Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

En direct avec la secrétaire d’Etat au sport espagnol : le sport résiste bien à la pandémie


Rédigé par Rachid Madani (Traduit de l’espagnol) le Jeudi 31 Décembre 2020

Irene Lozano se passionne pour le sport, qui n'était pas son domaine. Elle a été la seule secrétaire d'État au Sport à avoir réussi à remettre les présidents de la RFEF et de la Liga à leur place. Elle est connue pour avoir contribué au développement et à l’épanouissement du sport espagnol sur tous les plans.



En direct avec la secrétaire d’Etat au sport espagnol : le sport résiste bien à la pandémie
Irene Lozano se passionne pour le sport, qui n'était pas son domaine. Elle a été la seule secrétaire d'État au Sport à avoir réussi à remettre les présidents de la RFEF et de la Liga à leur place. Elle est connue pour avoir contribué au développement et à l’épanouissement du sport espagnol sur tous les plans.   
     A la veille de l'année olympique, elle reçoit la presse espagnole dans son bureau pour expliquer qu'elle aimerait continuer à aider et à profiter de Tokyo 2021.
"Chacun a un plan jusqu'à ce qu'il reçoive le premier coup de poing". La phrase prononcée par Mike Tyson est affichée à côté de son bureau, spécialement disposée pour qu'elle puisse travailler debout.                                                                                                               
Q - La semaine dernière, vous avez rencontré les représentants des ligues professionnelles, La Liga de football et l’ACB de basket, pour le retour du public dans les stades. Avec l’augmentation des contagions Covid-19 et l’évolution de la pandémie, pensez-vous que les prévisions ne sont pas bonnes ?                                                                                                                                                                                        
R- Eh bien, ce fut une réunion très constructive, nous avons rapproché nos positions et j'apprécie l'effort de responsabilité que Javier Tebas et Antonio Martín ont fait, en envoyant un message de prudence à la société. Nous avons également évoqué la nécessité de repenser la question du retour asymétrique du public dans les stades, qui était également importante pour eux. Si ça marche bien, je pense qu'il vaut mieux éviter ce qui pourrait nuire au football et au basket espagnols.                 

     Q- Cela ne semble pas facile... Ils semblaient très optimistes, mais il ne sera pas facile pour les clubs d'accepter que certains stades puissent accueillir un public alors que d’autres ne le peuvent pas. Par exemple : les supporters au stade Villeréal (qui ne nécessite pas de transport en métro, ou des foules immenses) oui, et au Bernabéu non.                                                                                                                  
R- C'est que ce sera toujours le cas s'il y a un accord entre tous les clubs. Évidemment. La base d'une concurrence loyale est que les règles soient les mêmes et que tout le monde les accepte. Bien sûr, tout ce que nous faisons sera débattu et accepté par tous.                                                                                                  
Q- Vous pouvez voir Antonio Martín (ACB) beaucoup plus sûr de cette unanimité que Javier Tebas (LaLiga). Semble-t-il difficile pour les grands Real Madrid ou Barcelone d'accepter cela.                        

  R- C'est que ça ne doit pas être Madrid et le Barça oui, et les autres non. Elle doit être liée à l’incidence : lorsque les communautés autonomes ont une incidence X, quelle qu'elle soit, celle sur laquelle nous sommes d'accord, alors nous pouvons commencer à parler. Et ce sera aussi très agile, il faut s'habituer à ce que ce soit très fluide : un week-end vous pouvez entrer ici, et un autre là-bas. Il est très difficile d'établir des lignes rigides pour cela. Il n'y aura asymétrie dans le retour aux stades que si tous les clubs sont d'accord".                                                                                                                               

Q- Déciderez-vous si les personnes qui sont en RCA soient vaccinées ou non ?        

    R-La question des vaccins sera tranchée par le ministère de la Santé dans tous les cas. Nous allons soulever nos demandes par rapport aux athlètes. Le dernier mot sera la santé. Il va falloir y travailler. Il semble miracle que le football professionnel se joue, entre autres compétitions, sans presque aucun problème d'épidémie et en retirant les châtaignes du feu de l'aspect économique du sport. S'ils le disaient en mars, personne ne l'aurait cru.  
                         
    Q- Qu’est-ce que dont vous êtes le plus fière depuis que vous êtes devenue secrétaire d'État aux Sports ?
                                                                                                                                                                          
     R- La première chose importante est que les données de notre sport sont spectaculaires : 550 matchs de football, plus de 200 en ACB sans problèmes. C'est la stratégie sportive sûre que nous avons pu mener avec les ligues et les fédérations. Il a été même possible de faire de la Moto GP : le Cycling Tour d'Espagne a été un succès et nous savons que de nombreux pays se sont inspirés de nous. Bien sûr, je suis ce dont je suis le plus fière : le jour où je suis allée à l'OMS et j'ai expliqué les succès que cette stratégie nous apportait déjà, il a été très impressionné. Et ils l'ont reconnu comme un modèle de sport sûr. Nous travaillons actuellement à une alliance mondiale pour un sport sûr. L’une des choses qui me font voir que les Espagnols, quand ils travaillent sérieusement, ils sont capables de faire quelque chose de miraculeux.