Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Younès El Aynaoui, le nouveau coach du Serbe Filip Krajinovic

Tennis


Rédigé par M. BELAOULA le Lundi 1 Mars 2021

C’est en exclusivité que l’un de nos derniers Mousquetaires du tennis national se livre sur les colonnes du quotidien que vous avez entre vos mains



Younès El Aynaoui, le nouveau coach du Serbe Filip Krajinovic
Avant de rallier Qatar pour prendre part à l’Open de Doha, l’ex n°1 du Maroc et l’un de nos trois derniers Mousquetaires, Younes El Aynaoui, nous a fait part de son nouveau job dans un entretien exclusif pour «L’Opinion-Sports». Il n’est pas parti à Doha pour jouer le tournoi Qatari mais pour accompagner son nouveau poulain en la personne du Serbe Filip Krajinovic, 31e ATP.

C’est sur recommandation de l’entraîneur de Djokovic, Goran Ivanisevic, que le choix s’est porté sur l’enfant prodige du Stade Marocain. 

«C’est un joli projet»

À ce propos, Younes nous confie : «C’est un nouveau projet que je viens de conclure. Ça fait quelques mois que nous étions en discussion pour aboutir finalement à un accord avec le joueur serbe, Filip Krajinovic. C’est Goran Ivanisevic, l’entraîneur de Novak Djokovic, qui m’a contacté et avec lequel j’avais, souvent, eu l’occasion de faire des préparations. J’étais chez lui à Split pour une préparation hivernale et en Suisse à la montagne.

C’est quelqu’un que j’ai bien connu tout au long de ma carrière. Donc, c’est un petit peu grâce à lui que je vais pouvoir m’occuper de ce joueur de 28 ans qui est classé actuellement 31 mondial. C’est un joli projet après ma collaboration avec la fédération française de tennis qui a été pour moi une belle expérience très bénéfique dans ma vie personnelle et dans ma vie professionnelle en tant qu’entraineur. Et là, je tiens à remercier la fédération française de tennis de m’avoir fait confiance. Bon, voilà je suis devant un nouveau projet qui reste de haut niveau, chose que je n’ai jamais faite. Jusqu’à présent, je n’ai jamais entraîné de joueurs sur le grand circuit. Krajinovic est 31 ATP, ce qui va renforcer mon expérience et continuer à apprendre et à progresser dans le domaine du tennis. 

En tous les cas, je suis très content que ça soit fait et puis le hasard a voulu que notre collaboration commence à Doha. Là où il y a eu beaucoup d’étapes tennistiques dans ma carrière en tout début lors de la première édition avec énormément de souvenirs, dont ma victoire en 2001. De retour aujourd’hui avec un joueur de ce niveau, c’est plus qu’un rêve. En plus, il y a mon ami Karim Alami qui vit à Doha. Donc, c’est avec beaucoup de joie que je vais retourner pour aller se préparer au mieux et essayer d’accompagner ce joueur du mieux que je puisse pour cette tournée de trois tournois, pour le moment, avec Doha, Dubaï et Miami».

«Une situation difficile pour tout le monde»

Concernant son point de vue sur l’impact du coronavirus sur le tennis, il était clair : «Bien sûr qu’il y a ce coronavirus qui impacte le monde entier où dans les tournois on a mis des systèmes de bulles. Par rapport aux restrictions sanitaires, bien sûr que ce n’est pas facile pour les joueurs, surtout de rester inactifs pendant une période. On a vu en Australie une période de 14 jours d’inactivité dans une chambre. Pour un sportif c’est très difficile. Maintenant les joueurs sont, quand même, contents de pouvoir jouer. Il y a beaucoup de personnes dans le monde qui ne peuvent pas exercer leur profession. On a la chance de pouvoir jouer. Bien sûr qu’il n’y a pas de public que ce ne sont pas les conditions qu’on a connues, mais c’est déjà une chance de pouvoir faire des tournois et participer à des tournois. C’est une situation difficile pour le monde entier».