L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



Actu Maroc

Saison des mariages : Reprise pour le meilleur… après le pire


Rédigé par Kawtar CHAAT le Dimanche 27 Mars 2022

L’industrie du mariage, qui a subi de lourdes pertes durant les deux dernières années, envisage 2022 avec appétit. Si la pandémie a fortement impacté cette filière, les affaires reprennent enfin pour les stylistes, les traiteurs ou les DJ.



L’industrie du mariage est l’un des secteurs les plus affectés par la pandémie de Covid-19. Cette filière a eu son lot de pertes pendant les interdictions successives des rassemblements et des événements d’envergure. Après deux ans de crise sanitaire, le nombre des cérémonies de mariages explose cette année. Malgré l’inflation et la récente hausse des prix, traiteurs et agences spécialisées croulent sous les demandes.

Plusieurs couples avaient le projet de se marier depuis plus d’un an mais redoutaient que le Covid-19 ne perturbe leur grand jour. «Ils craignent qu’il y ait encore des vagues ou des mesures restrictive», déclare Karim Ouachou, Chargé d’affaires à Tamghra Traiteur, notant que l’amélioration de la situation épidémiologique a incité ces couples à préparer leur grand jour rapidement. Le pic actuel des mariages a un impact sur quiconque planifie des noces, car les couples et les professionnels continuent de s’adapter en donnant la priorité à la santé et à la sécurité des invités pour faire avancer les célébrations.

La demande de lieux, de vendeurs et de biens tels que des fleurs et des tenues de mariage se fait désormais en fonction des critères sanitaires. «Une chose est sûre, les professionnels du mariage ont travaillé sans relâche pour rattraper le temps perdu, volé par la pandémie», relève Ouachou.

De nouvelles tendances ?

Beaucoup de choses ont changé depuis le début de la pandémie mondiale, en particulier la façon dont nous célébrons les occasions importantes de la vie, des anniversaires et des fêtes aux baptêmes. Mais l’un des événements les plus durement touchés à l’échelle mondiale est sans aucun doute la célébration des mariages. Le mariage est l’occasion de montrer sa richesse, sa réussite sociale et son bonheur au reste du monde. C’est donc une surenchère de faste et de glamour les rendant toujours plus coûteux.

Toutefois, cette tendance est en train de changer. Selon Karim Ouachou, les couples se dirigent plus vers la simplicité. Au cours de la majeure partie des deux dernières années, les mariages se sont transformés en célébrations plus petites et plus intimes, et la célébration elle-même a été repensée par les couples en mettant l’accent sur la sécurité et la considération de la santé de leurs amis et de leurs proches d’abord.

«Tout sur la façon dont les mariages étaient autrefois a été affecté, de la nourriture (assiettes individuelles au lieu de buffets) et du service à la musique live et à la danse a changé pour répondre aux mesures sanitaires», a-t-il expliqué notant qu’il y aura probablement un embouteillage en 2022, vu que les mariés réservent désormais quelques semaines avant la date du mariage car personne ne sait sur quel pied danser avec l’évolution épidémiologique et les mesures sanitaires futures.

Dans un effort pour organiser des mariages au cours des derniers mois au milieu de la pandémie, les vendeurs ont dû faire des efforts aussi extrêmes pour assurer le protocole de sécurité, offrant des options tels que des tests Covid rapides et des contrôles de température. «Nous n’aurions jamais eu à faire de telles considérations dans le monde pré-Covid, mais pour l’instant et pour les mariages futurs, nous devrons intégrer ces mesures de sécurité, en particulier avec le service alimentaire et la proximité d’un grand nombre d’invités», dit-il, notant qu’à l’heure actuelle, les capacités d’accueil des salles de mariages demeurent réduites de moitié, et les mariés invitent désormais moins de personnes.

Les mariages seront beaucoup plus petits et plus intimes car de plus en plus de couples choisissent des résidences de famille pour leurs festivités. Même après que la pandémie soit dans notre rétroviseur, Karim Ouachou pense que les listes d’invités exclusives seront toujours favorables et que le grand nombre d’invités appartiendra au passé, notant que les coûts du mariage marocain oscillent entre 8.000 dirhams et des dizaines de millions. En effet, ce qui est considéré comme un événement unique dans une vie peut s’avérer être une expérience pesante financièrement.

