Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Reprise du championnat de la Botola Pro I et II : Quelles perspectives ?


Rédigé par Rachid MADANI le Vendredi 26 Juin 2020



Reprise du championnat de la Botola Pro I et II : Quelles perspectives ?
Jouer football… mais penser Corona » sera la devise qui marquera le football national dans sa prochaine reprise. Décidé par la FRMF, puis appuyé par le gouvernement, le championnat de la Botola Pro I et II ainsi que les divisions amateurs se poursuivra dans la peur et la méfiance dans le cadre du respect des strictes mesures sanitaires contre le Covid-19.

Une véritable aventure

Il s’agit d’une véritable aventure dont le dénouement et les péripéties donneront beaucoup à réfléchir. Le calendrier approuvé par les clubs est le suivant :1- Reprise des entrainements: 25 juin. 2-Mise à jour du classement et programmation des matchs reportés à huis clos: du 24 juillet au 8 août.3-Programmation de toutes les journées du championnat à huis clos : du 12 août au 13 septembre. Les rencontres se disputeront conformément au calendrier à 18h, 20h et 22h en raison de trois matchs par jour.

Que signifient les entrainements en commun, que signifie la présence de plus de cent cinquante personnes dans un stade (deux équipes avec les titulaires, les remplaçants, les staffs techniques, les staffs médicaux, les secouristes des ambulances, les quatre arbitres en plus une dizaine pour le VAR, le délégué et le contrôleur du match, le commissaire de la FRMF, les caméramans et les reporters de la SNRT, les photographes…) sans toutefois compter le nombre de journalistes de la presse écrite qui attendent l’éventuelle autorisation d’accréditation. 

Une équipe de la zone 2 au championnat

En plus, aucun membre fédéral n’a soulevé le problème de l’IRT qui se trouve dans une ville de la zone 2 où le groupement de citoyens n’est guère permis et où il existe plus de précautions sanitaires. Se référant à Tanger, il a été décidé de permettre uniquement les sports individuels contrairement aux autres sites de la zone 1. L’on se demande comment les Tangérois peuvent-ils accéder aux entrainements collectifs qui sont formellement interdits. L’entraîneur Pedro Benali n’a, à sa disposition, que sept footballeurs pendant que les autres joueurs de l’effectif sont à l’extérieur en confinement avec leur famille pendant que la circulation entre la zone 1 et 2 reste impossible à l’image de la frontière qui est fermée pour les étrangers en contrat. Avec la programmation des rencontres (bien qu’à huis clos), il y a un grand risque de contagion Covid-19. Il est certes que le gouvernement marocain a pensé à l’économie qui est en ruine pour assouplir les conditions sanitaires en permettant aux différentes entreprises et professions libérales de renouer leurs activités, mais le football et son championnat ne sont point une priorité et les citoyens peuvent bien s’en passer. Avec le retour dans les stades, les clubs se présentent très endettés et presque tous les comptes bancaires se retrouvent épuisés avec des chiffres au rouge. Arrêt de la compétition depuis le 14 mars : pas de recettes, pas de publicité, aucun centime des parrains et des sponsors, budget « perturbé », des dettes et rien que des dettes avec le non règlement des salaires des professionnels de l’effectif.

Rachid MADANI