Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Médecine, cuisine, cosmétiques : Cannabis, l’or vert du Maroc à multiples usages


Rédigé par H. Lebabi et S. Ksaani le Mardi 23 Mars 2021

Hormis les avantages du cannabis, en termes de croissance économique, pour le pays et pour les agriculteurs, l’adoption du projet de loi portant usage licite de cette plante ouvre d’autres horizons au secteur médical et cosmétique.



Médecine, cuisine, cosmétiques : Cannabis, l’or vert du Maroc à multiples usages
Les clichés ont la peau dure, d’autant plus lorsqu’il s’agit du cannabis. Une plante diabolisée sous nos cieux pour ses effets psychotiques qui ont longtemps pesé de leur ombre inquiétantes sur ses nombreuses vertus thérapeutiques et autres.

Aujourd’hui et au gré du débat houleux autour de la très incomprise loi sur les usages légaux du cannabis, une fenêtre de tir légale et institutionnelle s’est ouverte, permettant une nouvelle appréciation, moins anxiogène, d’une planté autrefois très présente dans les mœurs médicinales traditionnelles, culinaires et cosmétiques de nos ancêtres.

Bien avant l’actuel débat et presque partout dans le monde, l’usage médicinal du cannabis avait déjà attiré l’attention de chercheurs scientifiques ces dernières années, favorisant l’assouplissement des réglementations. Il est désormais scientifiquement attesté que le cannabis a une efficacité potentielle pour réduire la douleur, la spasticité musculaire, les nausées et vomissements induits par la chimiothérapie et l’épilepsie.

Le directeur général de l’Agence pour la Promotion et le Développement du Nord (APDN), Mounir El Bouyoussfi, a affirmé que l’agence se penche actuellement sur l’élaboration d’un programme de développement ambitieux pour accompagner la mise en œuvre du projet de loi relatif aux usages licites du cannabis, après son approbation.

Élaboré conformément aux engagements internationaux du Royaume du Maroc, le projet de loi adopté récemment vise la réglementation de l’usage licite de cette plante à des fins médicales, cosmétiques et industrielles, a poursuivi le responsable, révélant que le marché international des produits médicaux du cannabis enregistre une croissance annuelle estimée à 30%, ce qui offre l’opportunité pour le Maroc d’accéder au marché international et assurer un positionnement stratégique au sein de ce marché, sachant que les pays voisins disposant d’un environnement et d’un climat similaires ne tarderont pas, à leur tour, à s’impliquer dans cette culture.

À ce jour, plus de 545 composés différents ont été identifiés et isolés à partir de la plante du cannabis, dont plus de 100 cannabinoïdes différents. Ces composés diffèrent considérablement dans leur structure chimique. Bien que le cannabis ait été utilisé à des fins thérapeutiques et récréatives très diverses, nous nous concentrerons sur les avantages thérapeutiques associés à la consommation de cannabis.

La douleur chronique

La surprescription d’opioïdes et d’autres analgésiques provoquant une dépendance a conduit de nombreux pays industrialisés à travers le monde à connaître des épidémies de surdoses d’opioïdes qui continuent malheureusement d’augmenter.

Bien que la gestion de la douleur chronique, en particulier celle qui a une origine idiopathique, reste un dilemme sanitaire mondial non résolu, une quantité considérable de données scientifiques a démontré que le cannabis peut être utile à cette fin.

Par exemple, une enquête en ligne réalisée en 2017 auprès de patientes souffrant d’endométriose a révélé qu’une majorité de ces femmes ont connu une réduction significative de leur douleur suite à la consommation de cannabis.

Une autre étude menée en 2019 a révélé que les patients âgés qui avaient reçu un diagnostic de douleur chronique, de neuropathie ou de maladie de Parkinson ressentaient un soulagement significatif de leurs symptômes, ainsi qu’une réduction de la dépendance aux opioïdes lors de l’utilisation d’une formulation CBD.

Nausées et vomissements induits par la chimiothérapie

Les nausées et vomissements liés à la chimiothérapie représentent un fardeau pour les patients atteints. Les cannabinoïdes ont montré une certaine utilité en tant qu’antiémétiques pour les patients cancéreux subissant une chimiothérapie. Bien que les mécanismes d’action précis soient mal compris, les chercheurs pensent que la capacité des cannabinoïdes à agir sur certains récepteurs, explique leur capacité à retarder les nausées et les vomissements chez les patients

Conditions neurologiques

De nombreuses actions biologiques des cannabinoïdes, qui est un terme utilisé pour désigner les plus de 100 produits chimiques biologiquement actifs présents dans la plante de cannabis, sont médiées par leur interaction avec deux récepteurs cannabinoïdes primaires connus sous le nom de type 1 (CB1) et de type 2 (CB2).

Plusieurs études expérimentales ont confirmé la capacité des cannabinoïdes à agir à la fois comme un antagoniste non compétitif contre les récepteurs CB1 et comme un agoniste inverse des récepteurs CB2, démontrant ainsi la capacité du cannabis et de ses constituants chimiques à cibler ces voies à des fins thérapeutiques.

À cette fin, le cannabis a été utilisé comme traitement possible pour un certain nombre de troubles neurologiques, notamment l’épilepsie, la sclérose latérale amyotrophique (SLA), la maladie de Huntington, la maladie de Parkinson, la démence et les lésions cérébrales traumatiques, pour n’en nommer que quelques-uns.

L’utilisation du cannabis pour le traitement des crises d’épilepsie et des états épileptiques a montré des résultats particulièrement prometteurs. Bien que le THC ait démontré des effets anticonvulsivants significatifs dans certains modèles de crises, les propriétés psychotropes de ce composé de cannabis ont conduit les chercheurs à se tourner vers d’autres cannabinoïdes pour le traitement des crises.

