L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Sécurité alimentaire : Comment le Royaume gère-t-il ses importations de blé ? [INTÉGRAL]


Rédigé par A.CHANNAJE Dimanche 12 Mars 2023

Le Maroc a modifié son programme de subventions à l'importation de blé pour faciliter l'acheminement des cargaisons en provenance de la région de la mer Noire par les entreprises, a déclaré mercredi 8 mars à Reuters un responsable de l'ONICL (Office National Interprofessionnel des Céréales et des Légumineuses).



La révision, également signalée par les commerçants, signifie qu'à partir du mois de mars, les importateurs peuvent recevoir une subvention mensuelle si les cargaisons sont chargées avant la fin du mois, contrairement à ce qui se passait auparavant lorsque les navires devaient arriver au Maroc avant la fin du mois.
Encourager les expéditions en provenance de la région de la mer Noire, qui comprend la Russie et l'Ukraine, était l'une des raisons  d'ajuster les conditions de subvention à l'importation, a déclaré le responsable à Reuters.
Le changement pourrait accroître la concurrence sur un marché d'importation marocain dominé par le blé en provenance de France et d'autres fournisseurs relativement proches de l'Union Européenne.
Grand importateur de céréales, poursuit Reuters, le Maroc a augmenté ses importations après une récolte frappée par la sécheresse l'année dernière, et a dépassé par conséquent l'Algérie en tant que première destination d'exportation pour le blé de l'UE au cours de la saison 2022/2023.

La même source ajoute que le Royaume, à l'image d'autres importateurs de blé, a fait face à des prix record l'année dernière à cause de la guerre russo-ukrainienne, et connaît également une inflation alimentaire plus large en raison de la sécheresse et d'autres problèmes tels que le coût des engrais.

Les négociants français, cités par Reuters, ont déclaré que le changement ne devrait pas avoir un impact immédiat important car l'ONICL avait maintenu séparément un taux de subvention inférieur pour le blé russe et ukrainien par rapport aux importations d'autres origines comme les approvisionnements de l'UE.

Mais cela pourrait conduire les marchands à s'approvisionner davantage en provenance des pays de l'Union Européenne (UE) sur la mer Noire, comme la Roumanie, et rendre les expéditions en provenance d'Ukraine et de Russie plus réalisables à l'avenir, en particulier si les perturbations de la guerre s'atténuent, ont-ils déclaré.
« Il y a un sentiment mitigé avec les nouvelles concernant la date de chargement. Mais l'UE reste toujours en pole position sur le marché marocain », a déclaré un commerçant français.
Les négociants ont signalé d'importantes ventes de blé français et d'Europe du Nord la semaine dernière pour l'expédition de mars vers le Maroc.

L'attention se tourne vers la récolte céréalière marocaine de 2023 pour voir si la sécheresse précédente affectera à nouveau les rendements et maintiendra des besoins d'importation élevés la saison prochaine, souligne Reuters. Et la même source d'ajouter que les négociants français ont déclaré que les entreprises céréalières avaient été informées que des subventions à l'importation seraient offertes jusqu'à fin mai, suggérant que le Maroc fermerait alors sa fenêtre d'importation pour se concentrer sur sa récolte locale.
Cependant, le Maroc ne confirme généralement pas la fin de sa campagne d'importation avant que les perspectives de récolte ne se précisent vers le mois d'avril.
 
Lenteur des importations
 
Dans ce sillage, Argus Média indique que la lenteur des importations mensuelles et la faible incitation à accélérer les importations signifient que le Maroc devrait être en deçà des prévisions d'importations de blé du Département américain de l'agriculture (USDA) de 7,5 millions de tonnes en 2022-2023. Le pays devrait commencer l'année commerciale à venir avec des stocks de départ inférieurs, même après avoir changé de fournisseur pour compenser un manque quasi total d'approvisionnement ukrainien et argentin, ajoute le média britannique spécialisé dans une récente analyse.

Les importations ont globalement ralenti d'un mois à l'autre depuis les deux premiers mois de la campagne de commercialisation 2022-2023, et les dernières données locales sur les silos et les ports montrent que les importations se sont poursuivies avec peu d'urgence en février dernier, indique Argus Média. « Les ports marocains ont pris 290.000 t de blé tendre durant ce mois, contre 430.000 t en janvier. Le volume de blé français importé a diminué au cours du mois, mais la France a augmenté sa part de marché de 16% pour représenter les deux tiers des importations du Maroc en février, en raison de la baisse des recettes en provenance d'Allemagne et des pays baltes », note la même source.
 
Peu d'incitations à augmenter les importations avant 2023-2024
 
Le média anglais spécialisé indique, par ailleurs, que les remises accordées par l'État pour les importations de blé sont liées aux prix du marché mondial, le niveau de chaque mois étant calculé à partir des prix quotidiens du marché au cours du mois civil précédent. Les importateurs locaux s'attendent à ce que le taux fixe passe de 104,5 dirhams/100 kg (101 $/t) pour les importations de février à environ 98 dirhams/100 kg (94 $/t) pour mars. Cela se compare à un taux de 230-260 dirhams/100 kg au cours des deux premiers mois de la campagne de commercialisation, lorsque les recettes de blé tendre du Maroc ont culminé à 840.000 t pour le mois de juillet.

