Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Education financière : des programmes préconisés par Bank Al-Maghrib et la Banque Mondiale


le Mercredi 28 Avril 2021

Une étude réalisée par Bank Al-Maghrib (BAM) et la Banque Mondiale (BM) recommande des programmes d'éducation financière au Maroc afin de fournir des informations sur les produits disponibles pour les transferts de fonds ainsi que leur tarification et fonctionnement.



L’étude, publiée ce mercredi, met en lumière les résultats des groupes de discussions sur les transferts de fonds dans le cadre de l'initiative "Green-back Morocco" de la BM. Selon celle-ci, les besoins en information des populations ciblées relèvent de trois grands axes à savoir, les produits bancaires de base, les transactions électroniques et leurs conditions d'utilisation, et les alternatives disponibles pour effectuer le transfert de fonds.
 
Ainsi, le premier axe concerne l'information sur les produits bancaires de base disponibles, tels que le compte courant, le compte d'épargne, les cartes prépayées et les portefeuilles électroniques. L'étude démontre que des programmes d'éducation financière qui donnent des informations claires et pratiques sur les différents types de comptes financiers et cartes disponibles, leurs coûts ainsi que les conditions d'utilisation pourraient avoir un impact positif sur le taux de bancarisation au Maroc. 
 
Au sujet des transactions électroniques (opérations en ligne, paiements par carte bancaire, portefeuilles mobiles, ou en agence), la communication doit viser d'abord le fonctionnement des outils, estime le document. En plus, l'information doit porter sur la sécurité et la réglementation associées, ainsi que sur les frais totaux pour utiliser les services. « Il serait aussi utile d'informer de manière transparente et simple sur les divers frais associés à une transaction électronique, par exemple via une brochure sur le total des frais applicables à un transfert », révèle l’étude.
 
Enfin, les besoins en information s’inscrivent dans le cadre des alternatives disponibles pour effectuer le transfert de fonds, en particulier via un compte bancaire, la carte prépayée, le paiement mobile ou chez les points de services de proximité "Tashilate". Une meilleure connaissance des options, de leur tarification, leur fonctionnement ainsi que leurs avantages et risques permettrait aux clients de faire des choix plus rationnels et efficaces. 
 
C’est pour cela qu’il est recommandé d'offrir des programmes d'éducation financière séparés par genre, et adaptés aux différents groupes cibles (âge, milieu de résidence). Les groupes de discussion ont confirmé l'importance de conduire des programmes séparés pour hommes et femmes afin de les rendre plus efficaces.
 
Pour faciliter la collaboration avec des programmes d'éducation financière existants, il serait opportun de développer une approche modulaire et des messages clés. L’étude recommande la mise en place de programmes de formation, des stands et des campagnes d’information. En plus, les messages et contenus clés de l'éducation financière pourraient être renforcés via des médias de masse (TV, radio, vidéos, SMS) ou médias sociaux (surtout Facebook, YouTube, WhatsApp) car « les participants des groupes de discussion souhaitent recevoir des informations via plusieurs canaux de communication, incluant une information directe ainsi que via les médias sociaux et traditionnels », souligne l’étude.
 
Par ailleurs, elle conseille le renforcement des conditions de concurrence équitable expliquant que la Banque Centrale pourrait appuyer les réformes en facilitant le dialogue entre les parties prenantes. 

  


Dans la même rubrique :
< >