Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Tennis : Cerundolo (ARG) et Sousa (POR), les derniers lauréats de l’ATP 2020


Rédigé par M. BELAOULA le Mercredi 9 Décembre 2020

Dimanche dernier, on a joué les deux derniers Challengers pour clôturer la saison qui a été chamboulée par la pandémie de coronavirus



Tennis : Cerundolo (ARG) et Sousa (POR), les derniers lauréats de l’ATP 2020
Alors que l’on se prépare, déjà, pour accueillir la prochaine saison 2020/2021, avec en ouverture l’Open d’Australie où les négociations continuent autour des modalités de l’accueil des joueurs en Australie à cause du coronavirus, on a bouclé, dimanche dernier, la saison en cours avec les deux derniers Challengers qui se sont joués au Brésil et au Portugal.

Les deux dernières cases du calendrier de l’ATP avant de tourner la page pour une nouvelle saison qui s’annonce, également, sous la menace du Covid-19.  

À Maia Open : À rebondissements
Au Portugal, le Challenger 80 de Maia, d’une dotation de 44 820 Euros, fût, d’entrée, amputé de sa tête de série n°1, l’Espagnol Pedro Martinez, sorti par l’Italien Andrea Arnaboldi qui sera stoppé, de son côté en quart, par le Croate des qualifs, Duje Ajdukovic. Ce dernier qui va quitter la compétition, en demi-finale, après sa défaite face au n°8, l’Espagnol Carlos Taberner, sur le score étriqué de 7/5, 6/7[9], 6/4. Une victoire dans la douleur pour l’Ibérique qui va croiser, pour le sacre final, le Portugais et n°2, Pedro Sousa, qui a dominé le bas du tableau pour conclure contre l’Espagnol Bernabe Zapata Miralles, moyennant 6/4, 6/1. Une finale à rebondissements où les deux protagonistes ont été obligés de recourir à la manche décisive pour se départager. Sousa inflige un cuisant 6/0 à l’Espagnol Taberner qui, dans un sursaut d’orgueil, remet les pendules à l’heure par 7/5. Mais ce n’était pas suffisant pour dissuader son futur bourreau qui, au terme de 2h04’ et un troisième set (6/2) va boucler la boucle et s’emparer du titre. 

À Campinas, à sans fautes
Au Brésil, c’est l’Espagnol et tête d’affiche n°1, Roberto Carballes Baena, qui s’est frayé un parcours sans fautes, bien qu’il a été bousculé en huitièmes et en quarts où il a été contraint de céder une manche, pour s’installer en finale du Challenger de Campinas à 52 080 dollars, après avoir dominé, en demi-finale, le Colombien et n°4, Daniel Elahi Galan, par 6/4,6/2. De son côté, le n°2 du bas du tableau, le Brésilien Thiago Seyboth Wild, n’a pas fait long feu pour se faire éliminer, dès le premier tour, par le Chilien Alejandro Tabilo qui va s’arrêter en quart au profit du Brésilien Meligeni Rodrigues Alves; lequel va subir la loi, en demi-finale, de l’Argentin et tête de série n°7, Francisco Cerundolo, par 6/1, 6/4. Le compatriote du regretté Diego Maradona va, même, plus loin en décrochant le titre après 2h14’ de combat pour venir à bout de l’Espagnol Roberto Carballes Baena sur le score de 6/4, 3/6, 6/3