Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Covid-19 : Selon l’OMS, la fermeture des frontières n'arrêtera pas le variant « Omicron »


Rédigé par La rédaction le Mercredi 1 Décembre 2021

L'Organisation mondiale de la santé a averti qu'une interdiction de voyager n'arrêterait pas la propagation du variant "Omicron" du virus Corona, s'opposant à une interdiction mondiale globale.



L’Organisation Mondiale de la Santé conseille aux personnes à risque et celles âgées de plus de 60 ans de ne pas se rendre dans les zones de transmission communautaire du virus.

"Les personnes qui n'ont pas été complètement vaccinées, ou qui n'ont aucune preuve qu'elles ont déjà été infectées par le SRAS-Cove-2+, sont à haut risque", a déclaré l'OMS dans une mise à jour de ses directives sur les voyages sous Omicron, le nouveau variant du virus Corona, « Les maladies graves et les personnes âgées de 60 ans et plus et celles présentant des comorbidités qui augmentent gravement le risque de Covid-19 (comme les maladies cardiaques, les cancers et le diabète), devraient être avisées de reporter le voyage dans les zones de contamination communautaire.

L’OMS note qu'au 28 novembre, "56 pays ont établi des procédures de voyage visant à retarder l'entrée d'un nouveau mutant en eux".

Cependant, les Nations Unies ont estimé qu'une interdiction générale de voyager n'empêchera pas la propagation du variant au niveau mondial, et est à même d’hypothéquer les moyens de subsistance de larges franges des populations.

Et d’ajouter que de telles décisions "pourraient avoir un impact négatif sur les efforts de santé mondiale pendant une pandémie en décourageant les pays de déclarer et de partager des données épidémiologiques".

Plusieurs pays ont pris la décision d'interdire les vols, notamment ceux en provenance d'Afrique du Sud et des pays voisins, où le nouveau variant a été détecté pour la première fois.

Plus généralement, l'organisation a appelé tous les voyageurs à « être vigilants », à se vacciner et à respecter les règles de santé publique qu'ils soient ou non vaccinés, notamment en utilisant des masques de protection, en respectant les mesures de distanciation physique et en évitant les lieux bondés et mal aérés.

Appel à "maintenir les frontières ouvertes"

Le bureau régional de l'Organisation mondiale de la santé en Afrique a appelé dimanche à "maintenir les frontières ouvertes" après que l'Afrique du Sud a appelé la communauté internationale à "lever immédiatement et de toute urgence" les restrictions de voyage qui lui sont imposées après la détection du mutant Omicron.

Dans ses directives, l'Organisation mondiale de la santé a appelé mardi les pays à adopter une approche fondée l’évaluation des risques lorsqu'ils prennent des mesures telles le contrôle des passagers et la mise en quarantaine.
 
"Toutes les mesures doivent être proportionnées aux risques, limitées dans le temps et doivent être appliquées dans le respect de la dignité des voyageurs, des droits de l'homme et des libertés fondamentales", a écrit l'organisation.

Comme elle l'a fait à plusieurs reprises au début de la pandémie, l'organisation a rappelé que "les voyages internationaux essentiels - y compris les voyages humanitaires et d'urgence, les vols de rapatriement et l'expédition de biens essentiels - doivent rester une priorité".

Plan mondial de vaccination

Par ailleurs, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a souligné mardi que "seul un plan mondial de vaccination pourra mettre un terme à l'épidémie".

Lors de l'ouverture d'une réunion annuelle entre les ministres des Affaires étrangères de la Chine et du Groupe des Sept, Guterres a noté que « malgré le développement de vaccins efficaces en un temps record, plus de décès ont été enregistrés en 2021 qu'en 2020 », et que « l'épidémie continue de faire des ravages dans les pays développés et en voie de développement ».

Pour sa part, le patron des laboratoires Moderna s'est dit pessimiste sur l'efficacité des vaccins actuellement disponibles contre le mutant Omicron à l'heure où de nouvelles restrictions sanitaires se multiplient dans le monde, comme cela s'est produit au Royaume-Uni et au Japon mardi.

Stefan Bansel, a déclaré au Financial Times que les données sur l'efficacité des vaccins actuels seront disponibles dans les deux prochaines semaines, mais les scientifiques ne sont pas optimistes à cet égard, précisant que tous les scientifiques avec lesquels il a discuté ont déclaré que la situation ne se présente pas sous bon augure. Le prochain chancelier allemand, Olaf Scholz, a déclaré mardi que les parlementaires allemands voteraient sur les vaccins obligatoires contre le Covid d'ici la fin de l'année, pour entrer en vigueur en février ou mars.

Alors que la Cour constitutionnelle allemande a estimé mardi que les mesures de fermeture partielle prises par le gouvernement depuis le début de l'épidémie sont justifiées et cohérentes, ouvrant la voie à un nouveau durcissement des restrictions sur la nouvelle vague de Covid-19.

Le défenseur de l'environnement Robert Habeck a appelé à des mesures plus drastiques dans le pays, qui a enregistré un nombre record de contaminés.

De son côté, la Grande-Bretagne a annoncé son intention de lancer une dose de rappel d'un vaccin contre le virus Corona à tous les adultes d'ici deux mois, dans le cadre de ses efforts pour réduire l'impact de l'Omicron.


 


La Russie appelle à la reconnaissance mutuelle des vaccins
 
Le président russe Vladimir Poutine a exhorté, mardi, tous les pays à reconnaître mutuellement les vaccins contre le Covid-19.

"Nous ne pourrons lutter efficacement contre l'épidémie qu'en coordonnant les démarches de l'ensemble de la communauté internationale", a-t-il déclaré lors d'un discours prononcé lors d'un forum d'investisseurs à Moscou.

Par ailleurs, l'Agence européenne des médicaments (AEM) pourrait si besoin autoriser dans un délai de trois à quatre mois des vaccins contre le Covid-19 adaptés pour cibler le nouveau variant Omicron du coronavirus SARS-CoV-2, a déclaré mardi la directrice exécutive du régulateur européen.

Lors d'une audition devant le Parlement européen, Emer Cooke a précisé qu'en l'état actuel des connaissances sur ce variant découvert la semaine dernière en Afrique du Sud, il n'était pas encore possible de déterminer si les laboratoires pharmaceutiques auraient besoin d'adapter leurs vaccins pour qu'ils protègent davantage contre ce variant.

Pour autant, l'AEM se prépare à cette éventualité, a-t-elle souligné en assurant que les vaccins actuellement autorisés continueraient de fournir une protection même en cas de propagation du variant Omicron.