Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Manifeste de l’Indépendance : Prélude à l’édification du Maroc moderne et démocratique


Rédigé par La rédaction le Mardi 11 Janvier 2022

Nous commémorons aujourd’hui l’anniversaire du 11 janvier 1944, un événement qui a constitué un tournant dans l’action populaire pour l’indépendance, l’établissement de la démocratie, la garantie des droits et la dignité des citoyens et le parachèvement de l’intégrité territoriale du pays dans le cadre de la Monarchie Constitutionnelle.



Manifeste de l’Indépendance : Prélude à l’édification du Maroc moderne et démocratique
C’est une journée historique pour le peuple marocain. La commémoration de la journée du 11 janvier cristallise la volonté de tous les patriotes sincères et dévoués à la cause du peuple de mener ensemble la lutte pour ouvrir de nouveaux horizons, forger une nouvelle mentalité et donner au Maroc démocratique et souverain la place qui lui échoit dans le concert des nations.

Cette édification de l’avenir du Maroc, jouissant de son indépendance politique, économique et culturelle et où tous les citoyens profitent de façon égale des fruits de cette indépendance, exige la conjugaison des efforts de tous et la mobilisation de toutes les potentialités pour relever les défis et consolider les fondements d’un édifice solide et hermétique capable de faire face à tous les défis.

Le 11 janvier a marqué le début d’une étape déterminante dans la marche du peuple marocain pour établir la démocratie afin de surmonter les obstacles et disposer de tous les moyens de défense et d’immunité. La présentation de ce Manifeste le 11 janvier 1944 à feu S.M Mohammed V, au Résident général français, aux consuls de Grande-Bretagne et des Etats-Unis au Maroc et à l’ambassadeur de l’Union Soviétique, a constitué un tournant décisif dans la lutte du peuple marocain pour l’indépendance. Après avoir pris connaissance de cet important événement, le peuple marocain a organisé des manifestations populaires dans plusieurs villes. Les autorités coloniales ont, pour leur part, procédé à l’arrestation de plusieurs leaders du Mouvement national, à la suite de quoi des grèves et des manifestations ont éclaté, particulièrement dans les villes de Rabat, Salé et Fès. Le 11 janvier 1944 concrétise le fait que le peuple marocain avait dépassé le stade de revendication des simples réformes économiques, administratives et sociales pour revendiquer l’indépendance du pays. Aujourd’hui, 74 ans après la présentation du Manifeste du 11 janvier 1944 et 55 ans après la présentation du Manifeste de l’Egalitarisme Economique Social le 11 janvier 1963, le Maroc a franchi des pas importants sur la voie de la consolidation de l’indépendance nationale, du parachèvement de l’intégrité territoriale et poursuit son action pour atteindre les objectifs fixés dans les Manifestes de 44 et de 63.

Ces deux Manifestes sont d’ailleurs complémentaires, car l’indépendance ne peut être que globale et doit toucher tous les domaines aussi bien politique qu’économique, social et culturel. L’indépendance ne peut être effective sans l’exercice plein et entier de la souveraineté sur l’intégralité du territoriale national.

Aussi, dès le départ, le Parti de l’Istiqlal, dans son Manifeste historique de 1944, a lié l’indépendance au retour à la Mère Patrie de tous les territoires occupés. En effet, notre sol national a été démembré par les différentes puissances coloniales qui l’ont occupé et il était tout à fait naturel que l’une des revendications fondamentales qui figurent au premier plan de la lutte du Parti de l’Istiqlal et du peuple marocain, soit celle de la libération des territoires occupés et le parachèvement de l’intégrité territoriale.

Le Maroc, qui a libéré son Sahara, demeure mobilisé pour défendre sa marocanité et ne peut faire de concessions à ce propos ou renoncer à un pouce de son territoire. Il poursuivra la lutte pour décoloniser ses villes spoliées au Nord - Sebta et Mellilia - qu’occupe l’Espagne et qui doivent réintégrer la Mère Patrie. Parallèlement à ce combat pour la préservation des acquis nationaux et le parachèvement de l’intégrité territoriale, le peuple marocain oeuvre pour donner à la démocratie un contenu concret et pour bâtir notre système démocratique sur des fondements solides et sains.

