Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Sahara de Stoner Quarantine : des sonorités métalliques pour la déclaration américaine


le Mercredi 23 Décembre 2020



Un EP (Mini album) est prévu, le travail est en cours. Le chant se fera en arabe, et il sera possible de déceler l’inspiration de Led Zepplin, Lenny Kravitz, ou encore Faith No More.

La chanson Sahara du groupe Stoner Quarantine, se nourrit de l’actualité récente pour ne pas dire en cours, la déclaration officielle des Etats Unis portant reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara, avec un message positif, un chant patriotique sans équivalent par ses sonorités !

Après Laâyoune ainia de Jil Jilala aux sonorités traditionnelles, réinventé par Douzi, avec une rythmique plus agressive et soutenue, de nombreuses autres créations qui ne semblent pas avoir marqué « la chanson patriotique » qui peut se poser comme genre, la mise « en rap » de plusieurs extraits de chansons (dont l’inévitable précurseur Jil Jilala) par Bad Flow sous le titre « Sahra maghribya ».

Dans le fin fond de la morosité de ce confinement forcé, certains se morfondaient dans la contemplation de leur vie, tandis que Stoner Quarantine voyait le jour. Comme son nom l’indique, ce groupe est une formation de stoner rock, enrichie par la diversité des influences de ses membres. En effet, Youssef Bounouar, le bassiste du groupe, est bercé par les sonorités de Black Sabbath, Faith No More, Down ou encore Stone Temple Pilots, il fut rejoint ensuite par Salim Sekkouri à la guitare lead, dont les influences sont un peu plus agressives, notamment du death metal extrême, voire du slam/ death metal, avec notamment des groupes comme Cryptopsy ou Ingested.

Les deux cavaliers se firent rejoindre par NIHHO à la voix, en accompagnant à la guitare, celui-ci portait des influences encore plus diversifiées, notamment Led Zeppelin, Pantera, Velvet Revolver, Guns and Roses, Slash ou encore Jimi Hendrix.

  


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Octobre 2021 - 09:06 Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés

Mercredi 13 Octobre 2021 - 10:12 Essai : Des écrivains dans la peau des terroristes