Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Les sept pays les moins prospères au monde sont en Afrique subsaharienne

Dr Stephen Brien, Directeur des politiques de The Legatum Institute


Rédigé par Wolondouka SIDIBE le Lundi 30 Novembre 2020

Legatum Institute vient de publier son rapport annuel « Legatum Presprity Index ». Cent soixante sept pays dont 53 Etats africains y compris le Maroc sont analysés à travers 12 critères. Neuf des dix pays les moins bien classés au monde se trouvent en Afrique, dont sept en Afrique subsaharienne. Entretien avec Dr Stephen Brien, Directeur des politiques de Legatum Institute.



Les sept pays les moins prospères au monde sont en Afrique subsaharienne
Quelles sont les principales conclusions de l’édition 2020 de Legatum Prosperity Index ?
L’indice de prospérité Legatum 2020 révèle qu’avant la pandémie COVID-19, la prospérité mondiale atteignait un niveau record, 147 pays sur 167 ayant vu leur prospérité augmenter au cours de la dernière décennie. Cela s’explique par une amélioration de la santé, de l’éducation et des conditions de vie et par des économies plus ouvertes dans le monde. Cependant, l’amélioration observée au cours des 12 derniers mois n’avait pas suivi le rythme des deux années précédentes, l’Asie-Pacifique et l’Europe de l’Ouest ayant stagné et l’Amérique du Nord se détériorant légèrement. En outre, la stagnation de la liberté personnelle et de la gouvernance dans le monde freine l’amélioration de la prospérité.

Qu’en est-il de l’Afrique dans son ensemble ?
Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA) a connu des progrès lents en matière de prospérité depuis 2010 et a sous-performé par rapport à la moyenne mondiale, mais la région a connu des améliorations dans certains domaines. L’Afrique subsaharienne est la troisième région la plus prospère depuis 2010, mais elle reste la moins performante des sept régions couvertes par l’indice. Au cours de la dernière décennie, il y a eu des améliorations en matière de santé dans presque tous les pays de la région, avec des améliorations substantielles des interventions préventives et des systèmes de soins. Tous les pays d’Afrique subsaharienne ont développé leur infrastructure de télécommunications et la plupart ont vu leur environnement d’investissement s’améliorer au cours des 10 dernières années. Cependant, la région a connu la deuxième plus forte baisse de la sûreté et de la sécurité depuis 2010, car elle continue d’être affectée par des conflits internes et une augmentation du terrorisme. En outre, la qualité économique s’est détériorée en Afrique subsaharienne, avec une dette publique croissante et des taux d’inflation très volatils à l’origine de la baisse.

Bien entendu, les États africains ne sont pas tous dans le même bateau. Quels sont les pays où la prospérité moins visible ?
Alors que l’Afrique subsaharienne reste la moins performante des sept régions couvertes par l’indice, c’est la troisième région qui a connu des améliorations. Deux des pays qui se sont le plus améliorés au cours de la dernière décennie sont de la région : la Côte d’Ivoire (124ème) et Togo (140ème). L’amélioration en Côte d’Ivoire est large et elle a été obtenue grâce à l’adoption par le gouvernement d’un plan de développement national définissant une série de réformes sociales et économiques à mettre en œuvre en 2016-2020.

Cependant, neuf des dix pays les moins bien classés au monde se trouvent en Afrique, dont sept en Afrique subsaharienne : Soudan du Sud (167ème), République Centrafricaine (166ème), Tchad (164ème), Somalie (163ème), République démocratique du Congo (161ème), l’Érythrée (160ème) et le Soudan (159ème). Bien que la situation dans chacun de ces pays soit différente, la majorité a des performances particulièrement faibles en matière de sécurité, de gouvernance, d’environnement d’investissement, de conditions de vie et d’éducation.

Quelles sont les causes profondes ? Peut-on parler de situations cycliques ou structurelles ?
Il existe de grandes variations dans la performance des différents pays à travers l’Afrique, et les interventions nécessaires pour accroître la prospérité dans un pays ne seront pas les mêmes que celles nécessaires ailleurs. Cependant, certains facteurs sont communs à de nombreux pays africains, tels que la détérioration de la sécurité et le déclin de la liberté personnelle. À travers le continent, il existe un modèle plus large démontrant à quel point la qualité des institutions est essentielle au développement de la prospérité. 