Cette démocratie est le cadre nécessaire pour que le peuple puisse jouir de ses droits politiques, économiques et sociaux dans les domaines de l’enseignement, de l’emploi, de la santé, du logement, de la culture et des différentes prestations sociales.

La démocratie est indispensable pour parvenir à une répartition équitable des richesses et à un meilleur équilibre au sein de la société, et pour éviter les disparités entre les différentes couches sociales et les régions.

La démocratie est vitale pour permettre au peuple d’appliquer un programme dynamique qui répond à ses attentes, résout ses problèmes et donne la priorité à la jeunesse. L’indépendance, pour laquelle a combattue le peuple et pour laquelle sont tombés nos martyrs, ne peut être imparfaite ou dévier des objectifs tracés lors de la lutte nationale de libération. C’est une indépendance totale qui consacre les droits du peuple et lui assure progrès et prospérité dans le cadre de la démocratie, de l’Islam, de la Monarchie constitutionnelle et de l’intégrité territoriale. Il importe donc de mobiliser toutes les potentialités matérielles et humaines pour bâtir un Maroc fort, émancipé et développé, garantissant à tous les citoyens leurs droits politiques, économiques et sociaux.

La célébration de cet anniversaire est aussi une occasion pour rendre hommage aux héros de la lutte de libération nationale, à ceux qui ont souffert pour que leur patrie retrouve son indépendance, sa souveraineté et sa dignité. Dans toutes les provinces du Royaume, des héros se sont distingués par leur sens élevé du sacrifice, leur ténacité face aux épreuves les plus rudes, leur foi ardente et leur détermination inébranlable. Ces héros ont supporté avec courage et persévérance les affres de l’exil, les atrocités des geôles coloniales, les sévices de tous genres, les humiliations, les privations, la déportation et la torture. Ils savaient que le combat nécessitait d’énormes sacrifices et ils étaient prêts à les consentir, sachant pertinemment qu’il sera couronné par une victoire éclatante, que la légitimité sera restaurée et que l’indépendance sera proclamée. Pour ces héros, le Maroc devait relever le défi, conserver son identité nationale, ses spécificités culturelles et civilisationnelles et s’engager résolument sur la voie du progrès, de l’émancipation et de la démocratie dans le cadre de la Monarchie constitutionnelle.

Ce qui comptait pour ces héros, c’est que les citoyens vivent librement dans une patrie libre, territorialement unifiée, prospère et forte. Ils étaient entièrement engagés au service de la patrie, n’ayant pour but que son indépendance et sa libération. Aujourd’hui, en célébrant cet anniversaire, le Maroc vit une ère nouvelle sous le règne de S.M. le Roi Mohammed VI, celle du développement humain, de l’édification de l’Etat de droit et de la démocratie authentique. Comme par le passé, le Roi et le peuple mènent ensemble le combat pour construire l’avenir et pour assurer le développement intégral et durable et la prospérité à laquelle aspirent les générations montantes.

 

 


Le Manifeste du Nord
 
En dépit du partage colonial que subissait notre pays et des circonstances de la deuxième Guerre Mondiale qui ne permettaient aucun contact en 1944 entre les deux parties du Mouvement National au Nord et au Sud, l’unité de pensée était plus forte que les frontières préfabriquées installées par le colonialisme. Et l’Histoire a enregistré que le Front National dans le Nord avait présenté aux grandes puissances en novembre 1943 un mémorandum réclamant l’Indépendance. Mais dès que le Manifeste du 11 Janvier 1944 a vu le jour, le Parti de la Réforme Nationale que présidait le regretté Abdelkhalek Torrès, que Dieu ait son âme, lui manifesta son soutien en réaffirmant l’unité du territoire national.


