Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Secteur agricole : Les opérateurs déçus du PLF 2021


Rédigé par Safaa KSAANI le Mardi 3 Novembre 2020

la Fédération des Chambres d’Agriculture (FCA) et la Confédération Marocaine de l’Agriculture et du Développement Rural (COMADER) ont exprimé leur grande déception vis-à-vis du Projet de Loi de Finances (PLF) 2021.



Secteur agricole : Les opérateurs déçus du PLF 2021
La Fédération et la Confédération font part de leur mécontentement, puisque “malgré la conjoncture très difficile que traverse le secteur agricole, due entre autres, à la pandémie COVID 19 et à trois années successives de sécheresse, aucune de ses doléances fiscales n’a été prise en compte par le Ministère des Finances dans ce projet de loi et, pire encore, aucune mesure n’a concernée l’agriculture ». 

Dans ce document, qui date du 28 octobre dernier, elles dénoncent l’exclusion du secteur agricole des mesures d’accompagnement décidées par le Comité de Veille Économique, notamment l’indemnité CNSS de 2.000 DH pour les travailleurs à l’arrêt ainsi que les crédits avec garantie de l’Etat « Oxygène », « Relance TPE » et « Damane Relance ». Rappelons que le secteur de l’agriculture n’a pas été identifié comme secteur en difficulté et donc non éligible à l’indemnité forfaitaire.

Dans ce cadre, les représentants de la FCA et ceux de la Comader, ont rencontré le Directeur Général des Impôts pour lui soumettre les doléances qui ont été soumises au Ministère des Finances. 

Parmi ces doléance figurent l'extension au secteur agricole du taux réduit à 0,25% au titre de la cotisation minimale, l'exonération quinquennale au titre de l’impôt direct au profit des exploitations agricoles, et l'exonération de la TVA sur les investissements agricoles et les facteurs de production.

In fine, les deux signataires de ce communiqué ont tenu à exprimer toute leur gratitude et leur allégeance à Sa Majesté le Roi Mohamed VI, qui ne cesse de rappeler dans ses discours royaux, l'importance de l'agriculture dans le développement économique et dans la cohésion sociale du Royaume.