Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Covid-19 : Un nouveau tour de vis en France


Rédigé par La rédaction le Mardi 28 Décembre 2021

Télétravail devient obligatoire, les grands rassemblements fixés entre 2000 et 5000 personnes, pas de concerts debout, entre autres mesures restrictives contre l’Omicron en France.



Covid-19 : Un nouveau tour de vis en France
Le télétravail devient obligatoire au moins trois jours par semaine en France à compter de lundi prochain, a annoncé lundi soir le Premier ministre, Jean Castex.

Le gouvernement a acté plusieurs mesures restrictives visant à freiner la propagation de la Covid-19 et de ses variant Delta et Omicron qui inquiètent particulièrement les autorités.

À partir de la rentrée, qui aura lieu lundi prochain, la jauge maximale des grands rassemblements est fixée à 2 mille personnes en intérieur et 5 mille en extérieur.

Il sera par ailleurs interdit de consommer en position debout dans les restaurants, les bars et les cafés.
Dans le même registre, les consommations seront interdites dans les « transports collectifs y compris longue distance », les cinémas, théâtres, et les équipements sportifs.

Les concerts où le public est debout ne pourront plus se tenir pour une durée de trois semaines.

À noter néanmoins que les meetings politiques ne sont pas concernés par les jauges de participants et pourront donc accueillir leurs militants.

Des "mesures punitives"

Le chef du gouvernement a ensuite annoncé que la troisième injection de vaccin, dite « de rappel », pourra désormais être administrée dès trois mois après la seconde injection.

L’Exécutif français a notamment adopté ce lundi, le projet de loi portant sur la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal.

Plusieurs figures de l'opposition ont dénoncé des "mesures punitives" au sujet des nouvelles restrictions annoncées par l'Exécutif pour freiner la flambée de Covid-19 liée au très contagieux variant Omicron.

Marine Le Pen a rapidement fustigé "des mesures punitives qui n'ont aucun sens", appelant sur Twitter à "renoncer au pass sanitaire/vaccinal".

"On a promis (aux Français) un retour à la vie normale avec le vaccin. Aujourd'hui, ils vivent sous la menace permanente de nouvelles restrictions", a raillé Mme Le Pen.

À gauche, le député LFI Éric Coquerel a ironisé sur le fait "que l'Exécutif en est réduit à commenter la vague virale sans cohérence et en affaiblissant en prime l'État de droit", "faute d'avoir anticipé" selon lui cette nouvelle vague de Covid.

Aurélien Taché, député ex-LREM, a lui dénoncé "le choix de la coercition" fait par l'Exécutif "avec son pass vaccinal", "plutôt que de renforcer l'accès et la pédagogie pour la vaccination", selon lui.