Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Tunisie : Les Américains rappellent Saïed à l’ordre


Rédigé par La rédaction le Dimanche 5 Septembre 2021

Le sénateur US Chris Murphy a appelé le président tunisien Kais Saïed à mettre fin à ses mesures exceptionnelles et à revenir sur la voie démocratique.



Le président tunisien Kais Saïed a reçu samedi dernier une délégation du Sénat américain qui comprenait le sénateur Chris Murphy et le sénateur John Osouf. La présidence tunisienne a indiqué dans un communiqué, que Saïed a souligné que « les mesures exceptionnelles qui ont été prises le 25 juillet 2021 s’inscrivent dans le cadre du plein respect de la constitution, contrairement aux fausses allégations et fausses calomnies qu’elle promeut, soulignant qu’elles reflètent une large volonté populaire, et visent à protéger l’État tunisien de toute tentative d’y toucher.

Pour sa part, le sénateur Murphy a déclaré sur son compte Twitter qu’il vient de terminer une rencontre avec le président tunisien Kais Saïed au palais de Carthage et qu’il a appelé le président tunisien à « revenir rapidement sur la voie démocratique, et à mettre rapidement fin à l’état d’urgence ».

Murphy a ajouté qu’il a clairement indiqué que le seul intérêt des États-Unis est de protéger et de promouvoir une démocratie et une économie saines pour les Tunisiens.

Une démocratie qui protège les libertés civiles et les droits de l’Homme

Murphy a souligné que les Américains ne favorisent « aucune partie par rapport à l’autre, et (n’ont) aucun intérêt à pousser un programme de réforme par rapport à un autre. Ces questions sont laissées aux Tunisiens d’en décider ».

« Les États-Unis continueront de soutenir une démocratie tunisienne qui répond aux besoins du peuple tunisien et protège les libertés civiles et les droits de l’homme », a souligné Murphy. Des dizaines avaient manifesté, samedi, dans le centre de la capitale, protestant contre la visite de la délégation du Congrès américain dans leur pays. Le Parti des travailleurs (un parti de gauche qui n’a pas de représentants au Parlement) a appelé à la manifestation dans un communiqué publié sur sa page Facebook officielle.

Le secrétaire général du parti, Hamma Hammami, a exprimé son rejet de « l’ingérence étrangère, et des Etats-Unis en particulier, dans les affaires publiques intérieures tunisiennes ». Le 25 juillet, le président Saïed a décidé de geler le Parlement, dirigé par Rashid Ghannouchi, pour une durée de 30 jours, de lever l’immunité des députés et de révoquer le Premier ministre Hisham Al- Mashishi, assumant lui-même le pouvoir exécutif avec l’aide d’un gouvernement dont le président est nommé, puis a donné l’ordre de révoquer des fonctionnaires et d’en nommer d’autres.

Le 23 août dernier, le président tunisien a annoncé « la prolongation des mesures exceptionnelles prises jusqu’à nouvel ordre ».

  


Dans la même rubrique :
< >