L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Réforme de la Santé : Montée de fièvre chez les professionnels


Rédigé par Saâd JAFRI le Mercredi 24 Avril 2024



Réforme de la Santé : Montée de fièvre chez les professionnels
Depuis le début du dialogue social avec les syndicats les plus représentatifs du secteur de la Santé, pas moins de 58 réunions ont eu lieu entre la tutelle et les professionnels, qui ont permis l’accord sur plusieurs engagements, dont la revalorisation salariale des cadres du secteur. Une décision qui est, d’après les syndicats, l’un des piliers majeurs de la réforme globale du système de santé, qui doit être en mesure de répondre aux exigences de la couverture sociale universelle.

L’activation de cette très attendue mesure demeure, pour le moment, en suspens, le temps que le Chef de l’Exécutif fasse bien ses calculs, étant donné les grosses pressions que subissent les caisses de l’Etat du fait des chantiers titanesques lancés en début de mandat.

Un attentisme qui fait grincer des dents, comme en témoignent les grèves des infirmiers, des médecins, des techniciens et même des étudiants du secteur, qui appellent à «une interaction positive et imminente avec les revendications des professionnels » pour garantir la pérennité du secteur et de ses professionnels. Alors que 600 médecins migrent chaque année sur les 1.600 formés au Maroc (avec des perspectives haussières pour les années à venir), le passage à l’acte est devenu urgent pour éviter tout scénario semblable à celui des enseignants-cadres des AREF (ex-contractuels), lequel a coûté cher à l’Etat, aux grévistes et aux élèves, sans oublier leurs parents.

Manque d’infrastructures, volume de travail exorbitant, rémunération en deçà des attentes, manque de sécurité alarmant au sein des structures hospitalières publiques… autant de lacunes qui poussent nos compétences à l’exode, creusant un déficit qu’il faudra combler de façon imminente (voir notre Fait du Jour). Dans une récente déclaration, le ministre de tutelle, Khalid Aït Taleb, a émis des signaux positifs quant à l’avancement de la réforme, tout en déclarant que «chaque chose en son temps». Mais gare à ne pas trop laisser traîner, car la patience a des limites.



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Mai 2024 - 18:54 Les non-dits de la réforme de la Justice






🔴 Top News