Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Transformation des produits de la mer, la FENIP tire la sonnette d'alarme


le Vendredi 20 Mars 2020

Le secteur de la transformation des produits de la mer subit de plein fouet les conséquences de la pandémie du Coronavirus. La FENIP réagit.



Hassan Sentissi, l'infatigable Président de la FENIP et de l'ASMEX
Hassan Sentissi, l'infatigable Président de la FENIP et de l'ASMEX
La crise n’épargne aujourd’hui aucune entreprise, aucun secteur, aucun pays et quasiment aucun continent. De même, les industriels du secteur font face à une flambée de prix inégalée concernant tous ses intrants industriels.  Face à cette situation, la FENIP (Fédération Nationale des Industries de Transformation et de Valorisation des Produits de la pêche) appelle les pouvoirs publiques à prendre des mesures urgentes pour la préservation du secteur.

« Les opérateurs du secteur enregistrent désormais les refus des marchandises exportées dans plusieurs pays en particulier les principaux clients à l’export ; auxquels s’ajoutent les perturbations à grande échelle des chaines logistiques et des chaines d’approvisionnement de matières  premières puisque les bateaux de la pêche côtière sont à l’arrêt depuis 2 semaines. Aussi avons-nous remarqué que les prix de vente des boites métalliques fabriquées au Maroc pour la conserve alimentaire ont subit une augmentation non justifiée », s’alarme la FENIP, présidée par Hassan Sentissi, dans un communiqué, parvenu à L'opinion.

Cette situation, poursuit la même source, engendre une crise sans précédent dans le secteur et aura des répercussions sociales négatives notamment sur les tranches fragilisées des travailleurs qui se comptent par dizaines de milliers (marins pêcheurs, ouvriers et ouvrières de la transformation des produits de la mer).
 
Les mesures proposées 
 
D’après la FENIP, le secteur pourrait aisément doubler son Chiffre d’affaire et améliorer sa contribution à l’économie nationale à l’horizon 2025 si des mesures incitatives nécessaires dans le cadre d’un contrat programme, une communication fluide et régulière avec l’administration, une gouvernance articulée autour de partenariats publiques privés, et un financement adéquat et pérenne à travers la création d’un CREDIT MARITIME.  
 
Pour sauvegarder le secteur, la Fédération propose au gouvernement une série de mesures. Parmi celles-ci, accorder des Facilités et souplesses par les banques en matière de fonctionnement du compte en attendant la reprise de l’activité, et renforcer les dispositifs d’assurance pour garantir les exportations de marchandises marocaines. Elle appelle aussi à la création des cellules de crises publiques - privées par régions en insistant sur la représentativité de tous les secteurs.

Le secteur de l’industrie de la pêche représente environ 660 000 emplois directs et indirects, exporte plus de 85% de sa production et réalise un chiffre d’affaire de 2 milliards de dollars.
 
                                                                                                                                                               A.Channaje
 


  


Dans la même rubrique :
< >