Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Casablanca : Démolition de la Villa Mauvillier


le Mardi 16 Juin 2020

La ville blanche se désole suite à la perte d’un patrimoine architectural, une bâtisse de style art-déco construite en 1932.



Casablanca : Démolition de la Villa Mauvillier
Dimanche 14 juin 2020, les autorités locales de Casablanca ont procédé à la démolition de la Villa Mauvillier, bâtiment construit dans les années 30.

« Casablanca, Boulevards Zerktouni/Bd d’Anfa, Villa Mauvillier, Architecte Gustave Cottet, entrepreneurs Belvisi, 1932 ; destruction 14-06-2020. Pas d’affichage d’autorisation, travail le dimanche. On prend les mêmes ingrédients et on recommence », a dénoncé l’enseignant Emmanuel Nieget, sur sa page Facebook. L’information a été par la suite relayée.

C’est en 1932 que la Villa Mauvillier a été conçue par l’architecte français Gustave Cottet et érigée par les entrepreneurs Belvisi. Elle est aujourd’hui accolée à l’hôtel Barcelo.

Laissée à l’abandon depuis plusieurs années

Depuis plusieurs années déjà, la Villa Mauvillier a été négligée. Néanmoins, elle abritait au niveau de son rez-de-chaussée, un bar-restaurant, un commerce de fruits secs et un petit garage motocyclette.

D’après l’association Casa Mémoire, « l’architecte de cette œuvre est par ailleurs, aussi, l’auteur de l’immeuble Escot, rue Oudjari et rue Abdellah El Mediouni (ex Coli) construit en 1929, l’immeuble Domerc, Rue de Karatchi (ex Lapérouse) et Mohamed Laaroussi (ex Bascunana) construit en 1934 et le mythique immeuble au rond-point Mers-Sultan et rue Hadj Amar Riffi ex.Franchet D’Espèrey».

«Ce bâtiment avait certes une valeur, mais ce qu’il faut savoir et qui est important aussi, c’est qu’il complétait un angle. Les conséquences se reflètent sur la qualité urbaine dans l’ensemble de la ville, qui se mesure par plusieurs bâtiments » : nous indique l’architecte Abderrahim Kassou.

La nouvelle de la démolition de Villa Mauvillier a été largement commentée par les défenseurs du patrimoine qui ont déploré le choix du timing pour procéder à cette démolition, étant donné les circonstances dues au COVID-19, mais aussi le fait que sur les lieux, aucune affiche n’indique les autorisations et parties en charge du chantier, ni ce qu’il adviendra de l’endroit.

« L’association Casamémoire déplore que l’on profite de ces temps de confinement où l’attention est focalisée sur l’urgence sanitaire pour continuer à détruire le patrimoine architectural de Casablanca. Nous voulons attirer l’attention de l’opinion publique et des autorités locales sur cette destruction qui porte atteinte au paysage architectural de notre ville. Nous dénonçons cette nouvelle exaction sur notre patrimoine et déplorons le fait que notre association ne soit pas consultée en amont », a déclaré à la presse Rabea Ridaoui, Présidente de Casamémoire.

  


Dans la même rubrique :
< >