L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Sociétés régionales multiservices : Laftit rassure sur le maintien des factures l’électricité


Rédigé par Mina Elkhodari Vendredi 3 Mars 2023

A la différence de ce qu’on aurait tendance à croire, la facture de l’électricité ne connaitra par une augmentation suite à la création de sociétés régionales multiservices (SRM) qui remplaceront progressivement les délégations et régies, selon le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit. La création des SRM est justifiée par la nécessité de remédier aux problèmes observés au niveau de la distribution de l’eau potable et de l’électricité.



Initiées dans le cadre d’une vision globale afin de promouvoir la gouvernance et accompagner la régionalisation avancée et la déconcentration, les sociétés régionales multiservices se veulent un cadre institutionnel approprié pour assurer une meilleure gestion de l’eau et de l’électricité. Toutefois, cette nouvelle approche n’entrainera pas, comme on aurait tendance à le croire, une hausse de la facture de l’électricité. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, lors des discussions, autour du projet de loi n°83.21 portant création des sociétés régionales multiservices, au sein de la Commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville de la Chambre des Conseillers.

Ce projet vise, selon Laftit, à palier les difficultés ressenties dans le circuit de distribution des services de l’eau et de l’électricité qui empêchent de répondre efficacement à la demande croissante de
ces usagers, d’une part, et d’assurer une répartition  égale de ces services dans toutes les régions du Royaume, en particulier dans le monde rural, d’une autre part.

Outre les défis de gestion, le secteur de l’eau et de l’électricité fait face à un autre enjeu lié cette fois-ci à l’investissement. C’est en tout cas le constat fait par le ministre de l’Intérieur à la deuxième Chambre où il a indiqué que les études menées sur ce secteur font état de besoins considérables  en matière d’investissement public. Or les projets menés à ce jour, a-t-il dit, ne permettent pas de répondre efficacement aux besoins de ce secteur  vital, et ce, pour des raisons liées notamment au manque de coordination et à la multiplication des intervenants, entrainant ainsi des investissements inconséquents et inefficaces sur le long terme.

Sur un autre registre, le ministre a relevé que le changement climatique a accentué les maux dont souffre le secteur de l’eau et de l’électricité, d’où la nécessité d’une intervention concertée et efficace, de la part des acteurs concernés afin de pouvoir développer un système permettant de sécuriser l’approvisionnement en eau potable et en électricité, sur la base de normes assurant l’économie de l’eau, l’efficacité énergétique et la protection de l’environnement et des ressources naturelles.

« Ce sont de tels objectifs, a relevé Laftit, qui sous-tendent le choix d’un nouveau modèle de gestion des services de l’eau et de l’électricité basé sur les sociétés régionales multiservices, lequel devra permettre de rationaliser les investissements réalisés dans le secteur et  remédier aux disparités territoires existantes dans la distribution de ces services vitaux », , ajoutant que ce modèle constitue le cadre approprié qui favorise la mise en synergie des efforts des parties prenantes, en leur permettant de partager leur potentiel d’expertise et de ressources et de réaliser des gains multiservices dans ce secteur.

Le projet de loi n° 83.21 pose les jalons de la création de ces sociétés dans chaque région du Royaume. Ces sociétés seront, d’après Abdelouafi Laftit, mises à la disposition des Communes en tant que procédé moderne de gestion qui s’inscrit en droite ligne avec le chantier de la régionalisation avancée.  L’objectif étant de garantir l’efficacité et la pérennité des investissements dans ce secteur mais aussi de réunir les fonds nécessaires qu’exigent de telles infrastructures.

Il vise également à créer un cadre institutionnel impliquant toutes les parties prenantes du secteur de l’eau et de l’électricité, en permettant aux collectivités territoriales et aux institutions publiques, y compris l’Office national de l’électricité et de l’eau (ONEE), de participer au capital de la société multiservice de chaque région. 

D’autre part, Laftit a souligné que le projet comprend les dispositions nécessaires garantissant les droits acquis des employés transférés de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable et des agences indépendantes, à l’entreprise régionale multiservice concernée, tout en préservant leur situation vis-à-vis de la Caisse de retraite et des organismes de prestations sociales auxquels ils sont affiliés au moment de leur transfert.



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 29 Février 2024 - 10:38 Enfin, un salon du Gaming débarque à Rabat







🔴 Top News