Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le Théâtre national Mohammed V se réinvente


Rédigé par Rachid Tarik le Samedi 27 Mars 2021

Le nouveau statut de cet ancien établissement culturel public permettra de mieux accompagner la dynamique artistique, suscitée par la création de plusieurs complexes culturels de proximité, afin de rapprocher l’art du grand public tout en répondant aux nouvelles tendances des arts de la scène.



Le Théâtre national Mohammed V se réinvente
60 ans et toutes ses coulisses… Le Théâtre Mohammed V a revêtu ses habits neufs pour célébrer en ce mois de mars la Journée mondiale du Théâtre et entamer la célébration de son 60ème anniversaire qui s’étalera jusqu’en mars 2022.  Les personnes qui s’inquiétaient de l’avenir du Théâtre Mohammed V (TMV), après la polémique, suscitée par la suppression ou non de la mention« national », ont ainsi rendez-vous de belle manière avec le TMV qui continuera à accomplir sa fonction sur la scène artistique, mais d’une autre manière.

Créé juste après l’indépendance du pays et témoin d’une époque, marquée par un intense bouillonnement culturel, cet établissement public se voit confier de nouvelles missions. Un changement dû, notamment, à l’émergence de nouveaux théâtres à Casablanca, Oujda, Tanger, Kénitra, etc. Mais surtout à l’approche de l’inauguration du Grand Théâtre Mohammed VI de Rabat, prévue cette année. Un bijou architectural, conçu par feue l’architecte anglo-irakienne Zaha Hadid, lauréate en 2004 du « Prix Pritzker », considéré comme le « Prix Nobel d'architecture ».

Durant les années 60 et 70, le TMV fut, par excellence, le lieu à partir duquel ont été diffusées, chaque samedi, des soirées artistiques magiques. Qui se rappelle de ces rendez-vous, attendus avec impatience par des familles toutes entières ? Parfois, ces familles invitaient leurs voisins qui ne possédaient pas encore de poste TV à venir partager avec elles ces moments de bonheur.

A l’époque, la scène artistique était dominée par des figures artistiques populaires : les humoristes Abderrahim Tounsi (alias Abderraouf) ; Fetouaki Nassiri (dit Mohamed Belkass) ; les comédiens Ahmed Tayeb Laâlej, les frères Badaoui, Tayeb Saddiki, Hassan El Joundi, Abdessamad Kenfaoui, Abdallah Chakroun, etc. Il y avait aussi les troupes de musiques populaires El Ghiwane, Jil Jilala, Lamchaheb, Tagada, les Frères Megri, etc. Sans oublier notamment l’orchestre de l’ex-Radio Télévision Marocaine (RTM) et aussi ceux dirigés par les musiciens Driss Ben Abdeslam et Ahmed El Baidaoui. Encore pour rafraîchir la mémoire, ce théâtre a aussi accueilli de grandes vedettes internationales : Adil Imam, Jean-Paul Belmondo, Guy Bedos, Pierre Perret, Nana Mouskouri, le Ballet russe du Bolchoï, etc.

Après ce voyage dans le passé, retour sur le présent. Devant le TMV, les gens passent et repassent. « Je suis un ancien habitant de Rabat.  Jeune, je jouais avec des amis ici au football sur le terrain où a été construit le théâtre. Il y avait aussi des cabanes, habitées par des Français. Avec les jeunes de mon âge, nous allions à la mer, qui était aussi une de nos distractions. C’était magnifique. C’était aussi une période propre. Il n’existait pas de drogues pour les jeunes ». Etiez-vous présent, lorsque la chanteuse égyptienne, Oum Keltoum, appelée « L’astre de l’Orient », s’était produite, lors de trois concerts en mars 1968, dans ce même théâtre ? « Non, je ne me rappelle pas », a conclu cet ancien habitant. Etes-vous au courant du nouveau statut de ce théâtre ? : « Je n’en ai jamais entendu parler ni dans la presse ni sur les réseaux sociaux », a répondu un jeune, avant d’ajouter : «Cette institution culturelle fait partie de la mémoire nationale qu’il faut protéger ».

Grâce à son nouveau statut, ce théâtre mythique continuera son œuvre. Les nouvelles missions qui lui ont été attribuées lui permettront de mieux accompagner la dynamique artistique, suscitée par la création de plusieurs complexes culturels de proximité, afin de rapprocher l’art du grand public. Autres missions prévues par le nouveau statut : la création entre autres d’un centre d’archives et de documentation consacré au théâtre et la réalisation d’un magazine du Théâtre Mohammed V.

