Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Statut du corps des enseignants-chercheurs: Enfin un consensus entre la tutelle et les partenaires sociaux


Rédigé par la rédaction avec Map le Mardi 26 Avril 2022

Le ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l'innovation, Abdellatif Miraoui, a indiqué qu'une formule consensuelle a été trouvée avec les partenaires sociaux au sujet du projet portant nouveau statut du corps des enseignants-chercheurs.



Répondant à une question orale à la Chambre des conseillers sur "la réforme du statut du corps des enseignants-chercheurs", posée par l’Union nationale du travail au Maroc, M. Miraoui a souligné que son département œuvre en collaboration avec les partenaires sociaux pour finaliser les textes juridiques accompagnant ledit projet de statut, conformément aux directives majeures de la vision réformiste relative au programme d'accélération de la transformation du système d'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation. 

Il a ajouté que le nouveau statut des enseignants-chercheurs devra reposer sur plusieurs fondements visant à asseoir un plan de promotion et d'avancement professionnels sur la base des critères de la "qualité et de l'excellence scientifique", et à rendre le métier d'enseignant plus attrayant afin de se séduire les meilleures compétences, y compris parmi les Marocains du monde.

Ces fondements visent également, selon le ministre, à élaborer une politique efficace d'emploi des professeurs, basée sur la capacité d'exercer les missions de formation et de développer la recherche scientifique de haut niveau, afin d'accroître l'habilité du système, tant quantitativement que qualitativement, à répondre à la demande croissante en lien avec l'enseignement universitaire et à anticiper le déficit prévu et qui s'accentuera lors des prochaines années en raison du départ à la retraite d'un grand nombre de professeurs-chercheurs formés au sein des meilleures universités nationales et internationales, dont le nombre dépasserait les 4.500 à l'horizon 2030.

Quant aux professeurs titulaires du doctorat français, M. Miraoui a précisé que cette catégorie avait auparavant bénéficié de l'ancienneté pour régler sa situation financière. En ce qui concerne le reste de leurs revendications, le ministre a affirmé que son département coopère constamment avec les partenaires sociaux et les ministères concernés pour trouver une solution définitive et négociée, soutenant que le ministère s'était engagé à clore définitivement ce dossier. M. Miraoui a noté que l'amendement du statut du corps des enseignants-chercheurs et l'amélioration de leurs conditions matérielles figurent parmi les priorités du ministère à travers la mise en place d'un cadre juridique et procédural motivant, fondé sur la culture de la performance et du rendement.

Il a enfin assuré que son département "comprend les attentes légitimes de cette catégorie de professeurs et salue toujours leurs efforts constants et soutenus pour hisser la qualité du système d'enseignement supérieur".