Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Turquie-Grèce : Premier cycle de discussions exploratoires depuis 2016


le Lundi 25 Janvier 2021

Athènes et Ankara ont entamé une série de pourparlers exploratoires à Istanbul autour du différend sur l’exploration énergétique et les droits territoriaux en Méditerranée orientale.



Turquie-Grèce : Premier cycle de discussions exploratoires depuis 2016
Le dialogue s’est tenu après une interruption de cinq ans lundi, après que le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, ait invité la Grèce à reprendre les pourparlers directs lors de sa réunion avec de hauts responsables de l’UE dans la capitale belge, Bruxelles, la semaine dernière.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a déclaré que son pays se joindrait aux pourparlers avec «optimisme et espoir» - un commentaire repris par Cavusoglu.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a salué cette évolution, affirmant que le bloc «attend avec impatience la reprise des pourparlers exploratoires entre la Turquie et la Grèce ainsi que le processus de règlement chypriote». 

La réunion ne devrait pas faire de progrès majeurs puisque les deux pays de l’OTAN se sont affrontés sur leur ordre du jour la semaine dernière.

Mésentente sur l’ordre du jour
La Grèce veut limiter les discussions aux frontières du plateau continental et à la taille des zones économiques exclusives. Mais Ankara, qui accuse Athènes de stationner illégalement des troupes sur certaines de ses îles, veut discuter des zones aériennes. «Il n’est pas juste de choisir un (sujet) et de dire,» nous tenons des discussions exploratoires à ce sujet «», a déclaré Cavusoglu.

Michael Tanchum de l’Université de Navarre et l’Institut autrichien pour la politique européenne et de sécurité (AIES) ont déclaré que le processus pourrait être facilité s’il impliquait un tiers comme les États-Unis ou l’Allemagne.

«Le résultat probable d’une telle décision invaliderait l’utilisation de certaines petites îles grecques près du continent turc... tout en confirmant l’utilisation d’îles plus grandes et plus éloignées», a déclaré Tanchum.

Les pourparlers en cours entre la Grèce et Ankara peuvent contribuer positivement aux relations de la Turquie avec l’Union européenne.

La Turquie tente de devenir membre de l’UE depuis les années 60. Les négociations formelles d’adhésion à l’UE ont commencé en 2005, mais le processus s’est embourbé dans des problèmes.

La rivalité énergétique a réduit la perspective déjà sombre de l’adhésion de la Turquie à l’UE.

Après avoir rencontré Cavusoglu la semaine dernière, la chef de l’UE Ursula von der Leyen a déclaré dans un message sur Twitter que si «le dialogue est essentiel ... nous attendons également des gestes crédibles sur le terrain». Ankara espère une visite de retour fin février ou début mars.

Athènes et Ankara ont tenu 60 séries de pourparlers entre 2002 et 2016 au cours desquelles elles ont rompu sans progresser dans un différend qui a persisté pendant une grande partie du siècle dernier.

Les pourparlers bilatéraux se sont poursuivis sous la forme de consultations politiques, mais ne sont pas revenus au cadre exploratoire.

La Grèce et la Turquie, tous deux membres de l’OTAN, sont enfermées dans un différend territorial de longue date sur les ressources en hydrocarbures de la mer Méditerranée.

Les tensions se sont intensifiées l’année dernière entre les deux après que la Turquie a lancé une entreprise d’exploration d’hydrocarbures soutenue par l’armée dans les eaux entre la Grèce et Chypre.

La découverte par la Turquie d’importants gisements de gaz dans les eaux a provoqué la colère de la Grèce, qui a répondu par des exercices navals pour défendre son territoire maritime. Aux côtés d’Athènes, la France a également déployé ses frégates et ses avions de combat dans la région.

La Turquie, à l’époque, avait mis en garde la France contre le soutien à la Grèce dans l’escalade, affirmant que Paris souhaitait créer une force de sécurité de l’UE contre l’OTAN. 

Bruxelles au côté d’Athènes
Des navires de Chypre, d’Italie et des États-Unis ont également participé aux exercices navals grecs, tandis que les États-Unis et l’Italie ont également organisé des exercices avec des unités turques.

Il y a eu des rencontres entre des navires turcs et ceux de la Grèce rivale.

L’UE, qui a pris le parti de la Grèce dans le différend, a imposé des sanctions contre des citoyens turcs et a menacé Ankara de mesures économiques plus larges.

Il a également accusé le gouvernement du président turc Recep Tayyip Erdogan de ruiner les chances du pays d’adhérer à l’UE. La Turquie a critiqué l’approche de l’UE vis-à-vis du différend avec la Grèce et Chypre comme étant «biaisée et illégale», appelant le bloc occidental à agir plutôt comme un intermédiaire honnête.

La Grèce et la Turquie ont failli entrer en guerre en 1974 à propos de Chypre, qui a depuis été divisée, le tiers nord étant dirigé par une administration chypriote turque et les deux tiers sud par le gouvernement chypriote grec.

Erdogan a auparavant appelé la Grèce à entamer des pourparlers sous peine de subir des conséquences «douloureuses».

La Grèce achète 18 avions « Rafale » à la France 
La Grèce doit conclure lundi l’achat de 18 avions de combat Rafale à la France, pour renforcer sa défense et son partenariat avec Paris face aux tensions accrues avec la Turquie voisine.

La ministre française des Armées Florence Parly est attendue à Athènes pour signer un contrat qui «envoie un message clair dans plusieurs directions», selon son homologue Nikos Panagiotopoulos. En premier lieu à Ankara.

Ce contrat, d’un montant d’environ 2,5 milliards d’euros, porte sur 12 appareils d’occasion et 6 avions neufs. Il comprend également la fourniture de missiles de croisière Scalp, de missiles antinavires Exocet et des missiles antiaériens à longue portée Meteor.

Cette acquisition a été discutée en un temps record entre les deux gouvernements. La décision de négocier a été prise en septembre par le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis en réaction aux explorations gazières de la Turquie et à ses démonstrations de force dans des eaux disputées avec la Grèce et Chypre.


  


Dans la même rubrique :
< >