L’inconvénient peut amener les jeunes à reporter le mariage jusqu’à ce qu’ils soient prêts à subvenir, non seulement aux besoins d’une famille, mais aux coûts des célébrations du mariage, nous déclare Youssef Baidris, un enseignant récemment marié, ajoutant que le Covid-19 a impacté les différents frais relatifs au mariage. Un constat confirmé par Jamila, une neggafa basée à Fès qui souligne que depuis mars 2020, de nombreux couples ont reporté leur union. Alors que 275.477 mariages ont été célébrés en 2019, le Maroc n’en a comptabilisé que 127.554 en 2020. «Le maintien des mariages est une note de bonheur au milieu de la crise mondiale», déclare Ouachou, notant qu’en 2022, le nombre de mariages retrouvera son niveau d’avant la crise sanitaire.


Kawtar CHAAT

Repères

Il est encore tôt pour « crier victoire »
Selon Karim Ouachou, les lieux de réception, les prestataires et les organisateurs devraient faire preuve de responsabilité en matière de gestion des risques sanitaires. Le but est double : sauver la filière et éviter l’explosion des rassemblements sauvages. Le spécialiste appelle ainsi à l’adoption d’un protocole sanitaire adapté qui implique, outre le respect des gestes barrières, l’adaptation des pratiques alimentaires.
 
La couture traditionnelle fait face à la crise du Covid-19
L’artisanat est l’un des secteurs les plus affectés par la pandémie de Covid-19. Le stylisme et la couture traditionnelle marocaine ont également eu leur lot de pertes depuis l’interdiction des rassemblements. Ambassadeur de la culture, du patrimoine et des traditions marocaines, le caftan mène la danse dans les mariages. La pandémie a profondément touché le secteur de l’artisanat marocain, notamment l’habit traditionnel, il y a eu une grande diminution dans la demande, regrette Karim Ouachou.

L'info...Graphie


Evénementiel



Le secteur reprend, doucement mais sûrement
 
Asphyxiés par de longs mois de fermeture sur fond de crise sanitaire sans précédent, les professionnels de la filière de l’événementiel peuvent, enfin, pousser un premier soupir de soulagement après l’allègement des mesures restrictives, dont l’ouverture des frontières aériennes, la fin du couvre-feu nocturne et l’autorisation des rassemblements, faute de quoi ce secteur est voué à la disparition.

Permettant le retour des conférences internationales et nationales, des congrès et bien d’autres événements, cet allégement offre aux professionnels la possibilité de retrouver progressivement un rythme d’activité optimal, quoique inférieur au niveau d’avant la pandémie, dans l’espoir d’effacer les lourdes pertes qu’ils ont subies depuis le déclenchement de la crise du Covid-19.

Cette reprise se concrétise à la lumière des avancées réalisées par le Maroc dans le cadre de la campagne nationale de vaccination et l’assouplissement peu à peu des mesures restrictives ciblant un certain nombre de secteurs d’activité : transports publics, théâtres, salles de cinéma, centres culturels, bibliothèques, musées, salles de fêtes.

 

Crise sanitaire

 
Morocco Wedding Awards soutient les professionnels du mariage
 
Afin de soutenir les professionnels du mariage dans le contexte actuel de la pandémie, la plateforme Mariage-Marocain.com a lancé la première édition du Morocco Wedding Awards, une première au Maroc. Morocco Wedding Awards, dont la première édition a été lancée en 2021, vient à point nommé pour soutenir et encourager les professionnels du mariage après une saison des mariages marquée par les répercussions de la pandémie de Covid-19.

La consécration est basée sur les recommandations positives des mariés qui ont fait appel à ces professionnels. L’événement vise à renforcer la motivation et l’enthousiasme et à mettre en lumière les professionnels plébiscités par les mariés. « Ces Wedding Awards représentent une reconnaissance de la qualité du service, ce qui va permettre aux prestataires de consolider leur renommée.

