Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Rabat : A la Place Moulay El Hassan, une mystérieuse installation qui fait polémique


Rédigé par Kenza AZIOUZI le Jeudi 2 Juillet 2020

Ville lumière, capitale marocaine de la culture, la ville de Rabat a subi un sérieux et heureux relooking durant les dernières années qui a souvent fait l'unanimité. Mais une installation (canopée) en cours d'installation dans la célèbre place Moulay El Hassan, à l'emplacement de l'ancien et presque défunt marché aux fleurs, suscite un débat enflammé.



Rabat : A la Place Moulay El Hassan, une mystérieuse installation qui fait polémique
« Qui commet ce génocide esthétique à Rabat? L’idée était d’avoir des cafés restaurants galeries en plein air qui rassemblent le centre-ville à forte caractéristique intellectuelle, politique, administrative et économique », peut-on lire dans un tweet dénonçant la nouvelle toiture de la place Moulay El Hassan.

Parmi les endroits phares de la ville lumière, la place Moulay El Hassan, communément appelée Place Pietri est très connue des R’batis et les visiteurs de passage dans la Capitale. Appréciée pour son agencement spatial, minimaliste et aéré, les familles s’y rendent pour savourer tranquillement leur café, tout en gardant un œil sur leurs enfants qui jouent juste à côté. 

«On nous a gâché le ciel de Rabat»

« Le concept est de justement pouvoir profiter du soleil et l’air frais, c’est ce qui fait la particularité et le charme de cet endroit. Je ne comprends pas l’intérêt de cette installation (Canopée), elle ne produit pas d’ombre, esthétiquement elle prête à débat. Honnêtement, je ne pense pas y revenir aussi souvent qu’avant », témoigne une mère de famille. 

Beaucoup jugent que cette rénovation « absurde » pourrait nuire à l’aspect architectural de la ville. « On nous a gâché le ciel de Rabat», se plaint un habitant du quartier.

Paralysés d’ores et déjà par la crise due au nouveau Coronavirus, les fleuristes ne sont pas au bout de leur peine. « On a déjà du mal à vendre les fleurs ces derniers temps. L’activité s’est arrêtée pendant la période de confinement et voilà qu’il y a ces travaux qui, non seulement nous font perdre notre gagne-pain, mais on n’est même pas sûrs du retour des clients après. Plusieurs personnes sont déçues à la vue de ce chantier », déplore un fleuriste. 

Ceci dit, d’autres personnes ne sont pas du même avis, elles trouvent même que c’est bien pensé. « En hiver, quand il pleut, ce n’est pas évident. Maintenant, on est à l’abri, de la pluie et du froid, et ce n’est pas si laid que ça », estime un habitué du café Carrion.

Parmi les locaux qu’héberge la place, figure Espace CDG, la galerie d’art de la Fondation CDG. La directrice générale de la Fondation reste positive et attend de voir le résultat final. «La pyramide du Louvres avait suscité une très grande polémique au début. Voyez comme elle est belle aujourd’hui », nous confie-t-elle.

Selon des informations relayées la presse, ce projet aurait coûté dans les environs de 40 Mdhs. Nous avons essayé de joindre l’Agence Urbaine de Rabat et la société Rabat Aménagement, mais sans succès. 

La place Pietri d’antan 

Situé dans le centre-ville de Rabat et dominant la place Moulay El Hassan telle une forteresse de senteurs et de couleurs, cet emplacement n’est plus ce qu’il était. Cet endroit mythique qui a vu le jour en 1940 se voit dépérir d’année en année. En bas des escaliers logeaient les marchands de légumes et de volaille, deux boucheries, vendeurs d’épices et olives, ainsi qu’une épicerie fine… rasés pour le réaménagement de l’espace, qui comportait un dôme au centre protégeant les marchands de fruits et légumes. Pour s’y rendre, les habitants du quartier passaient d’abord par les fleuristes.

Kenza AZIOUZI