Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Liban : Un pays toujours sur du charbon ardent


le Lundi 8 Mars 2021

Des manifestants libanais ont bloqué, dimanche, plusieurs routes du pays pour la sixième journée consécutive, protestant contre les conditions économiques et de vie difficiles.



Liban : Un pays toujours sur du charbon ardent
Les militants de Saidon (Tyr) se sont rassemblés sur la «Place de la Révolution» à l’intersection Elia à Sidon, et ont allumé des pneus pour protester contre le taux de change élevé du dollar, les difficultés de vie et les prix élevés, et ils ont également fermé un côté de la route, au milieu mesures de sécurité.

L’Agence nationale de presse a déclaré que la route côtière de Jiyeh avait été rouverte, après la présence de l’armée libanaise, car la route sur les deux voies de l’autoroute était témoin de la circulation dans les deux sens, tandis que les jeunes manifestants se retiraient sur le bord de la route pour faciliter la circulation. Les manifestants sont descendus dans les rues du Liban, bloquant les routes et affrontant les forces de sécurité pour protester contre la détérioration des conditions économiques qui ont vu la monnaie libanaise chuter à des niveaux records.

Dans un reportage samedi, l’Agence nationale de presse officielle (ANI) a déclaré qu’un certain nombre de manifestants avaient bloqué l’autoroute Choueifat dans le sud-ouest de Beyrouth.

Un camion fonce sur les manifestants

Un chauffeur local, qui insistait pour passer, a écrasé la foule, blessant sept personnes. Cela a incité les forces de sécurité à mettre le conducteur en état d’arrestation et les manifestants à incendier son véhicule. Les gens ont également organisé des rassemblements dans la ville de Saidon, dans le sud-ouest du pays, bloquant une route et incendiant des conteneurs à ordures. À Tripoli, la deuxième plus grande ville du pays, des manifestants ont étranglé une autoroute en garant des camions, en mettant le feu à des pneus et en entassant des pierres.

Des protestations ont également été signalées ailleurs dans le pays, où un dollar a été évalué à environ 10.000 dinars libanais.

Le Président Michel Aoun a ordonné une enquête sur la simple baisse de la valeur de la monnaie nationale et la punition des responsables de la corruption potentielle qui a provoqué la situation. L’économie est en chute libre depuis que l’ancien Premier ministre Saad Hariri a annoncé sa démission et celle de son cabinet en octobre 2019.

Entre divisions internes et pressions externes

Depuis, les divisions internes et les pressions externes de certains pays occidentaux, dont la France - ancienne puissance coloniale du Liban - sur la configuration de tout nouveau gouvernement, ont empêché la formation d’un cabinet formel qui pourrait entamer des négociations d’assistance économique avec l’International Monetary. Fonds (FMI).

Et le chef du gouvernement provisoire libanais, Hassan Diab, a menacé samedi de s’abstenir d’exercer ses fonctions, pour faire pression sur les politiciens pour accélérer la formation d’un nouveau gouvernement.

Des groupes de manifestants incendient quotidiennement des pneus pour bloquer les routes à travers le pays, depuis que la monnaie libanaise a plongé à un nouveau plus bas mardi. 

Samedi, des manifestants ont manifesté devant l’Association des banques du Liban, exigeant l’accès à leurs dépôts, puis se sont rendus au bâtiment du Parlement au centre-ville de Beyrouth pour exprimer leur frustration face à la détérioration des conditions économiques.

Certains espèrent que le nouveau cabinet mettra en œuvre les réformes nécessaires pour obtenir des milliards de dollars d’aide internationale, mais la crise politique dans la formation du gouvernement se poursuit.

Le gouvernement de Diab a démissionné à la suite de l’attentat à la bombe de Beyrouth le 4 août, qui a détruit une grande partie de la capitale, Beyrouth. Saad Hariri a été nommé Premier ministre en octobre, mais il n’a pas encore réussi à former un nouveau gouvernement en raison d’une crise politique avec le président Michel Aoun.

Le Premier ministre par intérim Hassan Diab, quant à lui, a prononcé une allocution télévisée, s’en prenant aux pieds nus qui avaient empêché la formation d’un nouveau gouvernement.

«Les Libanais souffrent d’une grave crise sociale qui risque de s’aggraver si un nouveau gouvernement capable n’est pas formé, un gouvernement animé par une impulsion politique interne et un soutien externe pour faire face à cette crise», a-t-il déclaré.

«L’équation est claire: nous ne pouvons pas résoudre la crise sociale sans résoudre la crise financière; nous ne pouvons pas résoudre la crise financière sans reprendre les négociations avec le FMI; nous ne pouvons pas poursuivre les négociations avec le FMI sans entreprendre des réformes, et nous ne pouvons pas mener de réformes sans former un nouveau gouvernement », a-t-il noté.

Les Libanais seraient dans une crise d’appartenance
Le patriarche maronite Béchara Boutros Al-Rai a commenté les manifestations libanaises en cours pour la sixième journée consécutive, pour protester contre les conditions économiques et de vie difficiles, dans un contexte de crise de la valeur de la monnaie nationale par rapport au dollar. Boutros a dit dans son sermon que les Libanais ne sont pas dans une crise du système, mais plutôt dans une crise d’appartenance à l’essence de l’idée libanaise, ajoutant qu’il vaut mieux que le peuple explose et que la nation reste, que la nation explose et que les gens ne doivent pas rester », comme il l’a dit.

Il a poursuivi: «Mais nous resterons, et le peuple est plus fort que les agresseurs de la patrie, quels que soient leurs moyens», notant que «si des crises surviennent en raison de l’application de la constitution, nous dirions que c’est une crise du système, mais elle s’est produite en raison de la désobéissance au système, conduisant à la possession de l’État et à la falsification de la patrie et des citoyens».

Al-Ra’i a estimé que ce qui se passe en termes de formation du gouvernement en est la plus grande preuve, et cela n’a rien à voir avec les articles constitutionnels, en particulier les articles 53 et 64 relatifs à la méthode de mandat, de formation et de signature, mais plutôt le rapport à l’identité d’un Liban unique, unifié, neutre et démocratique (...).

  


Dans la même rubrique :
< >