Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

En pleine crise du coronavirus, un chinois meurt du Hantavirus


Rédigé par A.C le Jeudi 26 Mars 2020

En cette crise de pandémie du coronavirus, une mauvaise nouvelle vient d’être diffusée, ce mardi, par plusieurs médias internationaux.



Cette information fait état d’un citoyen chinois décédé dans un bus, dans la province de Yunnan. Sa mort ayant été attribuée à une infection par un Hantavirus.  Ce virus, selon l'OMS, peut provoquer des maladies variées chez les humains, mais il est généralement transmis par les rats. Heureusement, contrairement à coronavirus, ce virus n'est pas infectieux et ne se transmet pas par contact physique, mais par contact avec des rongeurs. Il ne peut pas passer d’un être humain à l’autre, à moins qu’un individu infecté soit touché au niveau des yeux, du nez ou de la bouche après avoir contracté la maladie. Ces symptômes vont de la fièvre aux maux de tête, en passant par les douleurs musculaires et la nausée.
 
Il existe plusieurs souches d’hantavirus. Selon les souches, le virus affecte les poumons, provoquant un syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH). Il affecte aussi les reins, provoquant une fièvre hémorragique avec syndrome rénal (FHSR). Cependant, selon l'Organisation Mondiale de Santé, un grand nombre de symptômes sont identiques dans les deux maladies.
 
Le syndrome pulmonaire a été identifié pour la première fois dans le sud-ouest des États-Unis en 1993. Aux Etats-Unis, environ 697 cas ont été enregistré. Des cas sont également apparus au Canada et dans différents pays d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Le syndrome rénal survient surtout dans certaines régions d’Europe, en Corée, en Chine et en Russie.

  


Dans la même rubrique :
< >