L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



International

Tunisie : Une loi électorale "unilatérale et instable" inquiète les Tunisiens


Rédigé par L'Opinion le Mardi 13 Septembre 2022

Le 17 septembre constitue le deadline supposé pour la publication du décret électoral. Un texte en gestation unilatérale à même de provoquer l’ire des sphères politiques tunisiennes.



A quelques jours du 17 septembre, date de parution attendue du décret-loi électoral, étant donné que le décret électoral portant convocation des électeurs aux élections législatives, prévues le 17 décembre, devrait être publié trois mois avant la date de ces élections, le flou pèse sur l’avenir et le devenir de ce texte-clé du processus électoral, suscitant ainsi appréhensions et inquiétudes parmi les spécialistes des questions électorales.

Au lendemain de son entrevue, le 5 septembre, avec le président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), Farouk Bouaskar, le président de la République, Kaïs Saïed, a déclaré qu'”un projet de texte sur les élections sera élaboré en tenant compte des observations et des propositions qui seront soumises par les tenants au processus de réforme le 25 juillet et ceux qui se sont engagés dans le nouveau processus de refondation”.

Une déclaration qui n’a pas manqué d’attiser les craintes face à l’insistance du chef de l’Etat de privilégier une partie sur une autre.

Interrogé par l’agence TAP, le directeur exécutif de l’Observatoire “Chahed”, Naceur Harrabi, a mis en garde contre les risques et les dérives d’une telle démarche unilatérale, estimant que le peu de temps qui reste et l’insistance du président à faire cavalier seul en écoutant une seule partie “ne contribueront pas à la construction d’une démocratie saine, et conduira inéluctablement au boycott d’une large frange de l’échiquier politique des prochaines élections, et à la désaffection d’un grand nombre d’électeurs à l’égard de cette échéance électorale majeure”.
 
Un système qui ne garantit pas une représentativité équitable
 
“Lors des prochaines législatives, la tendance semble faire prévaloir le mode de scrutin uninominal à deux tours, un système qui a ses vertus mais aussi et surtout ses insuffisances, à l’image d’ailleurs des autres modes de scrutin en vigueur dans le monde. Néanmoins, la modification de la loi électorale n’est pas à elle seule suffisante pour garantir l’instauration d’un paysage politique différent de 2014 et 2019. Un mode de scrutin qui consacre la sous-représentativité des femmes et des jeunes et l’instabilité politique”.

Commentant le mode de scrutin uninominal, Harrabi a tenu à toutefois préciser qu’il n’y a pas de système électoral “idéal, parfait et irréprochable”. Pour lui, “l’inconvénient majeur du système de vote uninominal est qu’il ne garantit pas une représentativité équitable de la femme, des jeunes et des personnes handicapées, contrairement au mode de scrutin sur liste aux plus forts restes”.

Aussi, toujours selon cet expert, “dans le cas du mode de scrutin uninominal, les candidats aux élections peuvent être des personnes réputées pour leur honnêteté dans leurs régions, comme ils peuvent être des personnes d’influence et d’argent qui se portent candidats pour leurs propres intérêts”.
 
Un découpage administratif “tronqué”
 
C’est dire que la ligne de démarcation entre “l’honnêteté” et “la corruptibilité” est tellement fine qu’il est difficile de la cerner, a-t-il fait savoir. D’où le risque, a-t-il prévenu, “de voir se profiler devant nous un Parlement disparate, émietté, malade de ses dysfonctionnements”.

De son côté, la responsable du réseau “Mourakiboun”, Raja Jabri, a déclaré que le système de vote uninominal demeure tributaire des modes de découpage électoral lequel requiert un grand travail…, soulignant que le facteur temps ne le permet pas, ce qui peut pousser à l’adoption d’un découpage administratif “tronqué” qui ne tient pas compte des spécificités sociales de chaque région.

Elle a également rappelé les efforts déployés par la société civile pour assurer la parité verticale sur les listes en lice pour les élections législatives, afin d’assurer une forte représentation des jeunes et des femmes, regrettant que le système de vote uninominal ne prévoit pas des garde-fous, ce qui met en péril la représentation de la femme qui risque d’être le parent pauvre du prochain parlement.

Oui à la modification du système de scrutin mais bien plus…

Le secrétaire général du Mouvement populaire, Zouheir Maghzaoui, a récemment affirmé que la loi électorale ne se réduit pas au mode de scrutin uninominal ou sur les listes. Pour lui, “la modification du seul mode de scrutin ne changera pas la donne. Bien plus, il faut veiller autant que possible à assainir le climat électoral des incivilités et des déviances qui ont gâché les élections au cours des dernières années”.

Un point de vue partagé par une large frange de la société civile qui estime également que le succès d’un mode de scrutin est souvent tributaire de son “écosystème électoral”, et que la garantie d’élections justes et transparentes nécessite un travail de longue haleine où contrôle et financement des partis et des associations doivent être toujours sous l’œil vigilant de la justice.

C’est ainsi que le Directeur exécutif de l’Observatoire “Chahed” estime qu’il est impérieux de prêter toute l’attention requise à la justice électorale, d’élargir les délais de recours, et d’unifier le contentieux électoral au sein du Tribunal Administratif, principal acteur juridictionnel en la matière.


Avec TAP


Un air de boycott
 
Dans l'attente du décret électoral, il y a des signes de boycott des formations politiques pour les élections législatives, qui devraient être organisées le 17 décembre prochain.

Le Front de salut national de l'opposition en Tunisie a annoncé un boycott des prochaines élections législatives prévues pour le 17 décembre, mettant en garde contre "le danger d'un effondrement global et imminent qui menace le pays".

Ahmed Najib Chebbi, a confirmé que "les différents partis qui composent le front ont unanimement refusé de participer aux élections sous la supervision d'un comité non neutre et pro-autorité", selon ses termes.

Plus tôt, le chef du Parti Doustour libre (PDL), Abeer Moussa, a déclaré que son parti ne reconnaîtrait pas les élections législatives et leurs résultats au cas où le président Kais Saied violerait les normes internationales et modifierait la loi électorale.

Moussa a annoncé qu'elle engagera des actions dans les prochaines heures pour exiger le respect des critères de la loi électorale, appelant à des élections présidentielles anticipées et invitant le président à se présenter à nouveau au peuple pour soit obtenir la confiance des électeurs pour continuer soit se retirer.
 








🔴 Top News










 
Other