Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Contre le pass sanitaire: Italiens et Français dans la rue


Rédigé par la rédaction le Dimanche 25 Juillet 2021

Des milliers d’Italiens et autant de Français ont investi les rues de leurs pays pour manifester
contre l’extension du pass sanitaire.



Des milliers d’Italiens ont manifesté samedi à travers le pays contre l’introduction de nouvelles mesures touchant les personnes non-vaccinées afin de ralentir la hausse des infections.

«Liberté!» et «Non à la dictature», scandaient les manifestants depuis Naples dans le sud, à Turin dans le nord, tandis qu’à Milan, ils criaient, sous une pluie battante, «Non au pass sanitaire!».

La grande majorité d’entre eux ne portaient pas de masque. L’Italie va introduire le 6 août un pass sanitaire obligatoire pour accéder aux lieux fermés comme les bars et restaurants, mais également les piscines, les salles de sport, les musées, les cinémas et les théâtres ainsi que les salles de jeux.

Le pass sanitaire, baptisé «green pass» dans la péninsule, pourra être délivré dès la première dose de vaccin, mais aussi aux personnes guéries du Covid et à celles qui ont obtenu un test négatif dans les 48 heures précédentes.

«Mieux vaut mourir libre que vivre comme un esclave», pouvait-on lire sur une pancarte devant la cathédrale de Milan, quand dans le centre historique de Rome, une autre présentait une photo du portail du camp d’extermination d’Auschwitz (où figure l’inscription «Arbeit macht frei», «Le travail rend libre», ndlr), avec ces mots: «Les vaccins vous rendent libre».

A Gênes, les manifestants portaient des étoiles jaunes où était inscrit «non vacciné».

Des manifestations étaient annoncées sur les réseaux sociaux dans au moins 80 villes ce samedi.

La décision du gouvernement, annoncée jeudi, d’introduire un pass sanitaire obligatoire, a entraîné une ruée sur les rendez-vous de vaccination, jusqu’à + 200% dans certaines régions, selon le général Francesco Figliuolo, commissaire extraordinaire en charge de la campagne vaccinale.

L’Italie enregistre actuellement chaque jour quelques milliers de nouveaux cas mais peu de morts, respectivement 5.000 et 5 ce samedi, mais la tendance de fond est à la hausse.

Les Français contre le pass et la vaccination obligatoire

Aux cris de «Liberté, liberté !», plus de 160.000 personnes, dont 11.000 à Paris, ont manifesté dans les rues de France samedi contre l’extension du pass sanitaire et la vaccination obligatoire pour certaines professions, ont constaté des journalistes de l’AFP. Au total, 161.000 personnes ont arpenté les rues, selon le ministère français de l’Intérieur, ce qui constitue une hausse conséquente, puisque 114.000 personnes avaient manifesté le 17 juillet.

Des heurts sporadiques avec les forces de l’ordre ont éclaté ce samedi aprèsmidi dans la capitale, notamment à proximité des Champs-Elysées. Environ 200 personnes qui avaient participé aux manifestations contre le pass sanitaire se sont heurtées aux forces de l’ordre.

En dehors de Paris, des rassemblements ont lieu dans plus de 160 villes en France. Les manifestants ont affiché des motivations diverses, mais la plupart disent défendre leur «liberté» face à ce qu’ils estiment être une «dictature sanitaire». «Moi par exemple je suis vacciné, mais je refuse qu’on oblige les gens à se faire vacciner. Il vaudrait mieux encourager les discussions, les échanges, les débats, essayer de convaincre les gens et non pas rentrer dans une politique de lois liberticides», explique l’un des manifestants. Dans certains cortèges figuraient des sympathisants du mouvement des Gilets jaunes. D’autres se sont rassemblés à l’appel de dirigeants d’extrême droite.

Pour enrayer la progression du variant Delta, le président Macron a présenté le 12 juillet une série de mesures.

Source de débats et objet de nombreux amendements à l’Assemblée nationale, la présentation d’un pass sanitaire (parcours vaccinal complet ou test récent) est entrée partiellement en vigueur mercredi. Déjà appliquée dans les lieux culturels et de loisirs, son extension pour les cafés, restaurants et trains est prévue au début du mois d’août.

Le projet de loi sanitaire, qui prévoit notamment l’extension du pass sanitaire et l’obligation vaccinale pour les soignants, sapeurs-pompiers ou encore les professionnels auprès des personnes âgées, a été adopté en première lecture tôt vendredi matin à l’Assemblée. Actuellement en débat au Sénat, il doit en principe être adopté avant la fin du week-end

Là où le pic des nouvelles contaminations semble avoir été atteint

L’épidémie de Covid-19, par le variant Delta, progresse à nouveau en Europe et en pleine saison estivale. Si chaque pays multiplie les coups d’accélérateur pour vacciner au plus vite sa population, plusieurs d’entre eux ont dû faire face à une flambée de contaminations.

Une hausse soudaine de cas qui semble aujourd’hui s’essouffler, ce qui ne veut pas dire que cette reprise épidémique n’aura aucune incidence sur les systèmes hospitaliers. «En Espagne, au Portugal, aux Pays-Bas, pour l’instant, la charge de soins n’augmente pas beaucoup, même si elle augmente», a affirmé Olivier Véran jeudi devant des parlementaires français. Tandis que la France, en parallèle de sa campagne de vaccination, multiplie les mesures sanitaires à l’échelle locale, le Royaume-Uni profite de sa réouverture actée avec le Freedom Day.

Les autorités britanniques ont relevé 36.389 nouvelles contaminations et 64 décès vendredi contre 39.906 nouveaux cas et 84 nouveaux morts jeudi.

44.104 contaminations et 73 décès avaient été rapportés pour la journée de mercredi. Un pic et donc un début de décélération semble donc s’annoncer, du moins en ce qui concerne les contaminations.

Le Royaume-Uni comptabilisait au 20 juillet 4240 patients hospitalisés en moyenne sur sept jours contre 3248 au 14 juillet. Et les patients admis en unité de soins intensifs sont eux aussi en hausse.

Les Néerlandais ont connu une hausse soudaine du nombre de contaminations au tout début du mois de juillet. Selon les données sanitaires relayées par le gouvernement, le variant Delta représentait alors 66,9% des contaminations.