L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



International

Mali : Bamako dénonce l’accord de défense avec Paris


Rédigé par La rédaction le Mercredi 4 Mai 2022

Le Mali a annoncé la rupture de ses accords de défense avec la France condamnant les "violations flagrantes" de sa souveraineté. Une dénonciation qui intervient alors que les militaires français et européens sont en train de quitter le Mali.



Mali : Bamako dénonce l’accord de défense avec Paris
Le gouvernement malien de transition a annoncé lundi la rupture de ses accords de défense avec la France condamnant les "violations flagrantes" de sa souveraineté nationale par les troupes françaises sur place. Cette décision marque une nouvelle étape dans la dégradation des relations entre les deux pays. Paris juge « injustifiée » la décision du Mali.

Des sources au sein du gouvernement de transition malien, au pouvoir après deux coups d'État, indiquent que le gouvernement français a été informé de leur décision, prise dans un climat de forte tension entre les deux pays.

Les autorités maliennes ont annoncé cette décision dans un communiqué lu à la télévision nationale, dans lequel elle dit avoir constaté "une profonde détérioration de la coopération militaire avec la France" pour trois raisons, la première étant "l'attitude unilatérale du partenaire français qui a décidé les 3 et 7 juin 2021, sans consulter le Mali, de suspendre les opérations conjointes avec les forces armées maliennes et de mettre fin à l'opération Barkhane".

La junte militaire dénonce également "de multiples violations de l'espace aérien malien par des compagnies militaires françaises, malgré l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne temporaire par les autorités militaires maliennes".

La réunion des experts, une "manœuvre dilatoire"

Enfin, le Mali dénonce une "manœuvre dilatoire" de la France lorsqu'elle a demandé "une réunion d'experts pour la relecture du traité de défense au lieu d'envoyer ses amendements, tout cela plus de deux mois après que le Mali ait envoyé ses amendements en décembre 2021".

"Depuis quelque temps, le gouvernement de la République du Mali constate avec regret une profonde détérioration de la coopération militaire avec la France", a déclaré le porte-parole, le colonel Abdoulaye Maiga, dans une déclaration télévisée.

Maiga a cité de multiples cas où les forces françaises ont violé l'espace aérien du pays. Il a également fait référence à la décision prise par la France en juin 2021 de mettre fin aux opérations conjointes avec les forces maliennes. Les tensions entre la France et la junte malienne, qui a pris le pouvoir en août 2000, ne cessent de croître depuis quelque temps.

L'annonce de lundi, menacée à plusieurs reprises au cours des dernières semaines, est la dernière confirmation de la détérioration des relations entre la junte et la France.

Une décision contestée par le Quai d’Orsay

La décision de la junte malienne de dénoncer les accords de défense avec Paris est «injustifiée», a protesté mardi le ministère français des Affaires étrangères, précisant que la France poursuivrait son retrait militaire «en bon ordre» comme prévu dans les prochains mois.

«Informée, le 2 mai, de la décision unilatérale des autorités de transition maliennes de dénoncer» ces accords, la France «considère cette décision injustifiée et conteste formellement toute violation du cadre juridique bilatéral qui serait imputable à la force Barkhane», souligne la porte-parole du Quai d'Orsay dans une déclaration écrite.

Paris a pour autant écarté toute répercussion sur le calendrier du délicat retrait en cours de Barkhane, annoncé en février et censé s'échelonner sur six mois. Le Quai d'Orsay assure qu'elle «poursuivra le retrait en bon ordre de sa présence militaire au Mali, conformément aux engagements pris à l'égard de ses partenaires et dans un souci de coordination et de dialogue respectueux avec les forces armées maliennes».

Par ailleurs, Paris «réaffirme sa vigilance à l'égard de toute tentative de manipulation de l'information» et «rappelle sa détermination à assurer la sécurité de ses soldats et des soldats européens engagés à ses côtés au cours de cette phase de désengagement».

Le Conseil de sécurité de l'ONU a tenu mardi, à la demande de la Russie, une réunion informelle à huis clos sur le Mali, selon des diplomates. Dans une lettre adressée fin avril à l'ONU, obtenue par l'AFP, Bamako avait dénoncé des «violations répétées et délibérées de l'espace aérien national par des aéronefs étrangers, notamment par les forces françaises, à des fins d'espionnage, d'intimidation et de subversion».

 


Lavrov : Wagner au Mali sur une "base commerciale"
 
Le chef de la diplomatie russe estime que la présence de la société paramilitaire privée russe Wagner au Mali et en Libye s’établit sur une "base commerciale". Dans un entretien avec la télévision italienne Mediaset, Sergueï Lavrov a réitéré la position de Moscou selon laquelle Wagner "n'a rien à voir avec l'État russe".

Réputée proche du président Vladimir Poutine, la société Wagner est accusée d'employer des mercenaires auteurs d'exactions au Mali, en Libye et en Syrie. Selon lui, Moscou a donné des explications à la France à ce sujet lorsque le gouvernement français est "devenu nerveux car Wagner a signé un accord avec le gouvernement du Mali pour la fourniture de services de sécurité".

Lavrov a aussi révélé qu’en septembre 2021, " Jean-Yves Le Drian, Josep Borrell, lui ont directement signifié que « la Russie n'avait rien à faire en Afrique, ni par des moyens étatiques, ni par des moyens privés, car l'Afrique est une zone (d'intérêts) de l'UE et de la France".

"Nous avons également expliqué" qu'en Libye, "cette compagnie militaire privée a été invitée par les autorités à Tobrouk, où se situe le Parlement", a-t-il ajouté. "Ils sont présents là sur une base commerciale, de même qu'au Mali", a assuré le chef de la diplomatie russe.

Le gouvernement de Bamako, issu d'un coup d'État militaire, évoque pour sa part la présence sur son territoire de simples conseillers russes. Entre "10 à 20.000" mercenaires de la société paramilitaire russe Wagner ou combattants syriens et libyens luttent en ce moment aux côtés des forces russes en Ukraine, selon un responsable européen.
 



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 5 Octobre 2022 - 17:07 L’Europe affiche son soutien aux Iranien(ne)s







🔴 Top News










 
Other