Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Trump menace de suspendre la contribution américaine à l’OMS

Covid-19


le Jeudi 9 Avril 2020

Un bilan qui frôle les 2000 morts, dont 500 à New York, et un virus qui tue moins de blancs que de noirs.



Trump menace de suspendre la contribution américaine à l’OMS
Alors que le Covid-19 a provoqué la mort d’un grand nombre de personnes aux États-Unis le 7 avril, Donald Trump a menacé de suspendre la contribution du pays à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dénonçant sa gestion de la pandémie et une attitude à ses yeux trop favorable à Pékin.

« Nous allons suspendre (le versement) des sommes destinées à l’OMS », a déclaré le Président américain lors de son point de presse, avant de faire machine arrière en affirmant qu’il souhaitait seulement étudier cette possibilité. « Je ne dis que pas que je vais le faire mais nous allons examiner cette possibilité. Tout semble très favorable à la Chine, ce n’est pas acceptable ».

Le nombre de cas recensés de contamination au nouveau coronavirus aux États-Unis a approché le seuil des 400.000, tandis que le nombre de décès a dépassé les 12.700 avec plus de 1.800 morts supplémentaires signalés mardi dans le pays, le bilan le plus lourd en une seule journée.

Donald Trump a déclaré que les Etats-Unis pourraient s’approcher du sommet de la «courbe» de l’épidémie, et il a réitéré mardi son souhait de rouvrir bientôt l’activité économique américaine. Le président américain a dit être réticent à aborder le sujet mais que le bilan du COVID-19 pourrait être au final moins important que ne le laissaient envisager les projections. Les experts du groupe de travail sur le coronavirus ont dit anticiper jusqu’à 240.000 décès aux Etats-Unis dans les prochains mois.

S’exprimant lors d’un point de presse quotidien à la Maison blanche, Donald Trump a par ailleurs dit ne pas avoir vu des mémos du conseiller au commerce de la présidence, Peter Navarro, sur les risques liés au nouveau coronavirus.

Navarro, l’un des faucons de l’administration américaine à l’égard de la Chine, a envoyé fin janvier un mémo prévenant que le nouveau coronavirus pourrait provoquer une pandémie et a demandé une interdiction de voyages pour la Chine, a rapporté le New York Times. Dans un second mémo rédigé fin février et envoyé à Trump, il a dit que le virus pourrait tuer jusqu’à 2 millions d’Américains.Selon la dernière projection réalisée par l’université de Washington - l’une de celles que mentionnent les autorités sanitaires américaines -, l’épidémie pourrait tuer moins de 82.000 personnes aux Etats-Unis d’ici le 4 août.

Plus de 5.000 morts dans l’Etat de New York

Des données préliminaires rapportées par des représentants en Louisiane, dans le Michigan et dans l’Illinois montrent que le taux de mortalité du nouveau coronavirus au sein de la population afro-américaine est plus important que celui pour l’ensemble de la population américaine. Les représentants des Etats et des municipalités ont estimé que les disparités au niveau de l’accès aux soins de santé seraient notamment à l’origine de cette tendance.

Dans l’Etat de New York, actuel épicentre de l’épidémie aux Etats-Unis, le nombre d’hospitalisations liées au COVID-19 semble s’être stabilisé, a déclaré le gouverneur Andrew Cuomo, malgré le nombre record de décès quotidiens.

Alors que 731 décès ont été recensés au cours de la journée, portant à 5.489 le nombre de morts liés à l’épidémie dans l’Etat, Cuomo a souligné que le ralentissement du taux des nouvelles hospitalisations et admissions en unités de soins intensifs suggéraient que les mesures de distanciation sociale instaurées le mois dernier portaient leurs fruits.

«Ne soyons pas complaisants», a dit le gouverneur de New York lors du point de presse quotidien. «La distanciation sociale fonctionne (...) C’est pour cela que l’on voit ces chiffres diminuer». Le maire de New York a dit pour sa part qu’il était trop tôt pour estimer qu’il s’agissait d’un virage, tout en mentionnant une amélioration ces derniers jours s’agissant du nombre de patients nécessitant un respirateur. Bill de Blasio a admis par ailleurs que le nombre de décès survenus hors hôpitaux pourrait avoir été sous-rapporté, alors que le département des pompiers de New York a fait état d’un bond du nombre de morts à domicile liées à des symptômes grippaux.