Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Environnement

Des jardins sur les toits

Casablanca


Rédigé par Hakima YASSINE CHAWKI le Dimanche 15 Mars 2020

Blasés par l’inaction des autorités quant au manque d’espaces verts, les Casablancais prennent les choses en main pour végétaliser leur jungle de béton.



Des jardins sur les toits
La verdure est quasi inexistante à Casablanca. Les blocs de ciment ont dûment envahi tous les espaces possibles, créant un vrai labyrinthe en béton armé, froid et impersonnel. Les espaces verts ont été sacrifiés encore une fois au profit de nouveaux projets de routes et de tunnels. À croire que la nature est considérée comme un luxe et non comme une nécessité. La ville étouffe.

Revégétaliser la ville

Remettre la nature au coeur de la ville. Voilà le leitmotiv de l’association « Le Toit En Vert ». Avant cette initiative citoyenne, on imaginait généralement une grande parcelle pleine d’arbres dans le centre de la ville avec des itinéraires pour marcher ou faire du jogging, et des coins ombragés où les promeneurs peuvent profiter de la brise fraîche pendant les chaudes journées d’été.

Mais dans une métropole de plus en plus peuplée, il est difficile de trouver des espaces au sol. Heureusement, il existe d’autres lieux potentiels qui peuvent offrir les mêmes avantages. C’est ainsi que l’idée d’investir les toits s’est imposée comme une alternative de choix. Cela pourrait sembler négligeable au premier abord, mais si cette démarche fait des émules, cela pourrait être une bouffée d’air frais pour les habitants de la ville blanche, d’autant plus que les bénéfices sont réels et nombreux.

Apprentis Urbainculteurs

Le premier toit à avoir été aménagé par l’association a été celui de L’Uzine à Aïn Sebaa, un espace de création et d’échange porté par la Fondation Touria et Abdelaziz Tazi.

« Nous y organisons des ateliers et avons pas mal de projets que nous développons lentement mais sûrement », confie Sabrina Hakim, passionnée de jardinage et initiatrice du projet avec Ahmed Latouri, jardinier-paysagiste de métier. « Chaque samedi, depuis plus de 2 ans, nous accueillons de nouveaux apprentis à nos ateliers d’initiation aux bases du Rooftop gardening », poursuit-elle.

Les participants ont conscience que la vie à Casablanca les soumet chaque jour à différentes sources de pollution et prônent donc un retour de la nature dans leur espace de vie.

Ils assistent aux démonstrations d’agriculture urbaine sur toiture, comme ce fut le cas samedi 7 mars dernier, pour constater par eux-mêmes la faisabilité et les bénéfices générés par ce type d’aménagement.

Ces rencontres contribuent certes à redonner un but commun et citoyen autour de l’environnement urbain, mais sont tout aussi riches en interactions sociales.

Entretenir un espace commun, le jardiner ensemble est certainement un moyen propice au tissage de liens, ce qui manque parfois cruellement aux habitants des grandes villes.
 
Hakima YASSINE CHAWKI

  


Dans la même rubrique :
< >