Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Tribune libre

Réflexion sur les pistes de dynamisation de la place boursière de Casablanca


Rédigé par Najib MIKOU le Mardi 2 Juin 2020

Alors que la Bourse est le cadre idoine de rencontre entre les intérêts des épargnants à la recherche de valorisation de leur épargne et des investisseurs à la recherche de sources de financement de leurs investissements, le marché boursier marocain n'est toujours pas à la hauteur des ambitions de notre pays pour jouer son rôle en tant que levier de financement de l'Economie.



Najib Mikou, Consultant en Prospective, Etudes Stratégiques, Economiques, Financières et Sociales
Najib Mikou, Consultant en Prospective, Etudes Stratégiques, Economiques, Financières et Sociales
Notre Bourse est un marché très étroit où le nombre de sociétés cotées reste limité et où le niveau des échanges demeure faible.
 
La Bourse de Casablanca souffre du manque de transparence, d'une faible diversification des supports d’investissement et d'une forte lenteur en matière tant de réforme que de leur mise en oeuvre.
 
Propositions de dynamisation
 
▪︎ Entreprendre les démarches nécessaires pour la vulgarisation de la culture boursière notamment aussi bien auprès des entreprises que des porteurs d'épargne. Le rôle de bourse est très peu connu et même suspect.
 
▪︎ Renforcer à cet effet le dispositif d'incitations fiscales des PEA,
 
▪︎ Adopter un système fiscal graduel pour les opérations de bourse et les dividendes, qui soit suffisamment favorable aux placements de moyen et long termes, et plus restrictif pour les opportunistes de très court terme. Le modèle américain est édifiant dans ce domaine.
 
▪︎ Améliorer la transparence sur le marché à travers l'instauration d'avantage d'obligations en matière de communication financière,
 
▪︎ Réduire les coûts des opérations tant des IPO que des opérations de Bourse, pour les émetteurs et les investisseurs et ce, afin d'augmenter le nombre de sociétés cotées et d'élargir la base des investisseurs,
 
▪︎ Ne fixer aucun seuil minimal de placement en Bourse de la part des sociétés de bourse, comme condition de traitement au profit des épargnants,
 
▪︎ Accélérer l'application des réformes, notamment sur le volet diversification des supports d'investissement en lançant rapidement les marchés à terme, ETF, etc.,
 
▪︎ Sortir l'accompagnement des aspects reglementaires des marchés du cadre législatif pour permettre une forte réactivité au régulateur au lieu de rythmer cette réactivité à la lenteur naturelle du système législatif d'adoption des lois. La Bourse étant un outil économique qui doit obéir au rythme du marché,
 
▪︎ Ouvrir une partie du Capital des grandes entreprises publiques telle que l'OCP, RAM, ONCF, ADM, ONDA et autres, dans le cadre d'une vision et d'un calendrier appropriés, afin de leur donner les moyens de financement de leurs projets de moyen et long termes, et de créer l'émulation et la dynamique dans la Bourse,
 
▪︎ Créer un Fonds Souverain côté en bourse ouvert aux personnes physiques et morales, nationales et internationales, qui sera dédié au financement des grands investissements publics. Outre son apport considérable dans le financement de l'Économie, il est de nature à impulser une grande dynamique dans la Bourse,
 
▪︎ Créer un Fonds Souverain de financement des filets sociaux doté de "produits" recensés dans une fiche séparée que j'ai préparée sur le Nouveau Modèle Social. Outre son apport considérable dans le financement desdits filets sociaux, il est de nature à impulser une grande dynamique dans la Bourse,
 
▪︎ Assouplir encore plus les conditions d'accès des PME à un compartiment dédié,
 
▪︎ Créer rapidement les conditions de cotation en devises pour les entreprises étrangères (africaines et arabes) qui voudraient se faire coter à la Bourse de Casablanca.
 
Mécanismes complémentaires
 
Ces mécanismes sont à vocation d'accroître la liquidité et la régulation des mouvements sur le marché pour ainsi le hisser en MSCI Emerging au lieu de Frontiers actuellement (statut perdu depuis 2014) et ce, afin que notre Place boursière revienne encore une fois dans les radars des gros investisseurs étrangers:
 
▪︎ Amendement de la loi sur le prêt emprunt de titres pour encourager le short sell,
 
▪︎ Instauration de l'activité de Market making,
 
▪︎ Assouplissement de la gestion des programmes de rachat et d'animation de titres.

Najib MIKOU

  



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Septembre 2020 - 15:49 Sartre, Nietzsche et Bezos