Majesté,
Nous avons appris connaissance des nobles décisions présentées à Votre Majesté par cette élite digne de Marocains authentiques et des valeureux nationalistes combattants issus du Parti de l’Istiqlal. Ces grandes décisions marqueront l’Histoire glorieuse du Maroc car elles sont fondées sur le droit, la justice et l’équité. Elles constituent les revendications de la nation entière et tout le peuple y adhère. Celui qui s’opposerait à ces aspirations donnerait la preuve de son manque de foi, de son athéisme, de sa traîtrise et de son hypocrisie. Si le Parti de l’Istiqlal élève aujourd’hui la voix en lançant un tel cri, c’est pour porter très haut le nom du Maroc parmi les nations vivantes et les peuples éveillés.


Majesté,
Nous saisissons cette occasion pour joindre notre voix à celle du Parti de l’Istiqlal, pour appuyer et soutenir cette revendication légitime, exprimant ainsi les sentiments de Votre peuple fidèle dans cette zone du Maroc et réaffirmant à Votre Majesté que nos principes et nos sentiments dans ces régions sont les mêmes que ceux qui animent les Marocains loyaux et tout ce qui vous attriste là-bas, nous chagrine ici, et tout ce qui vous égaie là-bas, nous réconforte ici… En effet, nous nous considérons comme une partie intégrante du glorieux Maroc et de sa grandeur à travers son Sahara, ses campagnes, ses montagnes, ses plaines, ses fleuves, ses côtes, à travers ses valeureux hommes et ses esprits clairvoyants. Et si nos frères du Sud se plaignent de l’occupant français, au Nord, nous souffrons de deux maux : de l’abject colonialisme espagnol et de la scission de notre grande patrie. C’est comme si un membre était détaché du corps et ni le premier, ni le second ne peuvent remplir leur fonction. Notre malheur est grand en ce sens que nous subissons la misère, l’injustice, l’atteinte à notre religion et les haines racistes. Ces excès visent notre extermination et menacent notre authenticité.


----------------
 
4 Rabiï El Aoual 1363 (29-2-1944)
Les signataires :
Abdelkhalek Torrès, Thami El Ouazzani, Ahmed Ghaïlane, Mohamed Tanji, Mohamed Ettnaya, Mohamed Afilal, Haj Mohamed Chorfi, Haj Mohamed Seffar, Taeb Bennouna.


 



Texte du Manifeste de l’Indépendance présenté par le Parti de l’Istiqlal le 11 Janvier 1944
 
 
«Le Parti de l’Istiqlal (Parti de l’Indépendance) qui englobe les membres de l’ex-Parti National et des personnalités indépendantes :

1-
Considérant que le Maroc a toujours constitué un Etat libre et souverain, et qu’il a conservé son indépendance pendant treize siècles jusqu’au moment où, dans des circonstances particulières, un régime de protectorat lui a été imposé ;

2- Considérant que ce régime avait pour fin et pour raison d’être de doter le Maroc d’un ensemble de réformes administratives, financières et militaires, sans toucher à la souveraineté traditionnelle du peuple marocain sous l’égide de son Roi ;

3- Considérant qu’à ce régime, les autorités du Protectorat ont substitué un régime d’administration directe et d’arbitre au profit de la colonie française, dont un fonctionnariat pléthorique et en grande partie superflu, et qu’elles n’ont pas tenté de concilier les divers intérêts en présence ;

4- Considérant que c’est grâce à ce système que la colonie française a pu accaparer tous les pouvoirs et se rendre maîtresse des ressources vives du pays au détriment des autochtones ;

5- Considérant que le régime ainsi établi a tenté de briser, par les moyens divers, l’unité du peuple marocain, a empêché les Marocains de participer de façon effective au gouvernement de leur pays et les a privés de toutes les libertés publiques individuelles ;

6- Considérant que le monde traverse actuellement des circonstances autres que celles dans lesquelles le protectorat a été institué ;

7- Considérant que le Maroc a participé de façon effective aux guerres mondiales aux côtés des alliés, que ses troupes viennent d’accomplir des exploits qui ont suscité l’admiration de tous, aussi bien en France, qu’en Tunisie, en Corse, en Sicile et en Italie, et qu’on attend d’elles une participation plus étendue sur d’autres champs de bataille;