Argus Média fait observer, en outre, que "les importateurs marocains sont actuellement peu incités à accélérer les importations et attendent des remises de l’Etat plus avantageuses, et pourront profiter des frontières restant ouvertes aux importations lors de la récolte locale à venir".

De plus, poursuit la même source, les importateurs peuvent attendre des éclaircissements sur les remises à venir avant d'augmenter leurs achats, fait savoir Argus Média.
Le média anglais rappelle que l'État accorde actuellement des taux plus élevés pour le blé d’origine européenne par rapport à l’approvisionnement de la mer Noir. Néanmoins, d'après ce média, ce système fait l'objet d'un débat. "Et l'écart des remises entre les deux origines se réduit depuis quelques mois, les importateurs s'attendant à ce que le blé originaire de la mer Noire obtienne des remises inférieures d'environ 12 dirhams/100 kg en mars, contre une différence de 50 dirhams/100 kg en juin", ajoute le média anglais.

Il est entendu que de nombreux importateurs attendent toujours les remboursements retardés du gouvernement pour se remplir les poches. Les remboursements du gouvernement devraient prendre six mois pour arriver aux importateurs, mais des retards et des problèmes financiers ont été signalés au sein du Trésor. Cela signifie que les rabais réclamés au plus haut du taux fixe en juin-juillet sont dans certains cas encore à payer.

Compte tenu de ces facteurs, Argus Média estime qu’il y a peu de pression pour importer à court terme. « Les acteurs du marché local estiment que le pays dispose actuellement d'environ trois mois de blé en stock. Les importateurs peuvent se permettre d'acheter au jour le jour pour faire tourner les moulins - les consommateurs utilisent environ 450.000 t/mois, le blé de meunerie importé alimentant environ la moitié de la consommation intérieure au cours d'une année typique », indique le média spécialisé anglais.

 
A. CHANNAJE

« Les prix montent en flèche au Maroc »

Les acheteurs du marché de Salé sont témoins de l'explosion des prix des légumes, selon Fresh Plaza.
L'inflation ajoute une pression supplémentaire au moment où le Maroc se prépare au Ramadan qui commence à la fin du mois de mars, souligne le portail pour l'industrie des produits frais. Selon la Banque Mondiale, poursuit la même source, l'inflation a atteint 8,3% sur une base annuelle à la fin de 2022, principalement en raison des perturbations de la chaîne d'approvisionnement mondiale exacerbées par l'invasion de l'Ukraine par la Russie et son impact sur les coûts du carburant et du transport. En janvier, l'indice des prix à la consommation du pays a atteint 8,9%, alimenté par une hausse de 16,8% des prix des denrées alimentaires. Le gouvernement a imputé la hausse des prix à la fraude, aux spéculateurs et à la « manipulation des prix », note Fresh Plaza.

Les chiffres de la FAO

La production de céréales au Maroc a été estimée à 3,3 millions de tonnes en 2022. C’est ce qu’indique la FAO dans son premier rapport trimestriel de 2023 sur la situation alimentaire mondiale publié le 1er mars dernier.
Le volume annoncé affiche un recul de 68% par rapport au stock de 10,5 millions de tonnes enregistré un an plus tôt et une baisse de 58% par rapport à la production moyenne de 7,9 millions de tonnes réalisée sur les cinq dernières années.
Cette contre-performance est imputable à la persistance de la sécheresse qui a grevé les performances des différentes filières céréalières, en particulier le blé qui compte pour environ 70% de l’approvisionnement total du pays. En détail, la récolte de blé a chuté de 66% pour s’établir à 2,5 millions tonnes contre un stock de 7,5 millions de tonnes précédemment.
Plus globalement, l’offre céréalière au Maroc a eu l’évolution la plus mauvaise de la région dans la mesure où tous les autres pays d’Afrique du Nord ont connu une amélioration.


 

52 millions de quintaux de blé importés en 2022

« Le marché international de blé est dans une tendance baissière. Le programme des importations est toujours activé jusqu’à fin avril 2023. Les stocks sont suffisants pour couvrir les besoins. Nous espérons une bonne année agricole pour avoir plus de visibilité. Les opérateurs du secteur et le gouvernement ont pris toutes les dispositions nécessaires pour approvisionner le marché local dans de bonnes conditions », a souligné Moulay Abdelkader Alaoui, président de la Fédération nationale de la minoterie.
En 2022, le Maroc a importé 52 millions de quintaux de blé. Un volume important sur lequel l’Etat a payé une restitution d’une valeur de 10 milliards de DH, a ajouté le président de la Fédération dans un entretien accordé au cours du mois de février dernier à un confrère francophone.


 

C'est quoi l'ONICL ?

Sécurité alimentaire : Comment le Royaume gère-t-il ses importations de blé ? [INTÉGRAL]
L’Office National Interprofessionnel des Céréales et des Légumineuses (ONICL), créé en 1937, est un établissement public sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, régi par la loi 12-94 et doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.
Il est administré par un Conseil d’Administration composé pour moitié des représentants de l’Administration  et pour l’autre moitié des professionnels de la filière des céréales et des légumineuses.








🔴 Top News