Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

Sacre


Rédigé par La rédaction le Lundi 10 Février 2020


La Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de Futsal qui vient de s’achever sur une victoire éclatante du cinq national à Laâyoune par cinq buts à zéro contre l’Egypte, asseoit et confirme le statut du Maroc en tant que champion continental de cette discipline sportive dé-croché en 2016 en Afrique du Sud. La victoire marocaine n’est cependant pas que sportive, elle est également organisationnelle puisque de l’avis général des délégations sportives et officielles participantes, cette édition a été une totale réussite du point de vue événementiel, ainsi que celui de la programmation, de la sécurité et de l’hébergement

Mais c’est surtout au niveau politique que le Maroc a enregistré sa plus retentissante victoire à travers l’organisation de cette 6ème édition de la CAN de Futsal. En organisant avec brio cette compétition jusqu’à son terme et en la remportant de surcroît, notre pays a non seule-ment contrecarré les tentatives de sabordage entamées avant même le début des épreuves par les ennemis de son intégrité territoriale, il a surtout apporté un cinglant démenti à leurs affabulations concernant l’instabilité politique et sécuritaire de cette partie du Maroc.

Du 28 janvier au 7 février, le monde a en effet assisté à une compétition réussie de bout en bout et dont les phases n’ont été émaillées par aucun incident d’une quelconque nature. Bien au contraire, la 6ème CAN de Futsal s’est déroulée dans une ambiance ultra-sportive enregis-trant autour d’elle l’adhésion totale et l’interaction spontanée des populations du Sahara marocain. Ce qui a permis de refléter une image à mille lieues de celle véhiculée par le Polisario et ses relais traditionnels. Vivement donc d’autres compétitions et manifestations internationales au Sahara et vivement d’autres sacres.

Hamid YAHYA

  



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 5 Août 2020 - 17:58 Beyrouth en cendres, Beyrouth en larmes