8- Considérant que les alliés qui versent leur sang pour la cause de la liberté, ont reconnu dans la Charte de l’Atlantique le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et qu’ils ont récemment, à la Conférence de Téhéran, proclamé leur réprobation de la doctrine qui prétend que le fort doit dominer le faible ;

9- Considérant que les alliés ont manifesté à différentes reprises leur sympathie à l’égard des peuples musulmans et qu’ils ont accordé l’indépendance à des peuples dont le patrimoine historique est moins riche que le nôtre, et dont le degré de civilisation est d’un niveau inférieur à celui du Maroc ;

10- Considérant enfin que le Maroc constitue une unité homogène, qui, sous la Haute direction de son Souverain, prend conscience de ses droits et de ses devoirs, tant dans le domaine interne que dans le domaine international et sait apprécier les bienfaits des libertés démocratiques qui sont conformes aux principes de notre religion, et qui ont servi de fondement à la Constitution de tous les pays musulmans.

Décide :

A- En ce qui concerne la politique générale :

1- De demander l’indépendance du Maroc dans son intégrité territoriale sous l’égide de Sa Majesté Sidi Mohammed Ben Youssef, que Dieu le glorifie ;

2- De solliciter de Sa Majesté d’entreprendre avec les nations intéressées des négociations ayant pour objet la reconnaissance et la garantie de cette indépendance, ainsi que la détermination dans le cadre de la souveraineté nationale des intérêts légitimes des étrangers au Maroc.

3- De demander l’adhésion du Maroc à la Charte de l’Atlantique et sa participation à la Conférence de la paix.

B- En ce qui concerne la politique intérieure :

- De solliciter de Sa Majesté de prendre sous Sa Haute direction le Mouvement de réformes qui s’impose pour assurer la bonne marche du pays, de laisser à Sa Majesté le soin d’établir un régime démocratique comparable au régime de gouvernement adopté par les pays musulmans d’Orient, garantissant les droits de tous les éléments et de toutes les classes de la société marocaine et définissant les devoirs de chacun »

 
Manifeste de l’Indépendance : Prélude à l’édification du Maroc moderne et démocratique


Le Manifeste de l’Egalitarisme du 11 janvier 1963

 
« Le 11 janvier 1944, le Parti de l’Istiqlal présentait à S.M. le Roi Mohammed V son premier Manifeste. Le peuple marocain, qui vivait depuis plus de 30 ans la domination étrangère et l’exploitation coloniale, proclamait alors, par la voix du Parti de l’Istiqlal, porte-parole des aspirations populaires, sa volonté unanime de recouvrer son indépendance nationale et se doter du régime de monarchie constitutionnelle.


Depuis cette date, et grâce à d’énormes sacrifices et à une foi inébranlable dans la liberté et la démocratie, le peuple marocain a étabilisé autour de ses Souverains un grand pas en avant dans la concrétisation de ces deux objectifs. L’année 1955 a consacré l’indépendance politique dont l’achèvement et la consolidation devront se faire, notamment, par le retour au Maroc des nombreux territoires nationaux encore maintenus sous la domination étrangère. Par ailleurs, le peuple marocain vient d’approuver, le 7 décembre 1962, une Constitution instaurant un régime de «monarchie constitutionnelle», démocratique et sociale, garantissant les libertés collectives et individuelles et créant les institutions représentatives à l’échelon national. Le pays étant ainsi doté d’un cadre perfectible au sein duquel il peut agir dans le but de réaliser les aspirations profondes des masses politiques, le Parti de l’Istiqlal estime aujourd’hui le moment venu de définir les objectifs, conditions et moyens grâce auxquels le pays connaîtra la démocratie économique et sociale à laquelle il aspire.


