Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Liban: Nasrallah pour un gouvernement dans les trois jours, Berri ne lâche pas les Finances


Rédigé par la rédaction le Lundi 16 Août 2021

Hassan Nasrallah, a appelé à la formation du gouvernement «d’ici trois jours, au plus tard», au moment où Nabih Berri insiste à octroyer le portefeuille des Finances à Youssef Khalil.



Le président de la chambre Nabih Berri insisterait à nommer le responsable des opérations financières de la Banque du Liban, Youssef Khalil comme prochain ministre des finances au sein du gouvernement Mikati III, indiquent certaines sources, en dépit du véto de la Présidence de la République qui rappelle que ce dernier fait l’objet d’importantes suspicions dans le cadre de l’audit juricomptable des comptes de la banque centrale et de la politique monétaire.

Khalil serait ainsi à l’origine, avec le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, des fameuses opérations d’ingénieries financières menées de 2016 à 2018, qui ont couté à la BDL 24 milliards de dollars au profit des banques libanaises. Ces opérations pourraient ainsi avoir porté le coup de grâce à la Banque du Liban et engagé d’importantes pertes financières.

Par ailleurs, si on espère des progrès rapides sur le plan de la formation du gouvernement après la tragédie du Akkar, de nouveaux obstacles semblent avoir apparus en dépit de la flexibilité du Président de la République, le général Michel Aoun, qui a accepté finalement de voir revenir le ministère de l’intérieur à la communauté sunnite pour conserver celui de la justice.

Quelque progrès dans le processus

Désormais, certains partis revendiqueraient les ministères de la santé, de l’énergie et des ressources hydrauliques, des travaux publics ou encore celui des affaires sociales, un portefeuille d’autant plus clé qu’il pourrait servir de tremplin électoral pour les élections de mai 2022. Walid Joumblatt, qui avait d’abord revendiqué ce portefeuille, se serait déclaré être prêt à le céder en échange du ministre de la santé qui devait revenir au Hezbollah ou encore pour celui des travaux publics à l’origine prévu pour être accordé au mouvement Marada.

Par ailleurs, des noms de ministres potentiels seraient désormais évoqués, indiquant un certain progrès sur ce dossier même si la tension politique s’est à nouveau affermie suite à la tragédie du Akkar.

Dimanche, le secrétaire général du groupe libanais «Hezbollah», Hassan Nasrallah, a appelé à la formation d’un nouveau gouvernement «d’ici trois jours, au plus tard.

Lors d’un «Conseil d’Achoura» mis en place par le parti dans la banlieue sud de la capitale Beyrouth, Nasrallah a déclaré qu’un gouvernement « doit être formé dans les trois jours au plus tard, sinon tout le monde aura commis un crime contre ce pays».

Depuis le 26 juillet dernier, Najib Mikati peine à former un gouvernement pour succéder à l’actuel gouvernement d’Hassan Diab, en raison de différends entre les forces politiques qui entravent la formation du gouvernement.