Par exemple, le cannabidiol (CBD) a été largement évalué pour son activité antiépileptique dans divers modèles de crise. Ces études ont montré que le CBD réduit avec succès la fréquence des crises provoquées par l’électrochoc maximal et le pentylenetrezole chez les souris.

Chez la souris seule, le CBD a montré avec succès une activité anticonvulsivante contre les convulsions induites par la cocaïne, l’acide mercaptopropionique, la bicuculline, la picrotoxine et l’isoniazide.

Malgré les résultats prometteurs de ces études menées sur des animaux, de nombreuses applications cliniques du cannabis et de ses constituants chimiques pour le traitement des crises se sont principalement appuyées sur la déclaration des symptômes par les patients.

De plus, ces études cliniques manquent souvent de groupes témoins appropriés pour déterminer si les résultats fournissent des différences statistiquement et cliniquement significatives entre les patients qui utilisent, ou non, des produits dérivés du cannabis.

3 questions à Karim Aït Ahmed

Médecine, cuisine, cosmétiques : Cannabis, l’or vert du Maroc à multiples usages
“Le Maroc peut être un fournisseur potentiel de matière première de cannabis”

Le président de l’Alliance des Pharmaciens Istiqlaliens (API) explique les caractéristiques et le potentiel productif de la plante du cannabis.

- Suite à l’adoption de la loi portant usage licite du cannabis, quelles sont les possibilités de production de pro- duits cosmétiques à base de cannabis ?

- Il faut d’abord savoir que la production de produits à base de cannabis, dans le secteur pharmaceutique, est très large, que ce soit en Europe ou en Asie. Le Maroc peut être un fournisseur potentiel de matière première, dans le respect des normes de la pharmacopée. Aujourd’hui, la matière première de cannabis est très demandée.

- Pourquoi cet engouement international pour cette plante ?

-D’abord, c’est pour éviter qu’elle soit utilisée comme un stupéfiant à risque, sans contrôle scientifique des doses. D’un autre côté, comme toute autre plante, c’est une alternative aux produits chimiques comme tous ceux à base de plantes.

- Dans combien d’années le Maroc pourra-t-il produire des variétés de cannabis à usage cosmétique ou thérapeutique ?

-
Entre mise en place du tissu industriel, calibrages des machines, certifications, le Maroc sera capable d’en produire d’ici deux ans au maximum. Nous avons les ressources et les compétences humaines nécessaires pour le faire. Pour ce faire, nous proposons que l’Etat mette une plateforme industrielle pour produire la matière première, exportable à l'Asie, à l’Europe et à l'Amérique. Les producteurs de cannabis doivent être recensés avant de vendre leur produit, uniquement à l’Etat, selon un contrat. L’Etat doit ensuite produire dans son usine la matière première.
Recueillis par S.K. 

Produits cosmétiques

Un large éventail de soins au chanvre

Il existe plusieurs types d’extraits de chanvre utilisés en cosmétique. L’huile de graines de cannabis sativa (huile de graines de chanvre) est extraite par pression à froid des graines de chanvre.

L’huile de chanvre est riche en propriétés qui en font un hydratant très efficace fonctionnant comme un émollient pour adoucir et lisser la peau. L’huile de graines de chanvre est riche en acides gras essentiels (omégas 3 et 6), en acides gras polyinsaturés (AGPI) et en autres nutriments qui maintiennent la peau en bon état.

En raison de ses propriétés cosmétiques, l’huile de graines de chanvre peut être trouvée dans des produits tels que les savons, les shampooings, les baumes à lèvres, les crèmes pour les mains et les huiles de massage.

Quant à l’eau de Graine de Cannabis Sativa, il s’agit de l’eau aromatique issue de la distillation à la vapeur des graines de chanvre. Les hydrolats de chanvre sont utilisés comme ingrédient de base pour les crèmes pour le visage en raison de leur effet hydratant.

Outre le conditionnement de la peau, ils peuvent également être utilisés dans les produits capillaires pour conditionner l’apparence et la sensation des cheveux.

Les autres matières premières du chanvre comprennent les sous-produits de la production d’huile de graines de chanvre tels que la poudre de gâteau de graines de cannabis sativa et le gâteau de graines de cannabis sativa, qui peuvent être utilisés comme abrasifs, ainsi que des dérivés tels que le chanvre de potassium, que l’on peut trouver dans les savons et les lavages pour les mains, et de la graine de cannabis éthylique, qui peut être utilisée comme substitut du cyclopentasiloxane (D5) naturellement dérivé.

Culture du cannabis

Le chanvre à usage textile et dans le bâtiment

Depuis longtemps, le chanvre est aussi utilisé dans le textile. Une utilisation qui reste toutefois fastidieuse, étant donné les longues étapes nécessaires avant de transformer le chanvre en tissu.

De plus, les fibres de chanvre, extraites de la tige de la plante, sont assez rugueuses et doivent souvent être mélangées à d’autres composants, tels que la soie, le coton ou le lin. Mais le tissu de chanvre s’avère être une bonne alternative écologique.

Le chanvre est aussi un matériau «précurseur» dans le bâtiment. En effet, le chanvre peut servir à la fabrication de béton, d’enduit, de panneaux, de briques, ou de peintures.

Outre le fait d’être une bonne alternative écologique, le chanvre est apprécié pour ses qualités isolantes et respirantes qui empêchent les infiltrations et les moisissures. Le chanvre est aussi une bonne alternative dans la fabrication de papier, de filtres de cafés ou à thé. Mieux encore, il est aussi un combustible pour moteur utilisé notamment par Rudolf Diesel lors de la création de son moteur éponyme

  


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 15 Mai 2021 - 11:57 L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus