Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Bourses d’étude : Ces étudiants qui saisissent leurs rêves à l’étranger


Rédigé par Hiba CHAKER le Mardi 10 Août 2021

En Italie, aux Etats-Unis, au Canada, en Chine ou même encore en Thaïlande, les étudiants marocains peuvent s’envoler suivre les études de leurs rêves avec les moindres coûts ou encore en bénéficiant de bourses d’excellence. Chaque année ils sont plus de 6000 à le faire. Détails.



Pour une grande majorité des étudiants marocains, continuer ses études à l’étranger ou au moins faire un échange est considéré comme un grand avantage sinon une nécessité pour leur épanouissement professionnel et personnel. Mais cette démarche s’avère souvent très coûteuse et nécessite une grande mobilisation de la part de l’étudiant et de sa famille… Toutefois, les coûts onéreux, qui s’estiment à une dizaine de millions de centimes par année, peuvent dissuader beaucoup de personnes de poursuivre leur rêve de faire une carrière à l’international.

Néanmoins, le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, à travers des collaborations avec des universités du monde entier ou avec des organismes comme Erasmus+, offre plusieurs programmes de bourse aux étudiants. L’engouement des jeunes marocains par les offres de formation proposée à l’étranger n’est plus un sujet de discussion.

Plus de 60.000 étudiants marocains sont déjà partis à l’étranger à la rentrée de 2018-2019 déjà. Selon des chiffres présentés par le Bureau d’Erasmus, plus de 6000 personnes annuellement bénéficient de bourses, partielles ou complètes pour aller vivre cette aventure.

Une panoplie d’offres

Aller faire ses études à l’étranger avec une bourse, n’est pas un effet de mode ni une nouvelle tendance. Depuis l’indépendance en 1956, le Maroc a conclu des accords de coopération avec la France mais aussi juste après avec d’autres pays comme l’URSS, l’Allemagne, la Roumanie, la Pologne… Depuis, l’Etat ne cesse pas d’améliorer son système de bourses.

En 2018 à titre d’exemple, 269 accords de coopération liaient les universités françaises et marocaines. On trouve également des bourses comme ceux de l’Etat marocain ou d’organismes publics tels l’OCP (Office Chérifien des Phosphates) ou encore d’autres proposées par des pays étrangers comme La bourse Chevening qui permet à près de 15 Marocains d’aller poursuivre leurs études dans des prestigieuses universités britanniques.

Un rêve à saisir

Pour Sara Nadri Elmahjoubi, Spécialiste en communication et conseillère technique en migration pour le développement à la GIZ (Agence de Coopération Internationale Allemande), avoir profité d’une bourse du DAAD pour étudiants et chercheurs étrangers qui est destinée aux thésards pour une durée de 10 mois à Bonn, est un sésame qui lui a ouvert de nouvelles perspectives de carrière. « J’ai pu décrocher un poste réservé au staff international allemand même si je suis Marocaine vu que le centre de recherche dans lequel j’étais en Allemagne, était si reconnu », annonça-t-elle.

Toutefois, obtenir une bourse n’est pas une affaire si facile. « C’est un projet qui nécessite un investissement de temps et d’efforts, de la patience et une bonne préparation », selon Youness Lebtar, bénéficiaire de la bourse Chevening en Angleterre 2020/2021. « Il faut préparer un bon dossier, postuler plusieurs fois et ne jamais baisser les bras parce que c’est une occasion en or », souligne-t-il.

« En plus de la prise en charge totale, cette bourse nous permet de s’intégrer dans un réseau international qui nous offre une assistance pendant nos études et après », annonce le jeune étudiant à l’université de Dundee en Angleterre. Obtenir une bourse et commencer ses études n’est pas la fin de journée pour bon nombre de ces jeunes marocains.

A la fin de leurs cursus, les lauréats créent des réseaux d’Alumni, restent connectés et essaient de partager leur expérience et guider d’autres jeunes espérant suivre le même chemin. Sur les réseaux sociaux, groupes, pages et chaines YouTube prolifèrent pour expliquer les procédures et donner des astuces. Ces chaines connaissent un grand succès, ce qui met en lumière la volonté des jeunes à saisir ce rêve à tout prix.

Hiba CHAKER


Une chance pour apprendre « la langue du futur »
 
Pour M. Samir Benmekhlouf , directeur de la London Academy School, qui prend en charge les frais de bourse d’une valeur de 200.000 dhs d'un étudiant Chevening, étudier en Angleterre « c’est l’occasion pour ces jeunes marocains d’intégrer des universités prestigieuses tels qu’Oxford, Cambridge, de profiter d’infrastructures de qualité et d’un modèle anglo-saxon unique… c’est également la meilleure façon d’apprentissage et de perfectionnement de leurs compétences linguistiques en anglais qui se considère actuellement névralgique au marché de l’emploi international ». D’ailleurs, le directeur de la London Academy nous a annoncé que l’école offre également des bourses d’excellences aux élèves marocains du collège et du lycée pour leur permettre de découvrir le système britannique dès un jeune âge.