Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Covid-19 : Hausse des cas «Omicron» et durcissement des restrictions de voyage


Rédigé par La rédaction le Mardi 30 Novembre 2021

Avec la liste croissante des pays cherchant à s’immuniser contre le variant Omicron, les ministres de la Santé du G7 ont déclaré, après une réunion d’urgence lundi, que la souche hautement contagieuse d’»Omicron» nécessite «une action urgente».



L’Organisation mondiale de la santé a mis en garde contre le variant «Omicron», affirmant que «l’évaluation du risque global qui y est lié est très élevée». Lors d’une recommandation technique aux États membres du G7, lundi, l’OMS a déclaré que la possibilité d’une augmentation de la propagation de la nouvelle souche au niveau mondial est élevée, notant qu’il pourrait y avoir une augmentation des cas de Covid-19 en fonction des caractéristiques de l’omicron, ce qui aura de graves conséquences.

L’OMS a déclaré que «Omicron» a un nombre sans précédent de mutations, dont certaines soulèvent des inquiétudes quant à l’impact possible sur le cours de la pandémie, expliquant qu’»il y a beaucoup d’incertitude sur la capacité de «Omicron» pour vaincre le système immunitaire».

Pendant ce temps, le Comité mixte sur la vaccination en Grande-Bretagne a déclaré que le pays fournirait des doses de rappel du vaccin «Covid-19» à tous les adultes, et que l’intervalle entre les deuxième et troisième doses peut être réduit de six mois à trois mois.

Le Japon qui a rejoint la liste des pays qui ont fermé leurs frontières à tous les nouveaux arrivants étrangers, a annoncé l’imposition de restrictions strictes aux frontières et a interdit l’entrée de tous les nouveaux arrivants étrangers quelques semaines seulement après avoir annoncé qu’il autoriserait enfin certains titulaires de visa pour entrer dans le pays.

« Une source de préoccupation, pas de panique »

Avec l’augmentation du nombre de nouvelles infections par le mutant «Omicron» dans le monde et l’élargissement du cercle des pays qui imposent des mesures strictes sur les voyages, le président américain Joe Biden a déclaré : « (Omicron) est une source de préoccupation, pas de panique », demandant aux Américains de se faire vacciner, et d’obtenir une dose de rappel, dès qu’ils sont éligibles, avec l’obligation de porter des masques dans les lieux publics.

«Tôt ou tard, nous verrons de nouveaux cas de cette nouvelle espèce ici aux États-Unis, et nous devrons faire face à cette nouvelle menace tout comme nous avons été confrontés aux cas qui l’ont précédée», a déclaré Biden lundi soir. Il a ajouté qu’il est peu probable que de nouvelles mesures soient prises pour interdire les voyages.

Le nombre de pays qui ont découvert la nouvelle souche du virus Corona a augmenté au cours des dernières heures, incitant de nombreux gouvernements à imposer des restrictions de voyage strictes pour tenter d’empêcher sa propagation, à un moment où les scientifiques s’empressent de déterminer l’étendue de son danger. Le monde commence à fermer ses frontières.

L’Australie a déclaré qu’elle retarderait la réouverture de ses frontières internationales de deux semaines après avoir signalé les premiers cas d’»Omicron», et l’Inde a imposé un test obligatoire à l’arrivée pour les voyageurs en provenance de dizaines de pays dont l’Afrique du Sud et la Grande-Bretagne.

En outre, les scientifiques ont déclaré qu’il pourrait falloir des semaines pour comprendre la nouvelle mutation afin de déterminer la gravité de l’»Omicron», qui a été détectée pour la première fois en Afrique du Sud, mais son émergence a déjà déclenché une vague de réactions parmi les gouvernements craignant qu’elle ne gêne la reprise économique.

L’Union européenne devrait organiser un sommet sur la situation à la fin de cette semaine, ou au début de la semaine prochaine, selon de hauts responsables, dans le but de trouver une approche commune sur de nombreuses questions, y compris les doses de rappel des vaccins.

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a déclaré que son pays est « dans une position plus forte que d’autres face au mutant (Omicron) », notant que la population met volontairement des masques et adhère aux règles de prévention.

Les Philippines ont également annoncé qu’elles suspendraient temporairement les plans visant à autoriser l’entrée des touristes entièrement vaccinés, dans le but d’empêcher la propagation de la mutation dans un pays où la plupart de la population n’est toujours pas vaccinée. Manille avait espéré relancer son économie meurtrie en autorisant les touristes vaccinés à entrer à partir de mercredi.


Omicron complique l’organisation des JO d’hiver

Si elle reste confiante concernant la réussite de l’événement, la Chine a toutefois reconnu, mardi 30 novembre, que le nouveau variant Omicron pourrait compliquer et engendrer des difficultés supplémentaires pour l’organisation des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, qui ont lieu entre le 4 et le 20 février 2022. « Cela apportera certainement quelques défis en matière de lutte contre l’épidémie », a ainsi concédé lors d’une conférence de presse Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« Mais la Chine a de l’expérience en la matière, et je suis pleinement convaincu que les JO d’hiver se dérouleront sans souci et comme prévu », a-t-il souligné. La Chine a largement maîtrisé l’épidémie sur son sol grâce à des mesures draconiennes : très forte limitation des vols internationaux, quarantaine obligatoire à l’arrivée, dépistages massifs ou encore isolement des cas contacts, identifiés grâce aux applications de suivi des déplacements.

La vie a largement repris son cours normal dès le printemps de l’année dernière. Mais le pays reste confronté à l’apparition de petits foyers sporadiques. Alors que les frontières chinoises sont pratiquement fermées depuis mars 2020, les Jeux de Pékin se dérouleront dans une bulle sanitaire dont ne pourront sortir les quelque 2900 sportifs attendus. Ils devront être soit vaccinés soit se soumettre à une quarantaine de 21 jours à leur arrivée. Tous seront soumis à des tests de dépistage quotidiens. Seuls des spectateurs résidant en Chine pourront assister aux épreuves.