Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

R.S.B-RCA (0-1) : Le Raja, une victoire méritée ! La Renaissance, pas convaincante !


Rédigé par A. KITABRI le Samedi 19 Décembre 2020



Une première mi-temps animée mais sans buts !
 
Dès le premier quart d'heure, deux tirs non cadrés de Hadraf, un tir cadré et bien appuyé de Soufiane Rahimi dévié en corner par Rida Hamiani qui remplaçait Zouheir Laâroubi blessé et un autre de Malango.
Au fil des minutes, le Raja faisait main basse sur le match. La RSB réagissait par des contres. A la 19ème minute, Iajour était proche de l'ouverture du score, mais l'intervention de Zniti a dévié le ballon en corner. A la 36ème minute, Hmiani a réalisé l'intervention de la première mi-temps. Une course de Rahimi, une incursion et un puissant tir mais Hamiani a renvoyé le ballon.
L'arbitre a mis fin à la première mi-temps sur le score de parité : 0-0. Le Raja a opté pour la progression par de courtes passes. La RSB a choisi les longues relances et les contres rapides.
Deux joueurs ont quitté le jeu en première mi-temps pour blessure : El Hafidi (Raja) et Mohamed Aziz (RSB).
 
Une deuxième mi-temps totalement Rajaouie
 
Le rythme s'est accéléré. Le Raja a gardé la même approche tactique : progresser balle au pied. Metouali, Zrida et El Arjoune permutaient pour assurer l'animation, Rahimi se repliait pour partir de loin. Malango, en pointe, était à l'affût. A la 64ème minute, le joueur le plus performant du Raja, Rahimi, sur une balle arrêtée, a inscrit le premier but avec la participation involontaire de Mouhcine Iajour placé dans le mur.  Rahimi a failli doubler le score une minute après. Son tir a été dévié par l'excellent Hamiani.
Le but encaissé, a déstabilisé les Berkanais et les a déconcertés permettant aux Rajaouis d'accentuer leur pression se permettant, même, le luxe de rater une série d'occasions.
Ni Iajour, ni Hadraf et ni Laâchir ont été capables de mettre en danger la défense du Raja. Isolés, ils n'arrivaient pas à assurer. L'énervement de la plupart des Berkanais les a empêchés de construire et de conclure. Ils ont même failli encaisser un deuxième but sans la précipitation des Rajaouis.