Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Sécurité alimentaire : Le monde arabe à la merci du blé russe et ukrainien


Rédigé par La rédaction le Lundi 7 Mars 2022

Égyptiens, Libanais, Yéménites et d’autres citoyens de pays arabes peuvent avoir du mal à fournir du pain sur la table à manger, car la Russie et l'Ukraine sont leurs premiers fournisseurs de blé.



Ph : Dinendra Haria/LNP/Shutterstock/SIPA
Ph : Dinendra Haria/LNP/Shutterstock/SIPA
L'Institut de recherche sur le Moyen-Orient a averti que "si la guerre perturbe l'approvisionnement en blé" du monde arabe, qui dépend fortement des importations pour s'approvisionner en nourriture, "la crise pourrait entraîner de nouvelles manifestations et une instabilité dans plusieurs pays".

Le Soudan, qui souffre d'une baisse de ses réserves de liquidités depuis la suspension de l'aide internationale en réponse au coup d'État militaire d'octobre, sera le premier touché.

Au Yémen et selon l’AFP qui se réfère à des témoignages de citoyens, il apparait clairement que les Yéménites ont beaucoup de difficultés à se procurer de la nourriture de base, et la guerre russo-ukrainienne va jeter une ombre sur le peuple yéménite et aggraver les choses.

Selon le Programme alimentaire mondial, l’autre guerre en Syrie affame 12,4 millions de Syriens. Alors que ce pays était autosuffisant en blé jusqu'en 2011, lorsque le conflit a éclaté, il a été contraint, après des années de guerre au cours desquelles la Russie a aidé militairement le régime, "d'acheter 1,5 million de tonnes de blé en 2021, principalement à Moscou", relève le site spécialisé The Syria Report. Actuellement Damas dit dispose de stocks pour une période de deux mois.

Au Liban voisin, où l'effondrement du système bancaire a appauvri 80 % de la population et l'explosion du port de Beyrouth a détruit des silos de blé, les stocks sont moindres. Actuellement, le Liban qui attend cinq navires en mer chargés de blé, en provenance d'Ukraine dispose d’un stock, en plus des cinq navires, pour moins de deux mois. 

Le blé incontournable au Maghreb

Au Maghreb, où le blé est indispensable à la fabrication du pain, le gouvernement marocain a décidé de porter à 350 millions d'euros les dotations pour les subventions à la farine, et de suspendre les droits de douane sur les importations de blé.

Mais la Tunisie n'est pas en mesure de le faire. En décembre, des navires ont refusé de décharger leur cargaison de blé pour ne pas l'avoir payée, selon les médias tunisiens, alors que la dette augmente à mesure que les réserves de devises fondent.

En Algérie, deuxième consommateur de blé en Afrique et cinquième importateur de céréales au monde, le stock est suffisant pour six mois.

L'Égypte qui est le plus grand importateur de blé au monde, dépend pour 80% de ses importations de blé de la Russie et de l’Ukraine. Le gouvernement a confirmé qu'il dispose d'un "stock stratégique suffisant pour l'État pendant une période d'environ neuf mois" pour nourrir 103 millions de personnes, dont 70% reçoivent cinq miches de pain subventionnées.

Mais après avoir réduit le poids du pain subventionné, le gouvernement envisage maintenant d'en augmenter le prix. En 1977, le président Anouar Sadate l'a fait, et immédiatement le "soulèvement du pain" a éclaté, et ne s'est pas arrêté jusqu'au retour de l'ancien prix.


 

  


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 24 Mai 2022 - 16:38 L’OMS minimise le risque de propagation