Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Aït Taleb déplore la situation des hôpitaux, El Othmani n’exclut pas le reconfinement


Rédigé par Anass Machloukh le Mardi 3 Novembre 2020

Au moment où la propagation de la pandémie échappe au contrôle du gouvernement, Saad Dine El Othmani ne mâche plus ses mots, n’excluant pas lors de a séance mensuelle des questions orales devant la chambres des conseillers organisée mardi, le retour au confinement si la situation se dégradait davantage. Pour sa part, Khalid Aït Taleb lors de son passage à la Commission des secteurs sociaux de la Chambre des représentants a souligné les failles du système de Santé en promettant plus d’investissement dans le budget 2021.



En pleine crise sanitaire, le système de Santé est à bout de ses moyens compte tenu de la recrudescence de la pandémie qui fait de plus en plus pression sur les services de réanimation. Manquant cruellement de matériel comme de ressources humaines, l’hôpital public n’a jamais eu autant besoin de soutien de l’Etat.  Face à cela, Saad Dine El Othmani n’écarte plus la possibilité d’un nouveau confinement.

El Othmani : le reconfinement est toujours possible

Intervenant mardi à la Chambre des conseillers qui abritait la séance mensuelle des questions orales sur les politiques publiques, le Chef du gouvernement, Saad Dine El Othmani, a clairement fait savoir que si la situation sanitaire se dégradait davantage, le retour au confinement serait une option fort envisageable. Il a ainsi appelé les citoyens à la prévention pour éviter de telles solutions drastiques. "Personne ne souhaite retourner au confinement général, vu ses répercussions sociales et économiques, d'où la nécessité de respecter les mesures de prévention pour endiguer la propagation du virus", a-t-il affirmé.

Le Chef de l’Exécutif a qualifié la situation actuelle d’extrêmement inquiétante, nécessitant des mesures rigoureuses afin de rompre la tendance haussière de la propagation de la pandémie. Il a également nié la responsabilité du gouvernement dans le relâchement de la population, indiquant que les autorités n’ont jamais laissé entendre que la levée du confinement signifiait la fin de la pandémie.

Khalid Ait Taleb reconnait la crise de l’hôpital public

Auditionné par la Commission des secteurs sociaux de la Chambre des représentants, le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, a mis en exergue les défaillances du système de la Santé, lors de sa présentation du budget de son ministère au titre de l’année 2021.

Le projet de Loi des Finances 2021 a été très attendu pour renflouer les caisses des hôpitaux afin qu’ils puissent combler leur manque de personnel médical, augmenter leurs capacités litières et équiper davantage leurs services de réanimation. Bien que le budget de l’année prochaine ait concédé 2 milliards de dirhams supplémentaires au secteur de la Santé (20 milliards de dirhams), avec 1500 postes supplémentaires, les fonds alloués ne sont pas à la hauteur.

Le ministre Ait Taleb, lui-même, a souligné la faiblesse des ressources financières, indiquant que le budget de la Santé ne dépasse pas 6% du budget général de l’Etat alors que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande 10%.

Khalid Ait Taleb a reconnu que le secteur est en sous-effectif, rappelant qu’il existe seulement 1,6 agent soignant pour 1000 habitants, ce qui est loin des normes de l’OMS qui en revendique 2,5 pour chaque mille habitants. Le ministère ambitionne d’atteindre 4,4 soignants pour 1000 habitants dans les années à venir, ceci requiert une vraie volonté de l’Exécutif qui doit sortir des calculs comptables.

Budget 2021 : les priorités du ministère

Face aux multiples manquements et défis que rencontrent le secteur de la santé, Khalid ait Taleb mise
sur plus de régionalisation, l’accélération de la généralisation de la couverture médicale dont l’échéance est prévue en 2022, et l’investissement dans l’infrastructure hospitalière.

En effet, Khalid Ait Taleb a annoncé l’inauguration de 19 centres hospitaliers en 2021 dont la capacité litière s’élève à 2260 lits. Il est également prévu le réaménagement du CHU Ibn Sina de Rabat pour abriter 1130 lits.

Dans le cadre du PLF 2021, le ministère de la Santé a eu droit à 19,7 milliards de dirhams, soit 1 milliard de plus que l’année précédente. 4 milliards seront destinés à l’investissement.