Indépendance économique et édification du Maghreb Arabe


1) Egalitarisme économique : L’objectif principal du Parti de l’Istiqlal est la réalisation de l’égalitarisme économique. Le devoir de l’Etat est de relever les niveaux de vie de la population, de les rapprocher en réalisant une répartition équitable du revenu national. Il s’agit de donner des chances égales à tous les citoyens et de libérer l’individu de toutes les formes d’exploitation et notamment, de l’emprise du capital. Toute activité doit être au service des masses populaires et de la collectivité nationale. Le but est donc de sortir le pays de son sous-développement et de construire une société sans classes où règne la justice sociale.

2) Indépendance économique : Le Parti de l’Istiqlal est conscient que ce développement et cette orientation ne sont possibles que si le Maroc réalise l’indépendance économique qui implique la libération de l’économie du pays de l’emprise étrangère, de l’hypothèque des séquelles du colonialisme et des diverses forces du néo-colonialisme.

3) Edification du Maghreb Arabe : L’égalitarisme et plus particulièrement l’indépendance économique ne peuvent se réaliser que si le Maroc s’intègre à un ensemble économique plus vaste. C’est pourquoi le Parti de l’Istiqlal n’a cessé d’oeuvrer pour l’unification du Maghreb Arabe dont le Maroc fait partie intégrante.

4) Coopération internationale : Enfin, le Parti de l’Istiqlal estime que le Maroc doit s’engager résolument dans la voie de la coopération internationale en collaborant économiquement avec tous les pays et organismes internationaux dans le respect des souverainetés propres. Cette coopération doit avoir comme mobile l’idéal de prospérité et de bien-être, non plus l’idéal de puissance et de prestige. Le Maroc doit participer à la lutte contre le sous-développement dans les autres contrées et spécialement dans les pays d’Afrique avec lesquels il a des liens particuliers.


Pour une planification générale


Le Parti de l’Istiqlal estime que certains principes conditionnent la réalisation de ses objectifs économiques.

1) Le Parti de l’Istiqlal considère que le progrès des campagnes conditionne le développement du pays. Il est impératif d’accorder la priorité aux masses rurales et les transformations de leurs structures économiques et sociales.

2) Le Parti de l’Istiqlal considère également que le travail constitue le capital essentiel de la nation. Le travail est un devoir pour tous, pour tous les citoyens et en même temps un de leurs droits fondamentaux. Le travailleur a droit à une rémunération qui tienne compte du coût de la vie, de la productivité et de l’impératif que la nation se doit d’adopter à l’investissement. L’union de tous les travailleurs est une des conditions susceptibles de favoriser la réalisation des objectifs économiques du peuple marocain.

3) Le Parti de l’Istiqlal estime que l’Etat doit intervenir dans le domaine économique, dans le cadre d’une planification générale démocratiquement élaborée. Il doit, selon les cas, nationaliser ou contrôler les secteurs économiques clés, tels les crédits, assurances, l’énergie, les transports, les mines et l’industrie de base. La propriété privée et l’initiative privée seront garanties dans la mesure où elles ne constituent ni forme de stérilisation des capitaux, ni un facteur de chômage ou d’incitation à l’oisiveté.

4) Enfin, le Parti de l’Istiqlal estime que le système coopératif doit être étendu et développé. En effet, en organisant les citoyens au stade de la production et de la consommation, ce système permet, notamment, de simplifier les circuits, de réduire les prix de revient et d’augmenter ainsi le revenu et le pouvoir d’achat individuel, il permet d’organiser la nation dans des unités économico-sociales et de développer l’esprit de solidarité chez les citoyens. 


Formation systématique des cadres


Tenant compte de ces principes et pour réaliser les objectifs précédemment énumérés, le Parti de l’Istiqlal estime nécessaire de promouvoir les moyens suivants :

1) La formation systématique des cadres nationaux à tous les échelons doit être entreprise selon un plan rigoureux et constituer l’une des préoccupations principales de l’Etat. La formation des cadres supérieurs doit subvenir en priorité aux besoins des secteurs publics et semi-publics pour inculquer à ces secteurs une pensée nationale. La formation professionnelle doit être généralisée et coordonnée pour la satisfaction des besoins des secteurs public et privé. L’enseignement primaire notamment, doit recevoir une nouvelle orientation plus conforme aux réalités économiques et aux besoins humains des secteurs productifs fixés par le plan.


