Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Sahara : Ana Palacios se positionne contre le Polisario


Rédigé par Anass Machloukh le Mardi 16 Mars 2021

Dans une tribune, l'ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères Ana Palacio a déconstruis le discours séparatiste, en dévoilant les contradictions du Polisario. Détails.



Sahara : Ana Palacios se positionne contre le Polisario
L’Europe doit sortir de son ambigüité concernant le dossier du Sahara, un souhait exprimé par l’ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères Ana Palacio, qui a exhorté l’Union européenne à prendre une décision réaliste, après la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur les provinces du sud.

Dans une tribune publiée sur la plateforme « Projetcsyndicate », intitulée « la bombe à retardement du Sahara occidental », l’ex diplomate espagnole a développé une longue réflexion sur ce différend qui dure depuis 1975, ne manquant pas de critiquer sévèrement l’imposture du Polisario. Ana Palacio estime que le front séparatiste tente depuis longtemps d'orienter l’opinion publique internationale en sa faveur, en l’induisant en erreur, par un discours calomnieux. La Bande de Brahim Ghali est accusé également de prendre en otage les réfugiés sahraouis, en présentant le Maroc comme un occupant, lit-on dans la tribune, qui explique que la qualification de l’occupation n’existe pas dans le droit international. « Aucune des 69 résolutions du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental ne fait référence à l'occupation », argue l’autrice.

Outre cela, Mme Palacio a sévèrement critiqué les tentatives du front séparatiste de judiciariser la question du Saraha sur le plan international, en contestant les accords signés par le Maroc avec l’Union européenne et d’autres pays, auprès des tribunaux internationaux. Le Polisario, soutenu par l’Algérie, s’évertue sans répit à saisir constamment la Cour de Justice européenne pour demander l’abrogation de l’accord de pêche. Une tentative vouée à l’échec. De son côté, le Maroc demeure inébranlable dans son intime conviction de son droit historique et inaliénable sur le Sahara, estime la diplomate espagnole.