Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Les sans briquets, à court de vape

Société

Rédigé par Kenza AZIOUZI le Jeudi 26 Mars 2020

L’industrie de la vape et son économie sont en souffrance depuis l’apparition de la pandémie du COVID19-, les vapoteurs ont le blues.



Les sans briquets, à court de vape
Coup dur pour l’industrie de la vape. Considérés comme non-essentiels, les magasins spécialisés dans le matériel de cigarette électronique doivent, eux aussi, baisser les rideaux. Pris de court, les vapoteurs sont en manque de leur dose de nicotine. Une situation bien plus difficile en cette période particulière, qui peut générer un stress et pousser certains à vouloir fumer et vapoter davantage.

Le souci est que les consommateurs ne comprennent pas forcément le risque auquel ils s’exposent. Pour se procurer des produits de vapotage, des cigarettes, il faut faire des transactions, et donc, se rapprocher des gens.

On cite également le comportement social. On va souvent vapoter ou fumer en compagnie d’autres personnes, ce qui va à l’encontre des mesures d’hygiène et de sécurité pour empêcher la propagation du virus.

Généralement, les fumeurs commencent à vapoter dans l’objectif de cesser de fumer, ou au moins, de diminuer la consommation. Or, s’ils sont en manque de liquide ou de matériel pour faire fonctionner leurs cigarettes élec-troniques, ils vont revenir à la cigarette.

« Je suis en manque de liquide, je n’ai pas été prévenu de la fermeture des magasins et je n’y ai moi-même pas pensé. Du coup, je suis en permanence stressé, et la situation actuelle n’aide pas non plus. Je n’ai jamais ressenti le besoin de fumer comme aujourd’hui, ce qui m’a poussé à me tourner vers la cigarette », affirme Anas, un grand consommateur de vape qui, de toute évidence peine à s’adapter à la situation.

 

Encore plus de risques pour les vapoteurs

Des études chinoises, récemment publiées dans la revue New England Journal of Medecine, démontrent que les fumeurs et les vapoteurs sont plus susceptibles d’être affectés par la pandémie du coronavirus. Celle-ci montre un lien entre le statut tabagique et un risque deux fois plus important de présenter une « forme sévère » de Covid-19.

Une fois contracté, le risque de développer une « forme très sévère » de l’infection, nécessitant une ventilation artificielle voire même un passage dans un service de réanimation et pouvant conduire au décès, serait même augmenté de 133% par rap-port à celui d’un nonfumeur. Dans les détails, les données de l’étude indiquent que la forme sévère du Covid-19 se développerait chez 14% des non-fumeurs contre 21% des fumeurs atteints.

Service livraison

Les magasins de e-cigarettes sont fermés, c’est un fait. Néanmoins, il reste toujours le moyen de se faire livrer. Plusieurs spécialistes de la cigarette électronique au Maroc, comme « Mycig » dont toutes les boutiques sont actuellement fermées jusqu’à nouvel ordre, offrent la possibilité de se faire livrer, et gratuitement si la commande dé-passe 300 Dhs, et ce, partout dans le royaume.

Kenza AZIOUZI