Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Les Anesthésistes-Réanimateurs alertent sur le manque de moyens humain et matériels


Rédigé par La rédaction le Dimanche 9 Août 2020

La Fédération Nationale des Médecin Anesthésistes-Réanimateurs (FNAR), sonne le tocsin sur le manque de personnels et matériels déployés pour lutter contre la Covid-19, dans une période marquée par la flambée des cas, «correspondant au début de la deuxième vague nationale de l’épidémie».



Les Anesthésistes-Réanimateurs alertent sur le manque de moyens humain et matériels
Alors que le Royaume connait une flambée des contaminations, la Fédération Nationale des Médecin Anesthésistes-Réanimateurs (FNAR), alerte sur «l'insuffisance marquée et antérieure à la crise, des ressources humaines en Anesthésie, Réanimation et Médecine d’urgence, désormais épuisées, en manque de reconnaissance et de motivation», soulignant que les ressources matérielles et médicamenteuses essentielles, de moins en moins disponibles.

Ainsi, la FNAR a listé une série de recommandations afin de «préparer une riposte forte et efficace lors du pic de prévalence attendu en début septembre prochain».

En tête de liste des recommandations, vient la mise en place d’un réel partenariat Public-Privé. «Etant donné la réactivité et l'efficacité démontrées de certaines expériences de partenariats public privé à Tanger et Casablanca à titre d'exemple, les autorités sanitaires sont appelées à impliquer le secteur privé non seulement dans le diagnostic clinique et biologique de la maladie mais aussi dans la prise en charge, le suivi et le traitement des malades COVID, en autorisant l'hospitalisation des cas confirmés dans les structures privées, accréditées et volontaires, et la délivrance de l'hydroxychloroquine sous ordonnance médicale émanant des deux secteurs par les Officines», précise-t-on. La Fédération appelle également à accélérer l'accréditation des laboratoires d'analyses médicales privés, et ce pour «suivre la cadence d'apparition des nouveaux cas et la précocité de prise en charge à travers tous le territoire national».

Par ailleurs, les médecin Anesthésistes-Réanimateurs appellent à optimiser le rendement des Médecins Réanimateurs et des services de Réanimation publics. Dans ce sens, ils appellent à la création des Unités de Soins Intensifs (USI) sur les sites d'hospitalisation libérés des patients asymptomatiques et pauci-symptomatiques : Ces USI seront gérées par des «non réanimateurs» (Infectiologues, Pneumologues, Urgentistes, Médecins généralistes, Chirurgiens...) dans l'objectif de soulager les services de Réanimation.

Il s’agit également de réserver l'accès aux services de Réanimation exclusivement aux patients en détresse vitale pour optimiser le rendement de ces services. «Les Réanimateurs déjà en sous effectif, ne devraient pas être sollicités pour les tâches de gestion ni d'administration et devraient dédier la totalité de leurs heures de travail aux soins de réanimation !», ajoute la FNAR. Finalement, la Fédération appelle à la création dans toutes les structures, de circuits COVID, non COVID et tampon, pour pouvoir protéger les patients, ainsi que le personnel soignant, et continuer à prendre en charge correctement les autres pathologies.