Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Sidi Bennour : Cette fumée noire... menace pour la santé


Rédigé par Mohamed LOKHNATI le Lundi 11 Mai 2020

Chaque soir une fumée noire se dégage de la Joutiya, au sud de la ville, et empoisonne la vie des habitants, préoccupés par la bataille contre le coronavirus



Une fumée géante se dégage chaque soir de la « Joutiya » située au sud de Sidi Bennour
Une fumée géante se dégage chaque soir de la « Joutiya » située au sud de Sidi Bennour
Les agents polluant l’atmosphère de la ville de Sidi Bennour sont là pour attester que l’impact destructeur et de surcroît pathogène est on ne peut plus préjudiciable. Vérification faite chaque matin : l’état des terrasses en est la preuve tangible, formelle, matérielle.

« Si vous risquez, par oubli ou par inadvertance, de laisser votre linge la nuit sur la terrasse, sachez que vous l’aurez le matin sciemment constellé de points noirs collants », fait part la mère de Youssef, qui prend son fils à témoin quand la colère aurait failli tourner au drame suite à l’état de son tee-shirt, s’il n’y avait la perspicacité de cette dame. « Vous savez que nous aimons veiller, nous les jeunes, confinement et ramadan obligent, et, dormir à la terrasse est, par-dessus le marché, amusant pour nous car ça nous arrange de nous lever une fois que le soleil est là. Attendez, je n’ai pas tout dit. Nous allons nous voir à la glace, ah ! la vache ! qu’est-ce que nous découvrons ? Des particules noires extrêmement ténues qui collent, parsemées, sur les joues, autour des yeux, aux coins de la bouche, partout, quoi ! Tiens ! Et Dieu sait combien en avons-nous inhalé et avalé surtout pour un de mes amis qui ne peut s’empêcher de roupiller la bouche grande-ouverte ».

Par ailleurs, « combien de nos enfants sont asthmatiques ! Nous qui recevions dans la ville des cas d’asthme en quête de respirer et vivre normalement, nous voilà à la merci d’un rituel préjudiciable à notre santé, nous qui sommes réputés être toujours bien portants vis-à-vis de nos concitoyens. Et l’histoire et les anecdotes ne manquent pas pour le rappeler à tout entendeur », argue Ssi M’barek, un pur produit de Sidi Bennour.

« Nos malades n’arrivent pas à comprendre, alors qu’on leur inculque que doukkali rime avec bien portant ! Ils avalent difficilement ce qui leur arrive ! », s’exclame Badr, ce jeune qui n’a pas hésité à déclamer avec vigueur sa colère, ajoutant : « Cette gangrène insidieuse ne doit en aucun cas perdurer, d’autant plus que les responsables de tous bords seraient pertinemment conscients de l’effet cocktail dont les diverses émanations nous gratifient. Ne seraientils pas en mesure de mettre le holà à cette situation indésirable ? Ne seraient-ils pas habilités à intervenir pour mettre un bémol à cet abus insensé et conséquemment préjudiciable ? ».

En somme, l’appel à la mobilisation des responsables est là. Comme nous saluons bien haut les autorités locales de leur abnégation, de leur dévouement à la nation, en ces temps de confinement, il serait de notre devoir de leur faire part de notre soutien. Cependant, nous tenons à les avertir du danger dont il faudrait prémunir les habitants de cette ville, lesquels habitants comptent beaucoup sur leur intervention.

Mohamed LOKHNATI