de son cargo commercial faisant route vers le port libyen de Misrata effectué par une frégate allemande. Cette dernière est déployée dans le cadre de l’opération européenne Irini, dont, selon la Turquie, «l’objectif et les avantages» sont discutables, indique un communiqué paru sur le site du ministère turc. 

Les faits remontent au 22 novembre, dans la matinée, quand le navire de guerre allemand Hamburg a arraisonné et fouillé le navire commercial battant pavillon turc MV Roseline A, qui transportait de la peinture, des matériaux liés à la peinture et de l’aide humanitaire du port d’Ambarli à Misrata. Il est à noter que l’inspection du navire a pris fin sur exigence de la Turquie, qui a également réclamé une indemnisation pour les dommages causés.

L’opération Irini
D’après la diplomatie turque, suite à l’incident, l’ambassadeur italien en Turquie et le chargé d’affaires allemand à Ankara ont été convoqués au ministère turc des Affaires étrangères. Le 31 mars, l’Union européenne a lancé une nouvelle mission navale, baptisée Irini, afin de surveiller le respect de l’embargo de l’Onu sur les armes contre la Libye. Selon l’UE, la mission militaire empêche la contrebande d’armes et de ressources naturelles en Libye. Toute violation de l’embargo est signalée à l’Onu par les Européens. L’UE utilise des satellites et une surveillance aérienne pour suivre les expéditions d’armes illicites à travers les frontières terrestres et par voie aérienne.

Le mandat de la mission Irini durera jusqu’au 31 mars 2021. L’UE espère que la cessation des livraisons d’armes illégales aux parties au conflit en Libye contribuera à rétablir la paix dans ce pays. Début juin, le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté à l’unanimité une résolution visant à prolonger d’un an l’embargo sur les armes en Libye.

Pour autant, Irini s’est à plusieurs reprises attirée des critiques, la mission ne pouvant pas empêcher les expéditions d’armes vers la Libye. À la mi-juin, des navires militaires européens participant à l’opération Irini ont tenté d’inspecter un cargo battant pavillon tanzanien qui était gardé par des navires de la Marine turque. La partie turque a refusé que son vaisseau fasse l’objet d’une inspection. Dans le cadre des pourparlers de Genève, les participants de la Commission militaire mixte libyenne sont parvenus le 23 octobre à un cessez-le-feu en Libye. Ce dernier est entré en vigueur immédiatement. Les parties ont également convenu que tous les combattants étrangers quittent le pays au cours des trois mois. Le cessez-le-feu ne concerne pas les groupes désignés par l’Onu comme terroristes. Un groupe de police conjoint doit être mis en place dans le but d’assurer la sécurité dans la zone.