Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Salé : Résistance après la fermeture des salles de sport


Rédigé par Hiba CHAKER le Jeudi 9 Septembre 2021

Alors que les autorités ont décidé de fermer, pour une durée indéterminée, les salles de sport, ces dernières annoncent une grogne à Salé et continuent d’accueillir les sportifs en cachette.



Photo : SYSPEO/Sipa
Photo : SYSPEO/Sipa
Le sport, cette activité physique qui, en plus de ses bienfaits physiques, élève ses pratiquants en leur inculquant les valeurs de l’équité, le travail d’équipe, l’égalité, la discipline, l’inclusion, la persévérance ou encore le respect, se pratique aujourd’hui dans les ruelles de Salé comme une activité « hors-la loi », mais « tolérée » par des autorités qui, souvent, ferment les yeux sur le non respect des consignes de fermeture.

A portes mi-ouvertes, les salles de sport dans la ville de Salé, abritant une population qui frôle le million d’habitants, continuent d’accueillir les clients malgré la décision du gouvernement, du 2 août 2021, de fermer dès le lendemain pour une durée indéterminée les salles de sport afin de limiter la propagation de la pandémie de Covid-19, suite à la hausse considérable du nombre de cas d’infections et de décès ces derniers jours.

En faisant un tour dans les quartiers de la ville (Bettana, Hay Karima, El Qaria ou encore Sala El Jadida), des quartiers les plus riches aux quartiers les plus populaires, rares, voire inexistantes sont les salles de sport qui respectent cette décision. Cours de fitness, d’art martiaux ou de danse, pour les enfants ou pour les adultes… « On continue à dispenser les cours normalement. On a fermé pour une ou deux semaines mais on a vite repris », nous annonça un propriétaire d’une salle de sport à Sala El Jadida. « Les clients continuent à venir et il y a même des nouveaux inscrits, les autorités de leur part ferment les yeux pour le moment », ajoute-t-il.

Les professionnels en colère

«C’est une très grosse surprise par rapport à la verticalité et à la brutalité de la décision, sachant que les marchés, les rues…connaissent une ignorance totale des mesures préventives imposées par l’Etat », déplore un coach de sport.

D’ailleurs, au niveau national, la Fédération Marocaine des Professionnels du Sport (FMPS) a appelé le gouvernement à revoir sa décision. « Les salles de sport ne sont pas le coeur du problème, au contraire elles font partie de la solution pour faire face au Covid-19. C’est prouvé scientifiquement, faire du sport stimule le système immunitaire », a souligné Othmane Meziane, Vice-Président de la FMPS et Directeur Général de B-FIT. « Plus les Marocains pratiqueront du sport régulièrement, plus ils seront en mesure de combattre le Covid-19 », a-t-il expliqué.

Le secteur du sport ne fait pas exception dans cette ville rebelle. Cafés, restaurants et marchés continuent à ignorer complètement le couvre-feu, entre autres, situant la ville de Salé en queue du classement en matière de respect des mesures préventives.

Hiba CHAKER

 


Salé, la ville rebelle

Abritant une population qui frôle le million d’habitants et s’étendant sur une superficie de 78km2, Salé est la deuxième plus grande ville du Royaume. Quant au respect des mesures préventives imposées par l’Etat pour arrêter la propagation du Covid-19, notamment le couvre-feu nocturne, les habitants de Salé ne se sont pas pliés.

Toutefois, face à cette situation alarmante et cette indifférence dont font preuve les habitants de Salé, les autorités se sont mobilisées, pendant les trois dernières semaines, pour faire respecter l’entrée en vigueur du couvre-feu nocturne instauré dans le cadre de nouvelles mesures restrictives visant à arrêter la propagation du Covid-19 afin de limiter la propagation rapide du virus.