La réforme agraire et l’industrialisation


2) Dans le domaine de l’agriculture, la réforme agraire doit permettre une transformation profonde et rapide des structures des campagnes et la mise au travail des masses rurales dépossédées de leurs terres par la colonisation et la féodalité. Le but est la régularité de l’augmentation de la production agricole et l’élévation du niveau de vie des populations rurales. En faisant de la terre et de la propriété foncière un moyen et un outil de production, la réforme agraire doit contribuer à une répartition égalitaire du revenu national. Elle doit permettre aux masses paysannes de gérer leurs exploitations dans un cadre collectif et coopératif de nature à rentabiliser les efforts des collectivités et des individuels.

Cette réforme agraire ne sera efficace que si elle est accompagnée d’un effort public en matière d’équipement et de crédit.

3) L’industrialisation est essentielle pour réaliser le plein-emploi, augmenter le revenu national, le pouvoir d’achat des masses et assurer au pays le développement, la prospérité et l’indépendance économique. Parallèlement au secteur privé, qui doit continuer à être aidé, l’Etat doit prendre des participations dans un secteur d’économie mixte et développer un secteur d’Etat absolument indépendant de toute influence étatique.

Ce secteur devra, notamment, s’occuper du développement des industries de base (sidérurgie, grande industrie chimique, etc). Ce secteur d’Etat devra être géré par les travailleurs.

4) Le Maroc devra engager, en accord avec les pays non industrialisés, une action efficace pour trouver une solution aux prix des matières premières, mettre un terme au déséquilibre entre les prix des produits exportés et des biens importés et briser ainsi le pacte colonial dans un de ses aspects encore vivaces d’exploitation. C’est pourquoi d’Etat doit contrôler les matières essentielles et nationaliser les richesses du sous-sol.


Assainir et orienter le commerce extérieur



5) L’Etat doit développer les coopératives de commercialisation des produits bruts. Il doit simplifier les circuits commerciaux, contrôler les prix des denrées et encourager la formation de coopératives de consommation.

En matière d’échanges, avec l’extérieur, l’Etat doit assainir et orienter le commerce extérieur, protéger et développer la marine marchande nationale. Il doit diversifier le marché et développer nos relations avec l’extérieur, l’Etat doit continuer à comprimer nos importations et particulièrement celles de biens non essentiels et cela dans le but de développer l’investissement, protéger l’industrie locale et réaliser l’équilibre de notre balance des paiements.


Pour l’institution d’un service civil



6) Le développement du pays doit être recherché avant tout dans la mobilisation de ses ressources propres tant humaines que matérielles. L’institution d’un service civil est le moyen le plus sûr pour la mise au travail de la nation. Parallèlement, l’épargne nationale doit être encouragée et mobilisée en étendant et en développant le Fonds National d’Investissement.

7) La décentralisation administrative et la déconcentration économique doivent permettre un développement plus harmonieux de l’ensemble du pays. Dans ce but, il est nécessaire de promouvoir une planification régionale, démocratiquement élaborée et d’instituer des organismes de développement régional avec la participation des organisations professionnelles et syndicales. Les investissements et les dépenses publiques doivent recevoir une orientation prioritaires vers les secteurs productifs. Le Parti de l’Istiqlal estime que ce sont là les objectifs économiques capables de relever le niveau de vie des masses populaires, assurer la prospérité du pays et donner au Maroc, sous la direction de S.M. le Roi Hassan II, la place qui lui revient dans le concert des nations. Au moment où les pays s’engagent dans la voie des institutions représentatives, le Parti de l’Istiqlal lance un appel au peuple marocain pour qu’il lutte de toutes ses forces en vue de l’édification de l’économie du pays sur des bases démocratiques rationnelles et pour que les pouvoirs publics s’engagent sans hésitation, ni improvisation dans la voie de l’indépendance économique et de la libération des masses ».
 



Fait à Rabat, le 11 janvier 1963
Signé : Allal El Fassi,
Président du Parti de l’Istiqlal