Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Rapport sectoriel de l’OMTME : Des indicateurs encourageants mais marqués par une répartition inégale


Rédigé par Wolondouka SIDIBE le Jeudi 28 Avril 2022

Il ressort, dans le cahier de l’Observatoire marocain de la très petite, petite et moyenne entreprise (OMTME), que 431.811 entités ont opéré dans les secteurs marchands non agricoles et non financiers, au titre de l’exercice 2019, regroupant des fiches sectorielles et un diagnostic plus fin, allant jusqu’au niveau des sous-branches et des activités de la Nomenclature Marocaine des Activités (NMA 2010).



Dans son cahier sectoriel sur les entreprises opérant dans les secteurs marchands non agricoles et non financiers, qu’il vient de publier au titre des exercices 2019 et 2020, l’Observatoire marocain de la très petite, petite et moyenne entreprise (OMTME) esquisse un état des lieux dans une période impactée fortement par le Coronavirus. D’autant plus que l’économie nationale a accusé, en 2020, une contraction exceptionnelle de 6,3%, sous l’effet du double choc de la pandémie de la Covid-19 et des conditions climatiques défavorables qui ont pesé lourdement sur le tissu économique.

Toutefois, les mesures de soutien budgétaire et monétaire sans précédent prises par les pouvoirs publics et Bank Al-Maghrib (BAM), ont permis d’atténuer l’ampleur des répercussions de cette crise sur les entreprises et les ménages.

Un autre fait saillant a aussi marqué ce rapport puisque, comme le soulignent les rédacteurs du cahier, l’année 2020 a été marquée par l’adoption du deuxième plan stratégique 2021-2023 de l’OMTPME, qui inscrit ce dernier dans la continuité de ses réalisations. Il vise à accélérer, industrialiser et pérenniser sa production d’indicateurs et de statistiques sur la TPME, en le dotant des capacités nécessaires pour mieux servir sa mission d’utilité publique.

Toujours dans le même cadre, l’année écoulée a vu également l’achèvement de son premier plan stratégique 2017-2020, qui a consacré l’opérationnalisation de l’Observatoire et a permis son passage d’un fonctionnement en mode « projet » vers une institution autonome. C’est à juste titre d’ailleurs que ce rapport d’activité soit axé sur les organes de gouvernance, le bilan du premier plan stratégique 2017-2020, les orientations du plan stratégique 2021-2023, la stratégie de communication et de coopération et, enfin, les ressources humaines et financières.

Fragmentation du tissu productif

Dressant une cartographie des entreprises, à fin 2019, le rapport fait ressortir des constats globalement en ligne avec ceux du rapport de 2018 en termes de fragmentation du tissu productif et de sa concentration au plan régional. « Ce tissu est, en effet, formé, pour près de 92 %, par des micro-entreprises dont le chiffre d’affaires individuel est inférieur à 3 millions de dirhams. Il est à 57% concentré sur l’axe El Jadida-Tanger et a généré 82% du total du chiffre d’affaires », peut-on lire dans le document.

Cette concentration est observée également au plan sectoriel, puisque près de 48% des entreprises opéraient, en 2019, dans le commerce et la construction. En outre, plus de la moitié des entreprises créées au cours de la période 2017-2019 relèvent de ces deux branches.

Le rapport montre, par ailleurs, que les TPME, bien qu’employant 74% de l’effectif déclaré à la CNSS, ont réalisé moins de 40% du total du chiffre d’affaires des entreprises non financières et 26,4% de leur chiffre d’affaires global à l’export. S’agissant des impacts de la crise pandémique, les données de la CNSS, à fin avril 2020, montrent une baisse du nombre des entreprises qui lui sont affiliées de 48,3%, en glissement annuel, et de celui des emplois déclarés de 35,3%, soit environ 900.000 salariés.

Revenant sur la thématique du rapport de l’OMTEM, il apparait que le nombre des entreprises opérant dans les secteurs marchands non agricoles et non financiers au Maroc s’est établi à 431.811 entités en 2019. L’ensemble de ces entreprises emploient 3.147.450 salariés et réalisent un chiffre d’affaires (CA) cumulé global de 1.742,2 milliards de dirhams (MMDH), dont 304,3 MMDH à l’export, générant, ainsi, 377,5 MMDH de valeur ajoutée, précise l’OMTPME qui vient de publier un cahier sectoriel des entreprises opérant dans les secteurs marchands non agricoles et non financiers au titre des exercices 2019 et 2020.

Renforcer les capacités techniques

Selon le cahier de l’OMTEM, la répartition des entreprises par secteur révèle que celles-ci sont concentrées principalement dans le « Commerce, réparation d’automobiles et motocycles », la « Construction » et dans les « Transports & Entreposage », avec des parts respectives de 34,5%, 15,6% et 10,1%, ajoute la même source.

Pour ce qui est de la répartition du chiffre d’affaires, les secteurs prépondérants sont le « Commerce, réparation d’automobiles et motocycles » avec 644,1 MMDH (37% du CA global), suivi de l’« Industrie manufacturière » avec 362,2 MMDH (20,8%) et de la « Construction » avec 226,2 MMDH (13%), Il est à rappeler, par ailleurs, que la publication de ce rapport s’inscrit dans le cadre de la mission de l’Observatoire de production de statistiques et d’indicateurs sur le tissu productif national.

Il présente d’abord une vue structurelle des différents secteurs du système productif, ce cahier regroupe des fiches sectorielles offrant un diagnostic plus fin, allant jusqu’au niveau des sous-branches et des activités de la Nomenclature Marocaine des Activités (NMA 2010), représentant ainsi un outil d’aide à la décision pour l’élaboration de politiques publiques en faveur des différents secteurs, mais aussi pour les investisseurs et les chercheurs.

Enfin, en 2020, l’Observatoire a jeté les bases du système d’information décisionnel destiné à renforcer ses capacités techniques. En effet, le SID permettra à l’OMTPME de disposer des fondements technologiques nécessaires à l’industrialisation et au développement futur de ses activités, en mettant en place une « data factory » pour l’automatisation de l’ensemble de la chaîne de valeurs, de la réception des données jusqu’à leur visualisation et leur utilisation.



Wolondouka SIDIBE


Bon à savoir

Dans le cadre conventionnel d’échange de données et après la signature de conventions d’échange de données avec Bank Al-Maghrib, la DGI, la CNSS et l’OMPIC en 2017, l’Observatoire a poursuivi les discussions avec les autres partenaires pour enrichir ses bases de données. C’est ainsi qu’un avenant à la convention d’échange de données avec la CNSS a été signé en janvier 2021, en vue d’une meilleure appréhension de la problématique de l’emploi notamment à travers l’obtention de données y afférentes à fréquence mensuelle plutôt qu’annuelle, en plus des données sur la masse salariale.

Cet échange a démarré en Avril 2021. Une autre convention d’échange de données a été conclue avec le MICEVN, permettant à l’Observatoire d’avoir accès au fichier d’identification des entreprises manufacturières enquêtées par ce ministère dans l’objectif d’enrichir et de fiabiliser les entreprises du secteur industriel. Le premier échange de ces données est intervenu en mars 2021.

Sur un autre plan, les groupes de travail, constitués de l’équipe OMTPME et de représentants des organismes fournisseurs de données, ont permis de réaliser des avancées importantes quant à la complétude des données, leur analyse et interprétation ainsi que la cohérence des résultats.