En plus, les futurs mariés sauront s’y référer pour rechercher des professionnels et des entreprises pour l’organisation de leur mariage à venir », expliquent les initiateurs de la première édition du Morocco Wedding Awards dans un communiqué.

Pour sa part, Hanane Berrahen, Directrice Développement & Partenariats chez Mariage-Marocain.com, a précisé que dans ce contexte de crise sanitaire, « les professionnels du secteur du mariage traversent une période difficile, mais ils résistent vaillamment pour la dépasser. C’est la raison pour laquelle, ils méritent, aujourd’hui plus que jamais, notre reconnaissance pour leurs efforts, mais aussi pour la qualité et l’excellence de leurs services ».
 

3 questions à Karim Ouachou

Saison des mariages : Reprise pour le meilleur… après le pire

« L’union de deux familles est incomplète sans l’achat de vêtements traditionnels variés »
 
Certes, l’on se marie pour confirmer son amour, mais divers concepts à la mode se développent autour de cette union. Cela en fait donc une industrie d’une grande importance économique. Karim Ouachou, Chargé d’affaires à Tamghra Traiteur, nous livre son analyse de l’état actuel de la filière.


- Quel regard portez-vous sur l’industrie des mariages au Maroc ?

- Les festivités et les célébrations des mariages ont certainement un impact considérable au-delà des vibrations joyeuses qui se répandent. Les mariages stimulent les industries liées à l’organisation des mariages, décorateurs, stylistes, groupes et musiciens, photographes et traiteurs, pour n’en nommer que quelques-uns. L’union de deux familles est incomplète sans l’achat de vêtements traditionnels variés. Les stylistes qui se concentrent sur les caftans, et la couture traditionnelle en général, gagnent des sommes importantes chaque année. Il s’agit de l’une des principales filières de cette industrie.

L’activité de mariage est vouée à croître avec l’allègement des restrictions sanitaires, entraînant en retour une croissance économique globale et plus importante. Ce cercle vertueux serait encore renforcé par la démographie favorable de notre pays qui offre une fenêtre d’opportunité.


- Qu’attendent les couples, ainsi que leurs invités, des mariages à venir dans les années qui suivront la pandémie ?

- Les mariages à destination sont également en vogue. Que ce soit le voyage à l’intérieur ou à l’extérieur du Maroc, certaines mariés choisissent des destinations spécifiques pour un mariage de conte de fées, des fois pour un mariage instagrammable. Cela favorise les industries du tourisme, de l’hôtellerie et des transports. Les mariages à thèmes sont une nouvelle tendance au Maroc qui a connu un grand succès cette année.

Si cette nouvelle façon d’organiser les cérémonies de mariages ne fait pas partie de notre culture, elle permet toutefois de réaliser sa décoration de façon cohérente et harmonieuse. Et d’ailleurs de plus en plus de mariés optent pour un mélange entre ce qui est traditionnel et ce qui est occidental ou moderne.


- Avec le développement de plateformes en ligne permettant de partager des photos, les tendances vont d’un bout à l’autre de la planète en un clic. Pensez-vous qu’il s’agit d’une industrie en plein essor ?

- Lors du confinement dû à la propagation du Coronavirus au Maroc, le ministère de la Justice a lancé un portail dédié aux demandes d’autorisation de se marier en ligne, afin de permettre aux couples de se marier au milieu des restrictions de mouvement imposées par le gouvernement pour contrer la pandémie.

Avec les règles sanitaires, les mariés ont sans doute revu leurs listes d’invités de mariage à la baisse. Les nouvelles technologies, notamment les réseaux sociaux, sont utiles en ce contexte de pandémie pour permettre au plus grand nombre d’assister aux cérémonies de mariages. Après les rencontres en ligne et les demandes en mariage postées sur les réseaux sociaux, on peut désormais suivre des noces en direct. Cette tendance qui concernait les célébrations de mariage des célébrités est de plus en plus adoptée.


Recueillis par K. Ch.

 








🔴 Top News











 
Other