Le défi de la transformation auquel l’Afrique est confrontée concerne le changement, mais pour relever ce défi, les institutions plus larges d’un pays doivent permettre ce changement. Les marchés sont-ils vraiment contestables ? Le pouvoir politique peut-il être transféré ? Le gouvernement peut-il fonctionner efficacement ? Le contrat social facilite-t-il le changement ?
Ce sont des questions importantes que chaque nation africaine doit prendre en considération, afin que les dirigeants et le gouvernement puissent prendre des mesures pour s’améliorer. Mais la bonne nouvelle est que de nombreux pays ont montré qu’ils pouvaient s’améliorer et atteindre des performances élevées - par exemple, la Côte d’Ivoire a fait des progrès exceptionnels dans les conditions des entreprises, le Rwanda a considérablement renforcé sa gouvernance et le Botswana a enregistré des progrès spectaculaires dans le domaine de la santé. 

Propos recueillis par
Wolondouka SIDIBE

Encadré

TLI, pour une prospérité partagée
The Legatum Institute (TLI), un think tank basé à Londres est engagé en faveur de la prospérité et de la transformation de la société. Il vient de publier la quatorzième édition de son rapport annuel «The Legatum Prosperity Index ». L’édition 2020 de cet indice évalue la performance de 167 pays en matière de prospérité. En s’adressant aux décideurs politiques et économiques, aux investisseurs, aux académiciens et chercheurs, aux philanthropes, aux journalistes et aux acteurs de la société civile, l’indice se veut être un outil pour faciliter la transformation. Le Prosperity Index est divisé en trois domaines et regroupe douze piliers particuliers qui sont jugés déterminants pour la prospérité. Ces trois domaines sont: Sociétés inclusives (Inclusive Societies); Économies ouvertes (Open Economies); Qualité économique (Economic Quality); Peuples habilités (Empowered People). En tout, l’indice composite est fondé sur 66 éléments d’action politique et se base sur 294 indicateurs individuels. L’indice peut prendre un score entre 0 (la plus mauvaise performance) et 100 (la meilleure performance).

Legatum Prosperity Index
Les forces et faiblesses du Maroc
Dans son analyse, Dr Stephen Brien, Directeur des politiques de Legatum Institute, (lire l’entretien cicontre), souligne qu’avant la pandémie du Covid-19, « le Maroc était le 96ème pays le plus prospère du monde, ayant vu sa prospérité s’améliorer au cours de la dernière décennie.

Le Royaume a une économie relativement forte et ouverte, avec des performances particulièrement fortes pour son accès au marché et ses infrastructures, pour lesquelles il est classé 58ème dans le monde, après avoir constaté une amélioration significative au cours de la dernière décennie, grâce au renforcement des infrastructures de communication et de transport et à la diminution des distorsions du marché ». Et d’ajouter qu’en outre, « les conditions des entreprises marocaines se sont considérablement améliorées depuis 2010, car le fardeau de la réglementation a diminué et la flexibilité du marché du travail s’est accrue, et l’environnement d’investissement s’est également amélioré à mesure que les droits de propriété et la protection des investisseurs ont été renforcés et que les écosystèmes de financement sont devenus plus solides ».

Cependant, estime Dr Stephen Brien, avec de nombreux pays du monde, « la croissance de la prospérité du Maroc est freinée par la détérioration de la gouvernance et le déclin des libertés personnelles.

Le Royaume a également des performances particulièrement médiocres pour le capital social, se classant à la 164ème place dans le monde après avoir connu une détérioration significative des relations personnelles et familiales, de la confiance institutionnelle et de la participation civique et sociale au cours des 10 dernières années ». 

Performances particulières
« En outre, bien que les performances du Maroc en matière de santé et d’éducation se soient renforcées au cours de la dernière décennie, il y a encore des domaines à améliorer, en particulier, le Royaume n’est classé que 161ème pour la santé mentale et a vu la santé physique de ses citoyens se détériorer depuis 2010 ». Enfin, rappelons, toujours selon le rapport 2020 de Legatum Prosperity Index, que le premier pays africain du classement occupe le 44ème rang mondial. Et c’est l’Île Maurice qui occupe la pole position en maintenant son rang de 2019. Parallèlement, certains pays ont perdu des places dans ce nouveau classement. Cependant, 9 pays du continent sont parmi les 100 premiers Etats dans le monde les plus prospères, lit-on dans le rapport du Think Tank londonien. Il bon de souligner, in fine, que l’indice de prospérité et le classement des pays qui en découle sont par nature relatifs, c’est-à-dire que l’indice mesure la prospérité d’un pays par rapport à celle des autres pays, et non pas le niveau absolu de la prospérité.
W. S.