Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Sebta : une ONG espagnole appelle à mettre fin au drame des enfants migrants


Rédigé par Kawtar Chaat le Jeudi 10 Mars 2022

Plataforma de Infanta, une organisation espagnole à but non lucratif, a demandé jeudi aux autorités espagnoles de maintenir leur engagement envers les droits de l'enfant, exigeant des solutions pour les mineurs isolés qui sont entrés seuls à Sebta en mai dernier.



Dans une lettre au ministère des Affaires étrangères, l'ONG demande «des solutions pour les garçons et les filles qui sont entrés seuls à Ceuta en mai dernier».

 

Ainsi, dans le cadre du débat sur les droits de l'enfant et le regroupement familial, a plaidé à ce que «les garçons et les filles soient considérés avant tout comme des enfants, au-dessus de leur statut d'immigrés», exhortant les autorités espagnoles à reconnaitre « toutes les formes de famille dans différents contextes ».
 

Plataforma de Infancia met en avant la situation des mineurs marocains arrivés à Sebta en mai dernier, rappelant que depuis près de 10 mois, aucune solution durable n'a été adoptée. Dans sa lettre, l'association a fait valoir que «les procédures de détermination de l'âge ne soient engagées qu'en cas de doute raisonnable sur l'âge d'une personne» et que «le regroupement familial dans le pays d'origine ne soit pas poursuivi lorsqu'il existe un risque pour les droits de l'enfant».

 

«Plataforma de Infancia veut réaffirmer l'importance du principe de l'intérêt supérieur du mineur, qui exige que les autorités procèdent à une évaluation individuelle de l'intérêt supérieur de chaque enfant immigré pour déterminer la solution durable qui répond le mieux à ses besoins et à son bien-être. Dans ce contexte, les États sont tenus de veiller à ce que le regroupement familial ne soit pas recherché dans le pays d'origine lorsqu'il existe un risque raisonnable que ce retour entraîne la violation des droits des enfants», relève Almudena Escorial, responsable du plaidoyer politique de l’ONG, notant qu'à Sebta, les conditions de vie de plusieurs enfants sont loin d'être adéquates, et et leurs droits fondamentaux sont violés au quotidien.