Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Trump reporte le sommet du G7 et veut y inviter d’autres pays


Rédigé par S.J le Dimanche 31 Mai 2020

Le président américain Donald Trump a annoncé samedi reporter à septembre le sommet du G7 initialement prévu fin juin et qu’il souhaitait aussi y inclure l’Australie, la Russie, la Corée du Sud et l’Inde.



La traditionnelle photo des membres du G7 à La Malbaie, au Québec, en 2018 (Ph. AFP)
La traditionnelle photo des membres du G7 à La Malbaie, au Québec, en 2018 (Ph. AFP)
Le président américain Donald Trump a annoncé samedi qu'il allait reporter à septembre le sommet annuel des dirigeants du Groupe des Sept (G7), qu'il voulait tenir d’ici fin juin à la Maison Blanche, alors que l'administration tentait de projeter un retour à la normale au milieu de la pandémie de coronavirus.
 
Durant le vol retour de Cap Canaveral, Trump a déclaré aux journalistes que les pays formant actuellement le G7 étaient “très datés”. “Je reporte le sommet car je ne pense pas que le G7 représente convenablement ce qui se passe dans le monde”, a-t-il ajouté.
Trump a également déclaré qu'il prévoyait d'inviter la Russie, la Corée du Sud, l'Australie et l'Inde. “Je n’ai pas le sentiment que le G7 représente correctement ce qui se passe dans le monde. C’est un groupe de pays très dépassé”, a déclaré M. Trump.
 
La Russie avait été invitée à assister aux sessions du G7 pendant plusieurs années jusqu'en 2014, date à laquelle Moscou a été désinvité pour son invasion de la Crimée. Trump a déclaré à plusieurs reprises qu'il voulait à nouveau inclure la Russie, ce à quoi Merkel et d'autres dirigeants se sont vigoureusement opposés. La Russie, la Corée du Sud, l'Australie et l'Inde font déjà partie du Groupe des 20, qui a été conçu comme un rassemblement plus vaste et plus inclusif que le G-7.
 
D’après la Maison blanche, le président français Emmanuel Macron soutenait l’idée d’une rencontre mais le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, avait refusé l’offre disant qu’il y avait trop de risques sanitaires. La chancelière allemande Angela Merkel a elle aussi décliné l’invitation, invoquant des inquiétudes au sujet de la pandémie.

(Avec agences)

  


Dans la même rubrique :
< >