Le TMV se doit aussi d’assurer une bonne coopération avec les troupes, les associations et les organismes professionnels, liés aux arts de la scène. Sur ce registre, les membres du Conseil d’Administration passeront de 17 à 19 membres, afin de permettre aux représentants des troupes théâtrales d’y siéger, selon le nouveau statut du TMV.

Autre attribution : participer aux festivals au Maroc et à l’étranger. « Nous avons un projet avec l’Union Européenne pour la numérisation de la salle, afin de continuer à abriter le Festival du cinéma européen, dont la projection des films dépend des nouvelles technologies avancées», a indiqué Mohammed Benhsain, directeur du TMV.

Devant le nombre excessif des missions à remplir, des informations relatives à la création d'une fondation nationale de la culture pour superviser tout ce travail confié au TMV circulent. Mais il reste à les vérifier. « Je ne suis pas au courant de cette information, relative à un projet de création d’une fondation, mais je ne suis pas contre. Une fondation va alléger la lourdeur administrative et attirera, par conséquent, les mécènes. Cela rendra service à la culture», a conclu M. Benhsain. Mais en attendant que tous ces projets se concrétisent, l’équipe du TMV s’apprête à lancer, cette année, la célébration du 60ème anniversaire de ce théâtre mythique.

3 questions à Mohammed Benhsain, directeur du Théâtre Mohammed V (TMV)

 
 
  • Concrètement, quelles seront les nouvelles missions confiées à cet établissement culturel public que vous dirigez ?
  • Le Théâtre Mohammed V (TMV) s’est vu attribuer de nouvelles missions, notamment la création d'un centre de documentation et d’archives, dont les plans ont été adoptés ces derniers jours. Ce nouveau centre de recherche sera installé au 4ème étage du théâtre, là où se trouvaient les salles de classe de l'Institut supérieur d’arts dramatiques et d’animation culturelle (ISADAC), et dont le nouveau siège est en cours de construction à Rabat. Ajouter à cela la création d’un magazine du théâtre qui débutera en forme numérique. Parmi ses autres missions : promouvoir le théâtre, produire ou contribuer à la production des œuvres théâtrales, encourager la recherche et la création dans le domaine du théâtre, assurer la formation artistique et technique dans le domaine du théâtre. Toutes ces nouvelles missions concernent également les arts de la scène.
  • Parmi les nouveaux objectifs du Théâtre Mohammed V, accompagner les nouvelles tendances artistiques. Comment ?
  • Notre théâtre est devenu une salle polyvalente qui permet d’accueillir tous les genres artistiques : musique, théâtre, danse, etc.  Ainsi, le TMV ne se contentera plus d’accueillir des spectacles, notre établissement culturel produira des œuvres avec une nouvelle génération de femmes et d’hommes de théâtre. Aujourd’hui, notre pays est en train de récolter les fruits du travail de l’ISADAC, grâce aux lauréats de cet institut qui se produisent sur plusieurs scènes et qui forment une nouvelle génération d’artistes. Concernant notre production théâtrale, nous pouvons citer, notamment, la réalisation de deux pièces de théâtre : l’une en langue amazigh  avec la troupe  Tifswin pour le Théâtre Amazigh   à Al Hoceima et la production de la deuxième version de la  pièce du théâtre à succès  « Nayda »  qui a  été récompensée par le grand « Prix du Théâtre professionnel » en 2015.
  • Quels sont vos projets ?
  • Nous allons commencer, cette année, les célébrations du 60ème anniversaire du TMV, qui seront achevées par une grande fête le 14 mars 2022, date de l’inauguration de ce théâtre par feu Hassan II le 14 mars 1962, correspondant aux célébrations de la première fête du Trône le 3 mars de cette même année. Par ailleurs, nous allons mettre en œuvre les nouvelles missions qui lui ont été attribuées. Cet établissement culturel continuera son œuvre pour devenir une référence internationale tout en servant le grand public de Rabat et la région. Pour répondre à ces grands défis, des rénovations ont concerné tous les espaces du théâtre, notamment au niveau de la scène, les salles, les sièges et l’acoustique.