Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Société : Cherche hammam… désespérément


Rédigé par Siham MDIJI le Jeudi 11 Février 2021

Face au maintien de la fermeture des hammams, certaines personnes sont capables de supporter
un long trajet éprouvant pour s’y rendre dans les régions avoisinantes.



Société : Cherche hammam… désespérément
La pandémie du nouveau Coronavirus a désormais privé certains Marocains de l’un de leurs plus chers rituels traditionnels : le hammam. Revêtant une importance particulière dans la société marocaine, les bains maures ont dû fermer, encore une fois, leurs portes dans plusieurs villes du Royaume, notamment à Rabat et ses alentours, le 27 janvier 2021. Mais, visiblement, les Rbatis, Kénitris, ou encore les Casaouis ne peuvent pas se passer de la chaleur et les bienfaits de ce lieu incontournable. Ces derniers sont prêts à traverser des kilomètres seulement pour prendre un bain sans risque de tomber malades durant cette période de froid glacial. 

Facebook : le nouveau guide des hammams ouverts au Maroc

Les internautes sont apparemment solidaires pour faire la promotion des hammams qui sont jusqu’à présent ouverts. Compte tenu des conditions météorologiques et de la baisse de température qui sévit dans diverses régions du Royaume, les Facebookers se réjouissent de partager leurs expériences vécues dans les hammams des régions avoisinantes, indiquant également l’adresse, les horaires d’ouverture, et les mesures sanitaires adoptées. Sur de nombreux groupes, nous retrouvons des posts comme «#SOSDETENTE, je cherche de bonnes adresses et des recommandations de hammam dont les portes sont actuellement ouvertes», ce qui, sans doute reçoit un grand nombre de réponses en très peu de temps. Ainsi, les Rbatis vont à Témara ou Skhirat, les Kénitris à Sidi Yahya, tandis que les Casaouis vont à Had Saoualem, etc. Une situation qui fait jaser, mais, laisse place à plusieurs questionnements nécessitant une réponse des autorités pour éclairer l’opinion publique sur ces mesures. 

La grogne des internautes 

Attendant impatiemment la reprise de l’activité des hammams, les internautes montent de plus en plus au créneau contre le gouvernement d’El Othmani. «Les politiques imaginent que chacun parmi les nôtres dispose d’une maison dotée d’une salle de bain et d’un douche digne de son nom. Avec leurs décisions, nous ne pouvons que comprendre qu’ils ignorent la réalité des bidonvilles, des maisons qui se louent à la pièce avec des toilettes communes, des petits appartements non pourvus de douches ou d’eau chaude et encore moins de chauffage... », s’est indignée une Casablancaise. Selon elle, le fait de les maintenir fermés durant plusieurs mois «est non seulement illogique au vu de tout ce qui est ouvert et archi-comble mais aussi méprisant et inhumain».

Rappelons que les hammams fermés se situent dans 15 préfectures et provinces sur un total de 82. Leur réouverture demeure tributaire de l’amélioration de la situation épidémiologique et de la décision des comités ad hoc locaux.

Siham MDIJI

Indemnisation des employés des Hammams en arrêt de travail ​ 
Interpellé par les députés istiqlaliens sur la situation précaire des employés des hammams traditionnels, le ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme et des relations avec le parlement, Mustapha Ramid, a indiqué que ces derniers seront prochainement indemnisés pour perte d’emploi. Ces employés seront recensés en vue de les indemniser pour les dommages subis à cause de la fermeture de leur lieu de travail, a précisé Ramid en réponse à une question à la Chambre des représentants sur «la fermeture des hammams traditionnels ». « Le personnel, estimé à des milliers de personnes, est un groupe vulnérable, dont la majorité travaille dans des conditions difficiles en dehors du système de couverture sociale et sans aucune attention », a ajouté Allal Amraoui, député istiqlalien, lors de son intervention à la Chambre des représentants.