Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Ryanair : Annulation des vols vers le Maroc


Rédigé par Kawtar Chaat le Lundi 18 Octobre 2021

Ryanair a été contrainte de suspendre trois vols entre sa base lisboète Humberto Delgado et les aéroports de Tours-Val de Loire en France, Oujda-Angads au Maroc et Bari-Karol Wojtyla en Italie. Et pour cause, TAP Air Portugal refuse de renoncer à ses créneaux de vols non utilisés.



Au total, environ 700 vols seront annulés à Aéroport international de Lisbonne, dont les vols à destination des aéroports de Tour-Val-de-Loire en France, Oujda-Angads au Maroc et Bari Karol Wojtyla en Italie rapporte Air Journal. Ces vols annulés «endommageront la connectivité de Lisbonne et la récupération post-Covid-19 », a averti la low cost irlandaise dans un communiqué, dénonçant la « thésaurisation continue » par la compagnie portugaise TAP de créneaux qu'elle « n'utilise pas », notamment à l'aéroport de Lisbonne.
 
Ryanair appelle le gouvernement portugais et la Commission européenne à «intervenir pour mettre fin au blocage de créneaux horaires, anticoncurrentiel de TAP, libérer cette capacité inutilisée à Lisbonne », et enfin en ouvrant le nouvel aéroport sur la base de Montijo « pour permettre aux compagnies aériennes de se développer ». Pour Ryanair, il est nécessaire que «l’infrastructure nationale critique du Portugal soit utilisée pour soutenir l’économie locale et non utilisée pour protéger une compagnie aérienne zombie inefficace, pour laquelle le gouvernement portugais a déjà gaspillé 3 milliards d’euros de l’argent des contribuables ».
 
Michael O’Leary, PDG de Ryanair Holdings, a déclaré : «Nous regrettons profondément ces perturbations inutiles pour les passagers de ces vols et itinéraires annulés causées par le blocage par TAP de créneaux horaires qu’elle n’utilise pas », allègue Michael O’Leary, PDG de Ryanair Holdings soulignant que ce blocage porte atteinte à l'intérêt général de la concurrence  et entrave la relance du trafic, du tourisme et de l'emploi à l'aéroport Portela de Lisbonne, au détriment des consommateurs portugais.